lundi 4 mars 2024

Silvio De Sousa (Chorale Roanne Basketball) : « Je dois écrire ma propre histoire »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le prometteur fils du grand Jean-Jacques Conceição, légende du basket angolais passé par Limoges entre 1996 et 1999, Silvio De Sousa (24 ans) a débarqué à la Chorale avec la ferme intention de faire prévaloir ses qualités entrevues en université américaine, à Kansas puis Chattanooga. Entretien réalisé pour France Basket et Le Quotidien du Sport.

Qu’est-ce qui vous a le plus frappé en vous engageant avec Roanne ?

Surtout que je débarquais dans un monde très professionnel. J’ai alors assimilé que j’avais bien quitté le monde universitaire. Devenir un joueur professionnel réclame un certain nombre de réglages ce que je m’applique à faire.

Qu’attend exactement de vous le coach Jean-Denys Choulet ?

Il souhaite surtout que je donne vraiment le meilleur et par conséquent que j’aide au mieux l’équipe. Je suis véritablement venu dans cette optique-là. Je dois me mettre en position pour me livrer à 100% pour le collectif.

« J’apprends tous les jours »

Comment trouvez-vous votre début de saison avec Roanne d’un point de vue personnel ?

Je trouve vraiment mon expérience super pour ma première année. J’apprends tous les jours. Je prends beaucoup de plaisir à vivre tout cela. Roanne est un grand club. Je suis très reconnaissant d’être ici et de pouvoir profiter de cette très belle opportunité. D’un autre côté, c’est très important pour moi et ma famille également de vivre à fond cette nouvelle expérience et d’être au contact de tous ces joueurs.

Comment trouvez-vous le style de jeu pratiqué en Betclic Elite ?

Le jeu me semble un peu plus lent comparé à la NBA, où pour le coup le rythme est plus rapide. Là encore s’acclimater au jeu européen nécessite un certain temps d’adaptation.

Quels sont les objectifs de la Chorale cette saison ?

L’équipe a des objectifs élevés. On est tous là pour essayer de les atteindre. Mais, pour être sincère, on prend les matches les uns après les autres. On ne se projette pas trop. On passe au match suivant en essayant de donner à chaque fois le maximum et de faire mieux la fois suivante. Le plus de matches nous remporterons le plus proche des play-offs nous serons.

Souhaitez-vous rester en France ou retourner aux Etats-Unis en fin de saison ?

Dans l’immédiat, je veux surtout me focaliser sur ma deuxième partie de saison pour qu’elle soit la meilleure possible et placer l’équipe au meilleur rang possible.

Est-il facile de faire carrière quand votre père, Jean-Jacques Conceição, a été un tel joueur ?

On ne parle pas vraiment de mon futur proche ensemble. Mais mon père suit de près ma carrière. On a pas mal échangé sur ma venue dans un club français. Marcher sur ses traces serait la meilleure des choses à faire pour moi. Mais, dans le même temps, je dois écrire aussi ma propre histoire, et faire mon propre chemin, en faisant de mon mieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi