jeudi 23 mai 2024

Mohed Altrad : le mystérieux nouveau mécène du rugby

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Equipe de France, Blacks, super rugby, coupe du monde Féminines… Le Président du MHR Mohed Altrad, toujours En quête de son premier bouclier avec Montpellier, sponsorise à tout va via sa société d’échafaudages. Et ça ne plaît pas à tout le monde…

La marque Altrad est de plus en plus présente sur la planète rugby. Mohed Altrad (71 ans) son président est aussi celui du MHR depuis juin 2011. Le propriétaire du Groupe Altrad, spécialisé dans le BTP, société qu’il a fondée en 1985 à Montpellier, est également sponsor principal du XV de France depuis janvier 2018. Devenant le premier sponsor à s’afficher sur le maillot des Bleus, ce fait n’est pas sans soulever certaines critiques…

Mohed Altrad et le président de la Fédération Française Bernard Laporte seront ainsi jugés du 7 au 22 septembre pour des soupçons de favoritisme concernant notamment le contrat de sponsoring du maillot du Quinze de France.

Le nom Altrad, 39ème fortune de France en 2021, paru dans le classement de Capital, sera également visible sur les maillots des All-Blacks jusqu’en 2027. Ironie de l’histoire, ces deux immenses nations du rugby se rencontreront dès leur phase de groupe lors de la prochaine Coupe du monde en France en 2023.

Mohed Altrad, 39ème fortune de France

L’homme d’affaires héraultais a signé également un contrat de quatre ans avec la province de la Western Force. En tant que partenaire principal, le logo Altrad est donc visible sur tous les maillots et tenues d’entraînement de cette franchise australienne basée à Perth :

« La Western Force est une équipe qui a une stratégie de croissance bien définie et qui s’aligne fortement sur nos valeurs et notre culture. Nous sommes ravis de soutenir cette organisation dynamique et ambitieuse et d’aider les équipes de la Western Force à atteindre leurs objectifs sportifs » a réagi Mohed Altrad qui n’a pas répondu à nos sollicitations. Le maillot de la Western Force va incorporer des motifs indigènes.

Un sponsor qui soutient le rugby sur tous les fronts

C’est une façon de soutenir les minorités autochtones très fréquemment défavorisées que Mohed Altrad, né dans une tribune nomade dans le désert syrien, souhaite particulièrement défendre :

« La stratégie de sponsoring d’Altrad au niveau mondial consiste à soutenir le rugby à tous les échelons. Depuis le niveau amateur jusqu’au niveau professionnel, à l’international, et de rendre ce jeu plus accessible pour les jeunes, mais aussi d’en étendre sa pratique auprès du public féminin » peut-on lire dans un communiqué du Groupe Altrad.

Altrad a encore élargi son champ d’action puisque la Coupe du monde féminine reportée en 2022 l’a aussi choisi comme sponsor. Avec une telle mainmise, Mohed Altrad fait évidemment l’objet de bon nombre de critiques et de jalousies. Certaines de ces critiques mettent en avant le fait que le MHR court toujours après un Bouclier malgré beaucoup d’argent investi.

D’autres fustigent un contingent de Sud-Africains très important au club sans occulter la gestion du cas Johan Goosen (au club entre 2018 et 2021) faisant gonfler les polémiques. D’autres avaient plutôt déploré son ménage de printemps opéré en mai 2017, le jugeant comme assez brutal avec des joueurs se voyant signifier une fin de contrat suite à une entrevue.

« En France, dès qu’on a de l’argent, qu’on réussit ou qu’on touche à plusieurs milieux, qu’on ne vient pas du sérail, on est mal vu »

Il y a quelques mois, dans une chronique publiée sur le site The XV, l’ex-international écossais du MHR (entre 2012 et 2014), Johnnie Beattie, s’était payé le scalp du président. Vincent Rattez tient à rétablir certaines vérités sur le boss du MHR qu’il a rejoint en 2020 :

« Avant que je n’arrive, j’avais cette vision de lui comme étant un président distant. L’image d’un homme qui investissait beaucoup d’argent, mais qui n’était pas forcément présent. L’an dernier, il a été là à quasiment tous les matches ! Il était dans les vestiaires. Il nous a fait des discours pour nous dire qu’il ne nous lâchait pas dans les moments très difficiles.

On pouvait même organiser des réunions avec lui pour voir ce qui pouvait être amélioré au sein du club. C’est un passionné. Il a une image ternie par les journalistes. Mais l’image reflétée dans les médias d’un président propriétaire d’un club, mais sans passion, est une vision totalement contraire à la réalité. Quand il nous parle, on sent qu’il aime cela.

Si ce n’était pas le cas, il ne serait pas à la tête du club depuis plus de dix ans. L’épisode sud-africain et le fait que ce soit un mécène a été mal perçu. Il n’en a pas tiré une bonne image. Mais il ne faut pas rester focalisé là-dessus. Il est loin de l’image qu’on lui colle ».

Altrad et le MHR, pas un problème pour le Top14

Même son de cloche chez son coéquipier Cobus Reinach : « Il aime son équipe. Il nous encourage avant les matches, voyage même avec nous à l’extérieur. » Son engagement politique et l’annonce de sa candidature à la mairie de Montpellier le 16 septembre 2019 n’a probablement pas été du goût de tout le monde non plus…

« C’est peut-être la mentalité française qui veut cela. Dès qu’on a de l’argent, qu’on réussit ou qu’on touche à plusieurs milieux, qu’on ne vient pas du milieu du rugby, on peut être mal vu » souligne l’ancien Rochelais. Jean-Jacques Bertrand, le vice-président du CAB, connait lui aussi le personnage :

« J’aime bien Mohed Altrad. A une certaine époque, à la Ligue, je passais des soirées très agréables. Il a réussi tant mieux pour lui ».

Le président du CAB Simon Guillham apprécie également :

« Il est en train de construire un très beau projet avec Montpellier et Philippe Saint-André. Il faut lui montrer du respect pour tout ce qu’il est en train de réaliser. » Apprécié ou décrié, Mohed Altrad ne laisse pas indifférent. Toutefois, arrivé sans le sou en France ni parlant un mot de notre langue, son parcours inspire le plus grand respect pour ne pas dire l’admiration.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi