lundi 4 mars 2024

Les ambitions de Grégory Alldritt (La Rochelle) pour 2024

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

Au sortir de la Coupe du monde, Grégory Alldritt, le Rochelais a décidé de faire un break de deux mois pour revenir plus fort en janvier.

Antoine Dupont va jouer à 7 dans l’optique des JO. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

C’est très bien pour lui d’avoir l’opportunité de jouer des Jeux Olympiques dans sa vie. C’est juste énorme. S’il peut le faire, il faut qu’il le fasse.

Ça va le faire enchaîner deux saisons, ce qui est le contraire de ce que vous avez décidé de faire…

Tout le monde est différent. On l’a vu après la Coupe du monde. Il y en a qui jouaient le week-end d’après, d’autres toujours pas. C’est vraiment un ressenti qu’il faut avoir soi-même. Il avait besoin de jouer, il se sentait en forme, préparé. A partir de là, il n’y a pas de question.

Les calendriers ne sont-ils pas trop chargés ?

Il ne faut pas non plus faire n’importe quoi. Apparemment, on ne cherche pas à réduire les matches au niveau international, mais plutôt à les augmenter. Geler le salary cap peut permettre d’avoir des effectifs plus importants avec plus de qualité qu’on puisse permettre des plages de repos, des plages de travail. Il faut protéger les joueurs et leur permettre de ne pas avoir à jouer tous les matches. La saison est très longue, on a l’impression qu’on est à la fin de saison, mais on a joué que quelques matches.

À LIRE AUSSI : les mags rugby pour tout découvrir de votre club

« Il faut protéger les joueurs »

A choisir entre un 3ème titre européen et un premier Bouclier, la priorité va-t-elle au Bouclier ?

Trois titres d’affilée, c’est beau aussi (sourire). Ce serait dommage de mettre tous les œufs dans le même panier et peut-être à la fin prendre le risque de se retrouver avec rien.

Le début de saison du Stade Rochelais vous inquiète-t-il ?

Non pas du tout. On perd un match à domicile. La saison dernière, on en perd deux ou trois. Il faut juste être sérieux et ne pas laisser l’écart trop s’agrandir. La saison est encore très longue et il va se passer beaucoup de choses.

A titre personnel, comment vous sentez-vous ?

Je me sens mieux, j’ai déjà moins mal aux genoux. J’avais aussi une épaule capricieuse, je ne la sens plus. J’avais une lésion à l’ischio,

je ne la sens plus non plus. C’était important d’évacuer tout ça. Je suis un programme physique tous les jours, j’ai une séance de sport à faire avec une séance de muscu pour vraiment revenir en janvier en meilleure forme.

Même si c’est frustrant de suivre les copains à la télé, êtes-vous satisfait de ce choix d’avoir fait un break ?

On verra à la fin si j’avais raison de le faire. Mais c’était important que ce soit moi qui m’impose une plage de repos de la durée que je veux plutôt que d’être contraint par la blessure d’être au repos six mois ou plus. Au final, c’était une bonne décision. Une décision que j’ai mûrie la saison dernière. J’ai attendu de voir le parcours qu’on faisait avec La Rochelle. On a joué deux finales et ça a été une très longue saison. Le coach (Ronan O’Gara) a totalement soutenu ma décision. Le président et le directeur général l’ont aussi de suite compris et n’ont mis aucune barrière.

On a beaucoup parlé de l’arbitrage à la Coupe du monde. Y a-t-il un problème ?

Vus les enjeux en Top 14, l’arbitrage est hyper important et de voir qu’il n’y a que quatre arbitres français qui sont professionnels, c’est juste pas possible et il faut les mettre dans les meilleures conditions pour qu’ils puissent être plus performants.

Si Antoine Dupont ne dispute pas le Tournoi, êtes-vous candidat au capitanat de l’équipe de France ?

C’est au staff de prendre la décision, mais il y a une hiérarchie qui est assez claire.

À LIRE AUSSI : les interviews exclusives du Rochelais

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi