mardi 5 mars 2024

L’Euro comme vous ne le verrez jamais (Groupe E) : en Pologne, peu de monde croyait en Lewandowski

À lire

On connaît tous les grandes histoires des 24 équipes qui participent à l’Euro. Mais aujourd’hui, le Quotidien du Sport vous fait découvrir les petites histoires des pays, à travers des anecdotes. Des anecdotes sur un joueur ou bien sur l’équipe elle-même. Le groupe E : Espagne, Suède, Pologne et Slovaquie.

Espagne (6ème au classement FIFA) : une “Arconada”, un geste rentré dans l’histoire

L’Espagne est en finale de l’Euro 1984 face à la France. Sur un coup franc de Michel Platini, le gardien Luis Arconada semble parvenir à l’arrêter. Mais il laisse maladroitement glisser le ballon sous le corps et rentrer dans sa cage. Le score était alors de 0-0, le score final sera de 2-0 pour la France. Avant la finale de l’Euro, il était pourtant le sauveur de la Roja. Mais après la finale, c’est le coupable idéal. Mais à mesure que les désillusions allaient s’enchaîner, cet Euro 84 et cette « Arconada » se sont transformés en symbole d’une Espagne incapable de gagner. Jusqu’à la génération Iniesta Torres, où l’Espagne a tout gagné.

L’expression « faire une arconada » est d’ailleurs régulièrement utilisée par les observateurs francophones pour désigner, pour un gardien, une boulette similaire. Le gardien espagnol est ainsi tristement (pour les Espagnols) rentré dans l’histoire.

Suède (18ème) : Isak, l’homme à records dont on parle peu

Qui connaît vraiment Alexander Isak ? Pas grand monde, et pourtant il a des records que même Zlatan Ibrahimovic n’a pas. C’est pourtant ce dernier le plus grand joueur de l’histoire suédoise.

Mais Alexander Isak est lui dans la liste des 26 pour l’Euro, contrairement à son aîné. Il évolue actuellement à la Real Sociedad (Espagne), mais a commencé sa carrière dans son pays, à l’AIK Footboll. Là, il devient le plus jeune buteur de l’histoire du championnat de Suède, à seulement 16 ans et 199 jours. Un phénomène de précocité également présent en équipe nationale. À seulement 17 ans et 109 jours, il est le deuxième joueur le plus précoce à être capé avec la Suède, le plus jeune depuis 1911. Quelques jours plus tard, il inscrit un but contre la Slovaquie, son premier but international. A l’occasion, il devient le plus jeune buteur de l’histoire de la sélection suédoise à 17 ans et 113 jours.

A 21 ans, il sera cet été le principal fer de lance de l’équipe suédoise, qui aura toutes ses chances dans ce groupe E.

Pologne (21ème) : Robert Lewandowski, leader surprise !

Robert Lewandowski est sans aucun doute le meilleur buteur du monde. Avec ses 41 buts en Bundesliga, il a fait tomber le vieux record de Gerd Müller, et a porté le Bayern tout au long de la saison. Mais « Lewy » est un peu l’arbre qui cache la forêt d’une sélection un peu limitée dans le cœur du jeu malgré d’indéniables talents aux extrémités. Sans Milik ni Piatek, l’attaque devra être uniquement portée par Lewandowski. Tout dépendra de lui, pour une éventuelle 2e place du groupe.

En Pologne, la confiance sur Robert Lewandowski a grandi, mais l’attaquant a mis du temps à convaincre ses compatriotes, comme le raconte Michel Thiry, grand connaisseur du football polonais : « En Pologne, quand on a annoncé son transfert au Bayern, et malgré sa réussite totale.à Dortmund, les gens dans la rue me disaient qu’il n’allait pas réussir à Munich, que c’était un niveau trop élevé pour lui. » Aujourd’hui, Robert Lewandowski a bien prouvé le contraire (294 buts en 360 matchs avec le Bayern).

Slovaquie (36ème) : Slovénie, pas Slovaquie !

Retour 11 ans en arrière. Quelques jours avant le début de la Coupe du Monde en Afrique du Sud. La Slovaquie s’est qualifié pour cette compétition, tout comme la Slovénie.

La confusion des noms de la Slovaquie et la Slovénie est assez répandue. C’est ainsi que le mardi 21 juin dans la conférence de presse précédant le match de football Slovénie-Angleterre, les officiels de la FIFA évoquent une rencontre Angleterre-Slovaquie. Un des journalistes slovènes a reporté cette confusion. L’officiel en question a néanmoins présenté des excuses écrites au journaliste. L’erreur a été reproduite pendant la couverture de la rencontre Paraguay-Slovaquie.

A noter que le même type dans le match opposant le Paraguay à la Slovaquie, les commentateurs sportifs Adrian Healey et John Harkes, réputés pour leurs explications alambiquées, ont annoncé un match Slovénie-Paraguay sur ESPN. Des erreurs évitables, même si la confusion est régulière.

Lire aussi : Groupe A – Groupe B – Groupe C – Groupe D

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi