mercredi 17 juillet 2024

Top 14 : Montpellier et Saint-André, des choses à se faire pardonner

À lire

La saison post-titre a été difficile pour le MHR. Entre des problèmes extra-sportifs et un collectif qui ne s’est jamais mis en place, Montpellier a vécu une année agitée. Une année que le club veut oublier et repartir de l’avant.

À LIRE AUSSI : TOUTE L’ACTU RUGBY DANS VOTRE MAG SPÉCIAL

En 2022, le MHR a obtenu son graal avec son premier titre de champion de France et une finale maîtrisée face à Castres. L’après titre est souvent difficile à gérer et Montpellier en a fait l’amère expérience : « On n’avait peut-être pas les individualités d’autres équipes, mais on a montré du caractère, on a joué au rugby, on a fait des passes. On a eu ce titre, confirmer est toujours compliqué » expliquait la saison dernière Philippe Saint-André.

La saison dernière, le MHR a perdu son collectif, ses qualités défensives et son assurance collective. Le recrutement avait pourtant été ambitieux avec les arrivées de Léo Coly ou de Louis Carbonel, mais le champion de France en titre n’a jamais été dans le rythme pour être dans le Top 6. Les cadres ont aussi été décevants, notamment Paul Willemse. Cette saison, Montpellier repart d’une feuille blanche avec un nouveau manager Richard Cockerill. Il va tenter d’insuffler une nouvelle dynamique et éviter également les querelles de vestiaires qui ont eu lieu la saison dernière. Parfois contesté, Philippe Saint-André a, lui, pris du recul.

Saint-André a pris du recul

Le MHR a perdu cette année Vincent Rattez, une perte qui pourrait être préjudiciable tant le 3⁄4 est un joueur fiable, qui ne baisse pas la tête face au combat, c’est un excellent joueur d’équipe, pour un collectif. Zach
Mercer est également parti, mais le numéro 8 anglais avait été moins décisif que la saison du titre.

Pour retrouver le haut du classement, Montpellier a fait un recrutement ambitieux avec l’arrivée de Simmonds, le 3ème ligne anglais ou d’Alexandre De Nardi le prometteur arrière qui arrive de Pro D2. Les dirigeants misent également énormément sur Louis Carbonel qui n’a pas été retenu pour le Mondial, il a perdu beaucoup de terrain par rapport à ses concurrents au poste, mais il garde dans un coin de sa tête la sélection. L’ancien toulonnais a les qualités et les moyens pour être en Bleus.

Le sélectionneur garde un œil sur lui, mais une future sélection passe par une bonne saison avec Montpellier. Le MHR qui n’est, finalement, pas énormément impacté par le Mondial et qui pourrait profiter de cette situation pour faire une belle saison et briguer un deuxième Bouclier de Brennus en trois ans. Attention aux Montpelliérains cette saison !

À LIRE AUSSI : LES COULISSES DU MHR

Cockerill et ça repart ?

Après une carrière de joueur bien remplie, notamment à Leicester, Richard Cockerill est devenu un entraîneur apprécié outre-Manche. C’est un bon choix pour le MHR car il va apporter une nouvelle façon de travailler, il a également été assistant de la sélection anglaise. L’ancien talonneur devrait apporter sa rigueur au pack montpelliérain.

En plus, il connait bien la France, il a évolué à Clermont et a fait partie du staff toulonnais en 2017 même si cette dernière expérience ne fut pas une franche réussite. Le plus important, c’est qu’il connaisse le championnat français, ses subtilités. Le successeur d’Olivier Azam a tout pour réussir, un pack de qualité et des dirigeants qui lui font entière confiance.

Le marché des transferts du Montpellier Hérault

Arrivées : Cadot (Biarritz), D’Arcy Raé (Bath, Ang.), De Nardi (Mont-de-Marsan), Doan (Mont de Marsan, rp), Erdocio (Biarritz), Japaridze (Brive), Karkadze (Brive), Macharashvili (Mont-de-Marsan), Latu (Waratahs, Aust.), Mulipola (Newcastle, Ang., joker Coupe du monde), Paillaugue (Toulon, joker Coupe du monde), S. Simmonds (Exeter, Ang.), Williams (Exeter, Ang.)

Départs : Aprazidze (Bayonne), Guidicelli (Bayonne), Haouas (Biarritz), Macurdy (Castres), Maurouard (Perpignan, joker Coupe du monde), Mercer (Gloucester, Ang.), Rattez (LOU), Thomas (libre), Langdon (Northampton, Ang.)

La recrue : Sam Simmonds

A Montpellier, l’un des grands chantiers de cette année était de trouver un successeur à Zach Mercer. Le 3ème ligne a choisi de retourner en Angleterre pour être éligible avec la sélection. C’est un compatriote qui a été choisi : Sam Simmonds. La succession de Mercer n’est pas aisée car il a laissé un excellent souvenir, notamment la saison du titre, il était le meilleur joueur du championnat.

Mais Simmonds va apporter ses qualités de finisseur, c’est un 3ème ligne très mobile qui marque beaucoup d’essais. Il est également un bon preneur de ballons en touche et il sera précieux dans le jeu courant et dans les mauls. Peu de joueurs pouvaient remplacer Mercer à qualités égales, Simmonds (28 ans) fait partie de ce cercle fermé. Avec lui, le pack montpelliérain sera plus costaud.

La fiche technique du MHR

  • Président : Mohed Altrad
  • Budget : 28,6 millions d’euros
  • Saison dernière : Top 14 : 11ème. Champions Cup : éliminé en 8èmes par Exeter (33-33, 5 essais à 4)
  • Stade : GGL Stadium, complexe Yves du Manoir, 500 avenue de Vanières, 34 070 Montpellier
  • Capacité : 15 697 places
  • Accès : En voiture, depuis Toulouse, prendre l’A61 et l’A9 en direction de la D116E1, à St-Jean-deVédas prendre la sortie 32 puis la D 612 en direction de route départementale 65/D65 à Montpellier
  • Depuis Lyon, prendre l’A7 puis l’A9/E15 en direction de route départementale 65/D65 à Lattes, prendre la sortie 31-Montpellier Ouest, rouler sur la départementale 65/D65 vers Montpellier
  • En bus, navette gratuite Parking TaM Sabines sortie autoroute n°31 et GGL Stadium; bus ligne 6, Font couverte ; bus ligne 17, Irissous ; La Ronde-Yves du Manoir ; tramway ligne 2 descendre à la station Montpellier-Sabines
  • Palmarès : Champion de France (2022), champion de France de deuxième division (2003), Bouclier Européen (2004), Challenge Européen (2016, 2021), finaliste du Top 14 (2011, 2018)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi