samedi 24 septembre 2022

Nolann Le Garrec (Racing 92) : « J’ai toujours essayé de copier Yachvili »

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

Blessé à l’épaule droite (luxation) en novembre contre Brive, le demi de mêlée Nolann Le Garrec est de retour. À 19 ans, la pépite du Racing 92 se confie au Quotidien du Sport et à Rugby magazine.

Comment avez-vous vécu cette blessure à l’épaule qui vous a stoppé dans votre élan ?

C’est toujours compliqué car je commençais à enchaîner les matches, j’avais de bonnes sensations. Je me sentais de mieux en mieux. Je ne me suis pas pour autant morfondu, j’ai essayé de voir ce que je pouvais travailler.

J’ai notamment beaucoup travaillé mon pied gauche pour être capable d’avoir les deux pieds. Je me suis reconstruit physiquement comme si c’était une deuxième prépa physique pour attaquer la fin de saison. Il reste encore de beaux matches à jouer comme ce 8ème de finale de Champions Cup contre le Stade Français !

La Coupe d’Europe nous tient à cœur, en plus c’est un derby, ça va être démultiplié, il ne faudra pas perdre.

Jacky Lorenzetti nous a dit qu’il ne voyait pas pourquoi il prendrait Antoine Dupont alors qu’il vous avait. Un sacré compliment !

Il faut que je continue à travailler pour que cette phrase prenne du sens et que le Racing puisse compter sur moi et que j’essaye d’avoir à ma façon la même influence qu’Antoine Dupont peut avoir au Stade Toulousain ou en équipe de France.

Nolann Le Garrec : « Je suis prêt à assumer des responsabilités »

Maxime Machenaud partira en fin de saison. Etes-vous prêt à prendre les clés du camion ?

Ça fait un moment que je travaille avec le groupe. Petit à petit, j’ai plus de responsabilités comme le tir au but. Je pense être capable d’endosser ce rôle et ça ne me fait pas peur, au contraire ça m’excite plus qu’autre chose.

Ce n’est pourtant que votre 2ème saison à 19 ans !

C’est ma 2ème saison, mais ça fait presque trois ans que je m’entraîne avec l’équipe pro. Je commence à bien connaître les joueurs, à appréhender tous les détails du Top 14 avec sa rudesse chaque week-end. J’ai aussi goûté un peu à la Coupe d’Europe. J’ai aussi joué pas mal avec les moins de 20. Je me suis construit ma propre expérience et l’étape d’après est d’être capable de prendre plus de responsabilités.

Antoine Dupont vous impressionne-t-il ?

Chaque week-end, il est attendu et chaque week-end, il répond présent de manière encore plus belle. Ses qualités, tout le monde les connaît, mais c’est vraiment sa capacité à répondre aux attentes et à faire face à la pression qui m’impressionne le plus. Il est rarement défaillant et affiche des standards très hauts.

A-t-il révolutionné le poste de demi de mêlée ?

Il le révolutionne à sa manière. On s’oriente plus vers des demis de mêlée explosifs avec des qualités de vitesse et de duel autre que la passe et le jeu au pied. Sur ces aspects, il surnage.

Après, des Antoine Dupont, il n’y en a pas beaucoup. Chacun doit faire avec ses qualités et doit jouer son rugby. Ce serait une erreur de vouloir copier un joueur sans prendre en compte ses propres qualités. Je regarde certaines choses chez lui, mais j’ai aussi mes qualités.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi