mercredi 29 mai 2024

Transferts : le plan de l’USAP pour faire sans Melvyn Jaminet

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le départ de l’arrière international français Melvyn Jaminet pour Toulouse a poussé l’USAP à mettre en place une nouvelle stratégie en s’appuyant sur certains renforts ciblés.

Naturellement, le départ à Toulouse de l’élément phare usapiste, Melvyn Jaminet, ne laisse pas indifférent. Mais le président de l’USAP François Rivière a compris et admis la situation :

« Melvyn a incarné ce qu’on sait faire à l’USAP, c’est-à-dire détecter un talent et le faire éclore. Qu’il poursuive sa carrière dans un club qui lui donne un niveau de jeu européen ne me gêne pas. Il a fait le job. J’attendais de lui qu’il fasse une fin de saison dont il puisse être fier et de même pour le club. La carrière d’un joueur est courte. Son départ ne me choque donc pas. Par contre, j’ai été plus dubitatif quand, avec Christian Lanta, on était intervenus sur les départs de certains joueurs dont on pensait qu’ils auraient pu continuer à se former à l’USAP. »

«Ils ont peut-être fait pour certains l’erreur de partir trop tôt du club. Ce n’est pas le cas de Jaminet. Je ne crois pas dans son cas qu’il parte pour les sous. Il est allé à Toulouse car il va recevoir une exposition européenne. On a perdu Forletta (en 2020, Ndlr), Ducuing (en 2015, Ndlr), c’est la vie sportive. Melvyn a fait le boulot. Il a été correct avec le club. Il faut lui souhaiter maintenant bon vent. Après, il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas. Il ne faut jamais dire jamais dans la vie... ».

« L’équipe ne reposait pas sur un seul joueur »

Et le président des Sang et Or de mentionner le recrutement qui en a découlé :

« En tant que président, il y a plusieurs critères à respecter : le financier d’abord. En un an, on est passé de 10 à 18 millions de budget. Je voudrais passer l’an prochain à 20 millions. Ce n’est pas anodin, surtout dans un territoire comme le nôtre, peu prospère. Autre point essentiel. A l’USAP, on s’attache beaucoup à respecter les règles de notre centre de formation. Il y a entre 30 à 40% de joueurs issus de notre centre de formation. Cet ADN nous garantit une sécurité dans le temps. On a pensé aussi qu’il fallait se renforcer sur certains postes. McIntyre est un excellent buteur. Même si on a Tristan Tedder, le départ de Melvyn nous obligeait à prendre un grand buteur. En 3ème ligne, on avait aussi besoin d’être plus agressifs. Galletier intervient bien dans ce cadre. »

Qu’attendre de la saison prochaine, une saison sans « Super Melvyn » ? « Certainement qu’il va manquer à l’USAP. Jaminet reste sur deux saisons formidables. Mais je suis convaincu que cette équipe n’a pas reposé sur un seul joueur. Même quand on s’appelle Jaminet, qu’on est très bon, que cela se passe bien et qu’il mérite son futur, personne n’est irremplaçable » juge une des recrues Victor Moreaux. Mais certains le sont peut-être un peu plus que d’autres…

Le journal des transferts de Perpignan

Ma’afu Fia (pilier, Bath) – L’international tongien de 32 ans a fait le choix fort de quitter l’Angleterre et Bath pour aider l’USAP. Expérimenté, ce joueur est aussi passé par les Ospreys.

Victor Moreaux (2ème ligne, Racing 92) – C’est le choix du cœur. Dans un environnement qui doit lui convenir bien mieux, cet ancien champion de France avec Castres (2018) devrait donner sa pleine mesure.

Kélian Galletier (3ème ligne, Montpellier) – Un nouveau chapitre très important s’ouvre pour ce joueur de 30 ans, qui a donc quitté le MHR, son club de toujours.

Jake McIntyre (demi d’ouverture, Western Force) – C’est une grosse signature. Cet ouvreur de 28 ans, ancien international australien U20, arrive de la Western Force. Mais il connaît bien le rugby français pour avoir évolué à Agen et Clermont.

Boris Goutard (arrière, Narbonne) – Voilà potentiellement le remplaçant de Melvyn Jaminet. De quoi mettre la pression sur ce joueur de 24 ans en provenance de Narbonne. Contacté par plusieurs clubs, il a fait le choix de venir à l’USAP.

Will Witty (2ème ligne, Exeter) – Le 2ème ligne anglais d’Exeter Will Witty (27 ans, 1m98, 118 kg) s’est engagé deux ans (1+1). International U20 en 2015, ce dernier souhaitait jouer en France malgré un contrat avec le club anglais où il évoluait depuis 2019 après avoir débuté à Newcastle.

Dorian Laborde (centre, Racing 92) – Arrivé en cours de saison à Toulon la saison passée, le 3⁄4 centre du Racing 92 (à qui il restait deux ans de contrat au Racing) Dorian Laborde avait été très peu utilisé avec l’arrivée de Franck Azéma (4 matches de Top 14). Sur les tablettes du Stade Montois, il a finalement opté pour l’USAP.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi