jeudi 13 juin 2024

Top 14 : le Brennus sans ses plus grandes stars pour le Stade Toulousain ?

À lire

Le Stade Toulousain se présente sur la ligne de départ avec le statut de favori. Mais en cette saison de Coupe du monde, le champion de France en titre pourrait être plus challengé que d’habitude.

Après une année de disette, sans titre, le Stade Toulousain a repris les bonnes habitudes avec un nouveau Bouclier de Brennus, le 22ème de l’histoire du club. Après avoir dominé la saison en compagnie de La Rochelle et après une grosse défaite en Champions Cup au Leinster en demi-finale, les hommes d’Ugo Mola ont sauvé leur saison en battant en finale le double champion d’Europe rochelais grâce à un exploit en fin de match de Romain Namack :

À LIRE AUSSI : toute l’actu rugby dans votre mag spécial

« On a dû faire fac eà une équipe très solide, on a eu une part de chance avec cette action de Romain à la fin. Mais on ne va pas bouder notre plaisir, un titre c’est tellement difficile à gagner. On a été devant quasiment toute la saison, ce n’est pas non plus totalement immérité » se réjouissait le manager Ugo Mola après la finale.

Vers une absence de Dupont toute la saison ?

La fête est désormais terminée et la saison qui arrive s’annonce plus compliquée. Toulouse est privé de ses internationaux retenus pour la Coupe du monde et il pourrait être privé de son maître à jouer Antoine Dupont pour l’ensemble de la saison s’il décide de préparer les JO de Paris. Sans parler de Romain Ntamak, gravement blessé et indisponible au minimum jusqu’en février.

À LIRE AUSSI : LA FINALE DE FOU DE ROMAIN NTAMACK

Dans les colonnes de Midi Olympique, le manager toulousain a évoqué cette éventualité : « Je comprends qu’Antoine à 26 ans et après trois titres de champion de France, un de champion d’Europe, un Grand Chelem et j’espère une grande Coupe du monde ait envie de faire les JO en France. On va s’organiser, mais il faudra penser, à un moment, à ce qu’il récupère et qu’il se régénère. On pourrait devoir s’en passer une demi-saison voire toute la saison. »

Même si Dupont est difficilement remplaçable, Toulouse pourra compter sur Baptiste Germain qui sort d’une belle saison en prêt à Biarritz et qui a montré qu’il pouvait aussi être un excellent animateur de jeu en 10. Paul Graou a aussi montré qu’on pouvait compter sur lui-même s’il a été en difficulté au Leinster.

Les jeunes comme Paul Costes, excellent à la Coupe du monde U20, et Théo Ntamack devraient confirmer le potentiel entrevu la saison dernière. Non retenu pour le Mondial, Matthis Lebel va être très motivé. Malgré les nombreuses absences, le Stade Toulousain sera toujours difficile à battre, mais il aura du mal à aller chercher un nouveau titre car certains remplaçants ne sont pas du niveau des internationaux.

Avec le mondial, un doublé impossible ?

Le 23ème Bouclier de Brennus sera difficile à aller chercher pour les Toulousains. C’est l’équipe la plus impactée par le Mondial puis le Tournoi des Six Nations, La Rochelle semble avoir un groupe plus complet avec des remplaçants plus impactants qu’à Toulouse.

Toulon sera également une équipe à suivre cette saison. Le Racing 92 également. Si le Stade Toulousain arrive à faire le doublé cette saison, ce sera très fort et un petit exploit tant ses adversaires semblent mieux armés pour passer le cap de la Coupe du monde et l’absence des internationaux.

Le mercato du Stade Toulousain

Arrivées : Auriac (Colomiers, rp, joker Coupe du monde), Banos (Mont-de-Marsan, p., joker Coupe du monde), Bituniyata (Brive, joker Coupe du monde), Faasalele (Perpignan, joker Coupe du monde), Franks (Hurricanes, Nlle.Zél., joker Coupe du monde), Germain (Biarritz, rp), Laulala (Blues, Nlle.Zél.), Okumura (Shizuoka Blue Revs, Jap., joker Coupe du monde), Renda (Mont-de-Marsan, rp), Searle (Bath, Ang., joker Coupe du monde), Tilsley (Perpignan, joker Coupe du monde)

Départs : Faumuina (retraite), Fouyssac (Clermont), Mallez (Aix, p), Nanaï-Williams (libre), Page-Relo (Lyon), Tolofua et Youyoutte (Toulon)

La recrue : Nepo Laulala

Charlie Faumuina a laissé un grand souvenir au Stade Toulousain. La légende des Blacks va laisser un grand vide, mais les dirigeants toulousains se sont tournés vers une autre légende ; Nepo Laulala. A 32 ans, le pilier est l’un des meilleurs spécialistes de la mêlée au monde.

Le pilier droit ne viendra pas en pré-retraite puisqu’il s’est engagé jusqu’en 2026. Les Néo-Zélandais réussissent bien au Stade Toulousain, Laulala ne devrait pas déroger à cette règle. C’est un pilier très fort en mêlée fermée, qui sait aussi garder les ballons et qui joue très bien sous pression. Il devrait plaire aux supporteurs toulousains.

La fiche technique du Stade Toulousain

  • Président : Didier Lacroix
  • Budget : 37,3 millions d’euros
  • Saison dernìere : Top 14 : champion de France faceàLaRochelle(29-26); ChampionsCup: éliminé en demi-finale par le Leinster (41-22) Stade : Ernest Wallon, 114 rue des Tròenes, 31 200 Toulouse
  • Capacité : 19 000 places
  • Accès : En voiture, en provenance de Blagnac ou Colomiers, direction Toulouse centre-ville, sortie N°1 les Sept-Deniers, suivez Stade Toulousain ; en provenance de Tarbes ou de Foix, sortie 31 les Sept Deniers, suivez Stade Toulousain ; en provenance de Montpellier ou Bordeaux, direction Blagnac sortie 31 A les Sept Deniers, suivez Stade Toulousain; en provenance du centreville, suivez les Sept Deniers puis panneaux Stade Toulousain
    En bus, navettes entre la station de Métro Barrìere de Paris et Ernest Wallon
  • Palmarès: Champion de France (1912, 1922, 1923, 1924, 1926, 1927, 1947, 1985, 1986, 1989, 1994, 1995, 1996, 1997, 1999, 2001, 2008, 2011, 2012, 2019, 2021, 2023), vainqueur du challenge Yves du Manoir (1934, 1988, 1993, 1995), champion d’Europe (1996, 2003, 2005, 2010 et 2021), finaliste du championnat de France (1903, 1909, 1921, 1969, 1980, 1991, 2003, 2006), finaliste du Challenge Yves du Manoir (1971, 1984), finaliste de la Coupe d’Europe (2004, 2008)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi