jeudi 25 avril 2024

Ange Capuozzo (Stade Toulousain) : « Cette action a changé ma vie »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

L’international italien, Ange Capuozzo de 23 ans et néo-toulousain raconte comment sa relance de plus de 60 mètres en mars contre les gallois a chamboulé son existence.

Qu’a changé pour vous cet éclair de génie contre le Pays de Galles le 19 mars à Cardiff (victoire 21-22 à la dernière minute) ?

Cette action a changé ma vie. Accomplir cela quand on joue en Pro D2 implique une reconnaissance internationale. Cela a constitué un moment très fort en émotions pour moi et pour toute ma famille. En plus, ils étaient présents. Quand j’y repense aujourd’hui, c’est fou ! Je savoure et j’en profite.

Sur cette action, que vous passe-t-il par la tête ?

Je sais qu’il faut absolument tenter quelque chose. Je me dis juste : avance et tente. J’ai en tête qu’il faut qu’on marque. On est à 60 mètres de la ligne d’en-but. Mais, sur le terrain, on sentait qu’il y avait la place.

La presse italienne a même poussé la comparaison entre vous et Maradona sur cette action ! (rires) Maradona, je le porte dans mon cœur. Déjà par mes origines. Son côté improbable et génial j’adore ! Il avait cette personnalité hors-norme.

Cela n’a-t-il pas été un regret de ne pas être en équipe de France alors que vous êtes né à Pont-de-Claix en Isère ?

Non. Mais je suis vraiment content quand la France gagne. Je reste Français et supporteur de la France. Mais l’Italie m’a énormément donné à une période de ma carrière où c’était l’inconnue. Je n’étais pas encore au centre de formation quand ils ont décidé de me prendre à la Coupe du monde en U20. Ils ont vraiment accéléré les choses sur ma petite carrière à Grenoble. Certes, je les ai bien aidés, mais ils m’ont fait totalement confiance. Si j’ai pu faire cette action, c’est grâce à leur confiance. J’ai envie de leur rendre.

Qu’attendre de l’Italie pour le prochain Mondial ?

Je reste optimiste. Les équipes se construisent sur des victoires. La sélection italienne a un beau potentiel. Reste à matcher le plus souvent possible avec le haut niveau. Pas mal de gars le connaissent comme Paolo Garbisi notamment (l’ouvreur du MHR, Ndlr). Il faut maintenant encore engranger de l’expérience et du rythme international.

Vous sentez-vous prêt à endosser un rôle de leader ?

Il y a des joueurs qui assument très bien cela comme Edoardo Padovani. C’est plus eux qui vont m’entourer que moi qui vais prendre ce rôle de leader. Je dois aussi travailler ma communication et peaufiner mon italien. Si je dois devenir un leader, c’est par le jeu.

« Je viens à Toulouse en outsider »

Qu’est-ce qui vous a décidé de signer à Toulouse ?

Car c’est Toulouse ! L’histoire forte de ce club m’a convaincu. Je veux vaincre et gagner des titres. Il n’y a pas meilleur endroit en termes de culture et de gagne. Dans ce club, on peut jouer avec les meilleurs joueurs du monde. Je vais grandir et progresser à leur contact.

Avez-vous échangé avec Vincent Clerc ancien de Grenoble ?

Il est une légende de notre sport. C’est quelqu’un de très inspirant. On est un peu en contact. On s’est déjà vus. Je prends tout ce qu’il me dit avec grande attention.

Thomas Ramos est un joueur clé à Toulouse. Melvyn Jaminet y a signé. A quelle place vous attendez-vous à jouer ?

Je viens à Toulouse en outsider. En voulant apprendre de ces joueurs. Ramos et Jaminet ont remporté le Six Nations et ont réalisé le Grand Chelem. Je vais me nourrir de leur parcours. Je viens à Toulouse avec humilité et pour m’épanouir sur différentes positions.

En 15, à l’aile. J’arrive pour tenter ma chance et bousculer l’ordre établi. On est une équipe. On aura besoin de tout le monde. La saison est longue. Je ne prends surtout pas cette concurrence à la légère, mais elle ne me fait pas peur non plus. C’est hyper motivant.

Que restera-t-il de Grenoble dans votre parcours ?

Grenoble m’a énormément enrichi depuis que j’ai 11 ans. J’y ai vécu des moments extraordinaires. Je ne joue en professionnels que depuis trois ans. Ce club m’a permis d’être le joueur que je suis aujourd’hui. J’y ai grandi en tant que joueur et en tant qu’homme

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi