lundi 4 mars 2024

Barnabé Massa : « Clermont, le bon choix »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Champion du monde U20 l’été dernier, Barnabé Massa (19 ans) profite pleinement de sa saison avec le FC Grenoble pour continuer son apprentissage du haut niveau, en Pro D2. Recruté par Clermont pour trois ans à l’issue de la saison, le talonneur ne manque pas d’ambition.

Comment se passe ce début de saison ?

C’est un bon début de saison. Si je suis resté une année supplémentaire à Grenoble, c’était pour jouer un maximum. Je suis content d’enchaîner. Je voulais aussi faire la Coupe du monde U20. C’était le cas. J’avais aussi l’objectif de signer dans un gros club de Top 14 et c’est le cas aujourd’hui (Clermont). Je suis content. J’ai hâte d’être l’année prochaine pour ce nouveau défi et découvrir ce monde du Top 14 que j’idolâtre depuis tout petit.

Est-ce simple de se motiver chaque weekend en Pro D2 quand on connaît déjà son avenir ?

Il faut savoir profiter de cette année pour passer des paliers. A nous maintenant de faire le boulot pour continuer à grimper et espérer faire les phases finales. La mayonnaise est en train de prendre. Nous sommes lancés pour la course aux phases finales. On ne s’est pas fixé de limites cette saison. On voulait gagner la Pro D2. Nous savions que l’on peut le faire et que l’on a le caractère pour. On a pris certains coups durs, mais l’équipe est en train de se former.

Pensez-vous que sans ces coups durs, le groupe aurait été aussi fort ?

On ne savait pas si on serait en Pro D2 avec le club ou au chômage. Malgré ces moments de doutes, on a retrouvé le sourire et un supplément d’âme pour se dépasser.

Quelle est votre ambition aujourd’hui ?

On espère batailler pour les phases finales comme tous les clubs dans le Top 6. On espère viser la montée et remporter la Pro D2. Je sais que ça va être dur. Il y a de grosses équipes. On travaille fort pour finir dans les évènements. Top 6.

À LIRE AUSSI : tous les mags à lire sur le rugby

 « J’ai bien fait de rester une année de plus »

Personnellement, est-ce gratifiant de vivre une telle saison avec le FCG ?

Ça forme énormément. La Pro D2 est formatrice pour les joueurs de devant. La saison passée, le regret de ne pas être dans le groupe pour les phases finales m’a fait grandir. Mon carton rouge à la Coupe du Monde U20 aussi (il a pris trois matches de suspension, Ndlr) qui m’a fait manquer le reste de la compétition. Je sais que je ressors plus fort de ces

Le fait d’avoir Clermont à l’horizon vous soulage-t-il ?

Je suis concentré sur cette saison, je veux bien finir mon aventure avec Grenoble. Je suis aussi pressé de rejoindre Clermont pour connaître un plus haut niveau et grandir avec mon nouveau club. C’est un bon choix. C’est à moi de rendre ce choix bon. J’ai tout de suite accroché le projet présenté par Christophe Urios et Didier Retière. Je me suis retrouvé dans ce projet avec du travail au quotidien.

Avec l’équipe de France et la prochaine Coupe du monde comme objectif…

C’est un objectif, oui, mais si je n’y suis pas, c’est que je n’aurai pas tout faire pour. Il faut travailler et se donner les moyens pour. J’essaye d’analyser le jeu des plus grands à mon poste pour développer mes qualités et apprendre d’eux. Ça doit être fort d’être champion du monde. Ça donne envie de bosser pour le devenir.

Natif de Valence, comment avez-vous vécu ce qui s’est passé à Crépol avec le meurtre du jeune Thomas ?

Ça fait mal au cœur. Il a trois ans de moins que moi. Mon cousin a joué avec lui. Il était du même club, de Romans. Ça met un gros coup à tout le monde. C’est dur de voir cela. Personne ne mérite cela. Surtout quand on sort avec ses amis du rugby. Ce ne sont pas nos valeurs. On découvre les sorties et les bals. Ça fait froid dans le dos.

À LIRE AUSSI : les grands espoirs de du XV de France

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi