mardi 18 juin 2024

Simon Gilham : « Brive n’est pas mort »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Après une année très compliquée, le club corrézien est finalement tombé en division inférieure. Les noir et blanc doivent désormais repartir de l’avant. Mais rien n’est acquis car la concurrence en Pro D2 s’annonce féroce. Mais ne comptez pas sur le président Giham pour tomber dans le pessimisme.

Une nouvelle défaite face à Castres au maintien. Brive évoluera en Pro D2 la sai2022/2023 est un échec. La stratégie du club (13-16) et le couperet est tombé. La son prochaine, ce que regrette bien évidemest basée autour de quatre piliers. Le premier fin des derniers espoirs dans la course ment le président Simon Gilham :

« La saison touche au sportif de haut niveau. Le second concerne la formation. Le troisième les infrastructures. Le dernier touche aux projets inclusion et diversité. On est très satisfaits sur les piliers 2, 3 et 4. Celui qui est en échec est le sportif de haut niveau. C’est le pilier le plus visible. Cela s’est terminé par une relégation. Nous en sommes tous responsables à commencer par le président et la direction, mais aussi l’encadrement et les joueurs. Il faut maintenant en tirer les enseignements ».

Brive paye un mauvais recrutement en 2021

« Si on étudie les raisons profondes, en 2021/2022, on n’a pas fait un bon recrutement. On a appauvri notre groupe. A ce jour, il n’y en a que deux qui sont toujours là (Marcel Van Der Merwe et Sammy Arnold, Ndlr). Les autres sont repartis car cela n’allait pas. Il y a une autre raison essentielle. »

« On a commencé la saison avec plein de blessures. Cela nous a suivis dix matches. Pour une équipe qui n’a pas un groupe profond comme ceux de Toulon ou Toulouse, toutes ces blessures nous ont vraiment compliqué la tâche. Notre saison était quasiment actée début novembre. On n’a pas arrêté de perdre ».

En cours d’exercice, il y a même eu un changement d’entraîneur. Mais le mal était trop profond. « On a pensé remettre les pendules à l’heure avec Jeremy Davidson. Malheureusement, on n’a pas su tirer les leçons de notre maintien acquis in extremis (Brive a fini 12ème en 2021/2022, Ndlr). Ce maintien a peut-être été l’arbre qui a caché la forêt. On a réalisé un très mauvais début de saison. »

« On a dû se séparer de Jeremy Davidson fin octobre. Il a fait du très bon travail au club, je l’appréciais énormément, et cela m’a beaucoup peiné. On a retrouvé Patrice Collazo le 23 décembre. On a connu une belle embellie. Tout le monde pensait que c’était reparti et qu’on allait bien finir la saison. Cela a été une éclaircie magnifique dans une saison très nuageuse. Cela n’a finalement pas été suffisant car trop fragile. J’espère qu’on aura tiré les enseignements de tout cela et que Patrice est à fond ».

« Remonter dès 2024 »

Le président du CAB veut s’appuyer sur l’histoire récente du club. « Brive en 2012 est descendu et est remonté l’année suivante. Tout comme en 2018 pour revenir en 2019. Nous espérons qu’après la descente de 2023, Brive remontera en 2024 ».

De nombreux joueurs quittent le navire dont des historiques. J.B Péjoine, après 22 ans de bons et loyaux services. De nouvelles têtes arrivent (pas moins d’une dizaine de recrues) comme Adrien Pélissié, le talonneur de Clermont ou Sitaleki Timani, le 2ème ligne du Stade Français.

« Bien entendu qu’il va y avoir beaucoup de changements de joueurs au club et que des automatismes vont devoir se faire, mais Patrice Collazo a beaucoup d’expérience. Il a connu La Rochelle et a bien redressé ce club. Espérons qu’il reproduise le même miracle avec Brive. Le recrutement qui a été fait a été de qualité et de taille. On a proposé de bonnes rémunérations à des joueurs qu’on voulait retenir. Mais je peux comprendre aussi certains départs comme par exemple celui de Esteban Abadie. Le fait qu’il veuille aller à Toulon et jouer les premières places avec ce club est tout à fait logique. Ce sont des choix de carrière ».

S’il faut accepter et digérer désormais la relégation, Brive n’arrive pas en Pro D2 avec un passe-droit et en terrain conquis. Le club corrézien est attendu au tournant. Simon Gilham en est conscient :

« Brive n’est pas mort. Le club va évoluer en Pro D2. C’est un championnat tout à fait respectable de très haut niveau. Quand on y était, on avait dû déjà se battre. Ce sera la même chose la saison prochaine. Parfois, c’est plus agréable de jouer les premières places dans une division plutôt que d’être dans les profondeurs du classement dans une autre en se battant pour sa survie. Cependant, j’ai vu récemment le match entre Oyonnax et Grenoble (14-3, finale d’accession, Ndlr). C’était terriblement engagé. Quand j’ai regardé ce match, je me suis dit que cela n’allait pas être une sinécure. Mais la Corrèze reste une terre de rugby. Les gens nous suivront au stade ».

Cet appui populaire sera nécessaire et pas de trop pour parvenir à atteindre le but tant souhaité : remonter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi