mardi 23 juillet 2024

Top 14 : Fabien Gengenbacher nouveau visage du LOU

À lire

Après Mignoni et Garbajosa, démis de ses fonctions à un an de la fin de son contrat, le club lyonnais a confié à un néophyte du Top 14 les clés de son avenir. En nommant Fabien Gengenbacher, le président Roubert entend revenir aux fondamentaux du club du LOU.

À LIRE AUSSI : toute l’actu rugby dans votre mag spécial

Ancien joueur du LOU époque Pro D2 (20 matches en 2005/2006), c’est surtout à Grenoble que Fabien Gengenbacher a marqué son temps, pendant onze saisons comme joueur, quatre ans dans le staff, les deux dernières comme manager général, jusqu’à cet access-match perdu face à Perpignan… qui ne lui coupa pas pour autant le chemin du Top 14. Mais ça, il ne l’a pas su de suite, même s’il ne lui a fallu attendre que quelques jours pour être contacté par Yann Roubert pour succéder à Garbajosa.

Lors de la conférence de presse de rentrée, le président lyonnais expliquait ce choix que d’aucuns jugent surprenant, séduit par « ce qu’a fait Fabien à Grenoble, la confiance qu’il a manifestée aux jeunes et à la formation, sa connaissance de la région et du club, sa compréhension de notre adn, de notre identité de jeu autour d’un public sur lequel nous devons capitaliser. »

Fabien Gengenbacher, la surprise du LOU

A 39 ans, c’est autant son profil d’ancien joueur qui n’a jamais quitté la région (Ugine-Albertville, Bourgoin, Lyon et Grenoble) que ses états de service chez le voisin grenoblois qui ont convaincu alors que les candidats étaient nombreux pour se jeter dans la gueule du LOU.

Presque aussi surpris que flatté d’avoir été élu, Gengenbacher revient en Top 14 avec un projet net et précis qui doit se concrétiser par « la volonté de produire un jeu offensif de qualité, de gagner en constance et en régularité sur les si importantes phases de transition attaque/défense pour être difficile à battre. »

Goubert : « Le profil de Fabien colle bien à l’ADN du LOU »

Et de promettre d’entrée de jeu du sang et des larmes pour espérer tirer partie d’une saison dernière certes difficile en interne, mais terminée à une très honorable 3ème place et seulement ternie par une défaite à domicile en barrages face à l’UBB (2532).

« Le timing est serré donc la charge de travail sera importante, autant que toutes les infos que devront intégrer les joueurs, ce qui va leur demander un travail et une responsabilisation supplémentaires. Mais je ne porterai pas seul le management et le leadership d’un groupe de 50 joueurs. Je vais m’appuyer sur un staff qui a de l’expérience et de la compétence pour avoir des joueurs acteurs du projet. »

Les premiers mots du nouvel homme fort lyonnais semblaient conforter le choix de son président : « Le profil de Fabien colle à l’ADN du LOU. Son retour au club doit permettre de poursuivre notre progression dans un climat qui devra conjuguer efficacité, exigence, cohésion et… sérénité ! »

En insistant sur ce dernier point qui a tant fait défaut au groupe la saison passée et ne lui a certainement pas permis d’accrocher une nouvelle demi-finale quatre ans après la dernière, un an après la victoire en Challenge Européen.

À LIRE AUSSI : LE CLUB LYONNAIS GRAND ACTEUR DE L’ÉCOLOGIE

Le LOU veut se joindre à la lutte pour le titre

C’est pour tenter d’y voir un peu plus clair que le nouveau manager a adressé un questionnaire à tous les joueurs pour connaitre leur ressenti et leur attentes dans l’espoir de crever quelques abcès peut-être, et encourager sûrement les joueurs à mieux communiquer, à faire preuve de transparence. Un stage à La Plagne, un match amical face à Aurillac… et déjà arrivait la première journée de championnat face à Toulon à Gerland.

En attendant la deuxième préparation de sept semaines pendant la Coupe du monde jusqu’à la réception de Clermont, les quatre petites semaines de mise en jambes n’étaient pas un luxe pour ne pas manquer la première marche et permettre aux neuf recrues (parmi elles les plus significatives ; Jackson, Radradra, Rattez, Ioane et Abrahams) et aux trois jokers (Allen, Arnold et Pagès) de prendre le train en marche sans risquer de le faire dérailler.

Car, on aurait un peu tendance à l’oublier, nonobstant la saison 2019/2020 interrompue à cause la crise sanitaire, la saison passé du club lyonnais a été malgré tout la meilleure de ces quatre dernières années. L’objectif est donc moins de tout remettre en cause que de garder tout ce que la méthode Garbajosa a pu apporter au LOU.

Les fins de contrats sont-ils une bombe à retardement ?

A l’instar de la situation de Demba Bamba, qu’on annonce à Toulon à l’horizon 2024, pas moins de 18 joueurs de l’effectif actuel seront en fin de contrat en fin de saison et non des moindre s; Coltman, Bamba, Tafili, Devisme, Géraci, Kpoku, R. Taofifenua, Saganidze, Botha, Taufua, Goujon, Gouzou, Doussain, Berdeu, Regard, Parisien, Maraku et Godwin. Le chantier est donc immense pour les dirigeants lyonnais qui ne devront pas tarder à se positionner cas par cas pour offrir un peu de visibilité à leur nouveau staff. Au risque de déstabiliser l’ensemble du groupe ?

Le marché des transferts du LOU

Arrivées : Simutoga (Clermont), Roussel (Bordeaux), Pacheco (Colomiers), Pagès (joker Coupe du monde, Carcassonne), Page-Relo (Toulouse), Jackson (London Irish, Ang.), Radradra (Bristol, Ang.), Rattez (Montpellier), Ioane (Rebels, Aust.), Abrahams (Sharks, Af.Sud)

Départs : Gomez Kodela (libre), Mayanavanua (Northampton, Ang.), Sobéla (Perpignan), Pélissié (arrêt), Rimet (Béziers, p.), Sopoaga (Shimizu Blue Sharks, Jap.), Tuisova (Racing 92), Veredamu (Perpignan), Nakaitaci (joker Coupe du monde, Toulon), Farissier (Grenoble, p.), Clusel (Oyonnax)

La recrue : Semi Radradra

En partance pour le Racing, Tuisova a rapidement été remplacé par le capitaine des Fidji, le solide centre de 31 ans, Semi Radradra. Après Toulon et l’UBB, il s’agira du troisième défi Top 14 pour un joueur qui évoluait à Bristol depuis 2020 où il a acquis une dimension supplémentaire au point de devenir un des centres les plus spectaculaires et décisifs du monde. Une vraie plus-value pour le LOU et un leader de plus pour apporter puissance et expérience à la ligne d’attaque.

La fiche technique du LOU

  • Président : Yann Roubert
  • Budget : 32,5 M€
  • La saison passée : 3ème de Top 14, barragiste (UBB, 25-32), 9ème de la poule A de Champions Cup, quart de finaliste du Challenge Cup (Toulon, 23-48).
  • Stade : Matmut Gerland 60 avenue Tony Garnier 69007 Lyon
  • Capacité : 35 000 places
  • Accès : depuis la gare Perrache, tramway T2, vers Saint Priest, correspondance Métro B, depuis la gare Part Dieu, métro B. En voiture, autoroute A6 (rocade est, périphérique sud, sortie Gerland), autoroute A43 (périphérique sud, sortie Gerland), autoroute A47, sortie Lyon Centre Pont Pasteur. Bus 60.
  • Palmarès : Champion de France (1932 et 1933), finaliste (1931), champion de France de D2 (1989, 2011, 2014 et 2016), vainqueur du Challenge Yves du Manoir (1933)

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi