jeudi 29 septembre 2022

Transferts : quand la Pro D2 prend des airs de TOP 14

À lire

De Le Guen à Baggiani, la Pro D2 aura des allures de Top 14 en 2023, antichambre d’une élite que vont aussi fréquenter quelques valeurs sûres ou pépites en devenir étrangères à l’instar de Harley, Harrisson, Tomane, Ravouvou ou Tofa. Tour d’horizon des têtes d’affiche du Mercato.

BIARRITZ : Joe TOMANE fait sa BO

Déjà passé par le France, où il a sévi pendant 46 matches à Montpellier entre 2016 et 2018, jusqu’à une finale de Top 14 perdue en 2018, l’ailier et trois-quarts centre australien de 32 ans avait poursuivi sa carrière au Leinster (21 matches) dans la foulée, pour y remporter deux Pro 14, atteindre la finale de la coupe d’Europe, avant de poser ses valises au Japon où il évoluait depuis 2020 chez les Ricoh Black Rams. International à 17 reprises entre 2012 et 2015 (jusqu’à la Coupe du Monde 2015), Tomane a aussi un Rugby Championship à son palmarès en 2015 toujours et sera à n’en pas douter un des joueurs les plus titrés du championnat. Au BO, il va retrouver son ancien coéquipier chez les Brumbies, Henry Speight.

SOYAUX-ANGOULÊME : Kévin LE GUEN de retour vers le futur

Trois ans après, le talonneur revient dans un club déjà fréquenté entre 2015 et 2019 avant son arrivée au Stade Français. Le Guen va donc entamer une cinquième saison au SA XV avec 43 matches de Top 14 et de Champions Cup dans ses bagages. L’ancien joueur révélé au Stade Rochelais, passé par Auch et Périgueux n’a été aligné qu’à 6 reprises cette saison et cherche un rebond dans un club et un championnat qu’il connait bien. En fin de contrat, il avait aussi été approché par Pau.

OYONNAX : RAVOUVOU aux Basques d’Oyo

C’est à un spécialiste de Pro D2, deux fois champion de France, en 2019 et 2022 avec le même club, l’Aviron Bayonnais, et une star du rugby à VII néo-zélandais qu’Oyonnax entend notamment se reposer pour retrouver un Top 14 abandonné en 2018. Le 3ème ligne Filimo Taofifenua (28 ans) et l’ailier Joe Ravouvou (32 ans) arrivent tout droit de Jean Dauger pour amener leur grinta et leur expérience à un groupe qui échoue régulièrement en phase finale d’accession depuis quatre ans. Le champion du monde de rugby à VII 2018 (111 sélections) surtout pourrait être une des attractions de la saison… à condition de retrouver son meilleur niveau.

CARCASSONNE : avec AGUILLON et HARLEY, Labit continue

Avec 266 matches disputés avec les Glasgow Warriors, ses 38 sélections en équipe d’Ecosse, le 2ème ligne de 32 ans, Robert Harley, ne fera pas triste figure aux côtés de l’autre recrue phare de l’USC, Pierre Aguillon, de retour à l’ombre de la Cité neuf ans après. Finaliste de la coupe d’Europe en 2021 avec La Rochelle, le centre a peu joué cette année

(13 matches) mais demeure, à 35 ans, une valeur sûre assise sur neuf saisons de Top 14 d’affilée (155 matches de Top 14 et 32 de coupes d’Europe). Leur arrivée n’est pas étrangère à la volonté de Christian Labit de poursuivre un an de plus avant de raccrocher. Un temps espéré, le Castrais international Loïc Jacquet a finalement décliné la proposition de faire lui aussi un an de plus en Pro D2…

COLOMIERS : WHETTON et TUIMAGA dans le pack

Avec le pilier international samoan du Connacht, Tietie Tuimauga et le 2ième ligne néo-zélandais Jack Whetton (29 ans, 2m, 120 kg), le pack de Colomiers aura fière allure malgré le départ de Clément Chartier à Aix. Recruté comme joker médical en cours de saison par Castres, le fils cadet du légendaire Gary Whetton, champion de France avec le CO en 2013, arrivait des Waratahs après deux saisons aux Highlanders. Il s’est engagé trois ans dans le club à la Colombe pour y rejoindre Tuimauga (29 ans, 1m86, 120 kg) en provenance de la province irlandaise du Connacht où il était depuis une saison (10 matches dont deux en Champions Cup).

PROVENCE RUGBY : Un SAINT à Aix

Teimana Harrison à Aix, c’est un international anglais qui débarque en Pro D2 ! Le 3ème ligne des Northampton Saints a en effet cinq sélections avec le XV de la Rose à son actif, juste assez pour avoir participé au Grand Chelem de 2016. Né en Nouvelle-Zélande, Harrison évolue en Premiership depuis dix ans. En fin de contrat avec les Saints, il souhaitait découvrir un autre championnat. A défaut de Top 14, où l’UBB a un temps pensé à lui, c’est en Pro D2 qu’il exprimera sa polyvalence à tous les postes de la 3ème ligne. Co-capitaine de Northampton, Harrison est un vrai leader dans l’âme qui compte 127 matches de Premiership (13 essais), 37 de coupes d’Europe (dont 28 de Champions Cup) et 8 essais. Une vraie plus-value pour Mauricio Reggiardo, le manager aixois.

MONTAUBAN : ROKODUGUNI et GALALA pour faire rugir Sapiac

C’est un joli coup réalisé par le club du Tarn et Garonne avec l’arrivée de l’international anglais de Bath (4 sélections en 2014), l’ailier de 34 ans, Semesa Rokoduguni qui a disputé 15 matches de Premiership cette saison pour un total de 187 depuis 2012 pour 69 essais. Un coup peut-être facilité par la présence de son frère, Pani, déjà en Pro D2 depuis trois ans à Colomiers. Proche de signer à Béziers il y a deux ans, Semesa saute le pas à un âge où tout est encore possible pour un talent de son profil. Avec la légende du CAB, où il a été formé, le polyvalent centre fidjien de 28 ans, Seva Galala (160 matches de Top 14 au compteur pour 26 essais), Sapiac peut rugir de plaisir.

BÉZIERS : SHORT et TOFA, c’est de la dynamite !

Joker médical d’un Racing 92 amputé de Le Garrec et Iribaren en fin d’année, le demi de mêlée australien de 27 ans, Mitch Short est la recrue phare des Biterrois cet été. Avec la Westerm Force en 2017 ou les Waratahs en 2018 et 2019, c’est en Super Rugby qu’il a pu exprimer au plus haut niveau sa vision du jeu et ses qualités techniques.

A défaut d’avoir pu jouer avec le Racing en 2022, il aura tout à prouver dans une Pro D2 taillée à sa mesure. Avec l’arrivée de la révélation de National, à Bourgoin, le puissant et électrique néo-zélandais de 25 ans, James Tofa, l’ASB tient peut-être deux leaders capables de booster un club qui court après l’espoir d’une accession depuis 2018 (barrage perdu à Mont-deMarsan).

VANNES : AFOA-BAGGIANI, le grand écart !

Certes, il a 39 ans, mais à son poste, pilier droit, son expérience devrait suffire pour stabiliser la mêlée du RC Vannes. Champion du monde 2011 avec les Blacks, John Afoa sera forcément une cible et une des attractions de la saison au stade de la Rabine. Il sera aussi un coéquipier exceptionnel pour l’un des plus jeunes piliers à avoir débuté en Top 14, avec l’UBB en 2019, à seulement 18 ans, Enzo Baggiani. Aujourd’hui, 18 ans sé

parent les deux piliers, le plus expérimenté, passé par Aukland, l’Ulster (vice-champion d’Europe 2012), Gloucester et Bristol depuis 2018, le plus jeune, qui a accepté le défi de la Pro D2 pour s’aguerrir et revenir plus fort en Top 14. Il ne pouvait rêver meilleur exemple que le champion du monde All Black aux 38 sélections et aux deux Tri-Nations (2008 et 2010) pour prendre son envol.

AGEN : BARRINGTON-HAMADACHE, du lourd à Armandie

Avec les Saracens, il a presque tout gagné. En 211 matches avec le maillot des Sarries, le pilier gauche anglais de 32 ans Richard Barrington a suffisamment prouvé pour ne pas craindre de s’imposer rapidement au coeur de la mêlée agenaise et de faire oublier rapidement Malino Vanaï. Avec Barrington, on vous parle là d’un joueur qui a gagné trois coupes d’Europe (2016, 2017 et 2019), et six championnats anglais. Ça en impose pour tous ceux qui vont avoir à le défier la saison prochaine… et avec lui l’autre recrue d’expérience venue de Montpellier, Malik Hamadache (33 ans). Ça devrait tenir la route !

Tom Boissy

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi