vendredi 7 octobre 2022

Zack Holmes (UBB) : « J’ai opté pour une équipe qui propose un jeu offensif »

À lire

Après La Rochelle et le Stade Toulousain, Zack Holmes va porter le maillot de l’UBB. Non conservé par Toulouse, l’ouvreur australien voulait rester en France où il s’installera. Entretien pour Le Quotidien Du Sport et Rug magazine.

Comment se passe votre arrivée en Gironde ?

Très bien. A la fin de la saison, je suis rentré un peu en Australie. Je n’y étais plus allé depuis la COVID. Trois ans, c’est long. Sinon, on est bien installés avec ma femme, le club a tout fait pour nous mettre dans les meilleures conditions.

Est-ce le manque de temps de jeu qui vous a poussé à quitter Toulouse ?

J’ai discuté avec les dirigeants en début de saison, je n’ai pas ressenti une grande envie de me garder, ils voulaient rajeunir leur effectif, donner leur chance à des jeunes du centre. J’ai parfaitement compris il n’y a aucun souci. Bordeaux me suivait, j’ai rapidement dit oui. J’ai opté pour une équipe qui propose aussi un jeu offensif. Elle est en construction, elle progresse chaque année avec des demi-finales, une place de leader quand le championnat a été arrêté à cause du COVID. C’est aujourd’hui une valeur sûre en France.

Un club en construction qui se rapproche de ce que vous avez connu à La Rochelle.

Non car La Rochelle c’était vraiment le début du projet, le club montait, il n’était pas encore parmi les meilleurs, l’UBB l’est. Il fait déjà partie des meilleurs clubs français et européens.

Zack Holmes quitte la Garonne pour la Gironde

Après Romain Ntamack au Stade Toulousain, vous vous retrouvez en concurrence avec un autre jeune ouvreur très talentueux, Matthieu Jalibert. Cela ne vous a-t-il pas freiné dans votre réflexion ?

Non car à Toulouse il y avait Romain, mais aussi Thomas (Ramos) qui était utilisé en 10. A l’UBB, je partagerai le temps de jeu avec Matthieu. Mon style de jeu se rapproche du sien, plus que de celui de Romain qui est plus dans la gestion. Cela vient du fait qu’il évolue aux côtés du meilleur joueur du monde Antoine Dupont.

Antoine prend beaucoup d’initiatives. Pour jouer à ses côtés, il faut s’adapter. Romain et Antoine ont prouvé avec le club et en sélection qu’ils forment une paire de demis excellente. Matthieu Jalibert est plus dans l’attaque du ballon, dans l’offensive. En fait, Matthieu et Romain sont complémentaires, la France a de la chance de les avoir tous les deux et en plus derrière il y a d’autres jeunes ouvreurs très talentueux.

« Il n’y a pas de raison que l’UBB ne gagne pas un titre »

A Toulouse, vous avez fait de gros matches au centre. Cela ne vous a-t-il pas donné des idées de reconversion ?

Non. Mon poste, c’est l’ouverture, c’est là où je me sens le mieux. J’aime

distribuer les ballons. Avec Rémi Lamerat, Moefana, Tani Vili, il y a de gros candidats à ce poste de centre.

Auriez-vous pu partir à l’étranger ?

Oui si je n’avais rien eu en France, mais ma priorité était de rester en France. J’aime votre pays, d’ailleurs je continuerai à y vivre après ma carrière. Je commence à prendre des cours pour devenir entraîneur mais, ce qui est sûr, c’est que je resterai ici.

L’UBB est présent en phase finale, mais ne gagne pas de titres. Que lui manque-t-il selon vous ?

A ce niveau, c’est un peu de chance. Comme l’année du Covid où ils réalisaient une super saison avant que tout soit arrêté. Ils battent les meilleures équipes donc il n’y a pas de raison qu’ils ne gagnent pas un Bouclier ou une Coupe d’Europe bientôt.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi