dimanche 29 janvier 2023

Passion, pouvoir et finances… L’influence d’Emmanuel Macron sur le football français

À lire

Depuis qu’il est à la tête de l’Etat, Emmanuel Macron a toujours pesé sur les grandes décisions qui font le football français. Souvent dans l’ombre, parfois moins…

Depuis son accession au pouvoir, le Président de la République est aussi devenu un acteur du monde du football. Avec Nicolas Sarkozy, il est un des président français qui s’intéresse le plus au foot.

De part sa fonction, le locataire de l’Élysée s’est incrusté dans les dossiers chauds de ces derniers mois : CVC, « affaire Le Graet », prolongation de Kylian Mbappé, droits TV, politique du football… Tous ces dossiers chaud ont eu, à un moment ou un autre, un rapport étroit avec le Chef de l’Etat. A l’image de la finale de la Coupe du Monde, où on l’a vu sur la pelouse réconforter les Bleus.

Premier symbole des liens entre le football et Emmanuel Macron, c’est une opération très populaire. En effet, l’opération des Pièces jaunes est la première liaison entre le football et la politique sociale. Notamment en impliquant un homme, Didier Deschamps, le sélectionneur de l’Équipe de France, reconduit jusqu’en 2026.

C’est un dossier symbolique, géré par Brigitte Macron, qui a succédé à Bernadette Chirac, autour duquel le Chef de l’État a impliqué une personnalité qui fédère le grand public. Mais c’est loin d’être le seul. Emmanuel Macron s’est impliqué dans plusieurs dossiers chauds.

L’arrêt du championnat de France en 2020, Macron divisé sur le sujet

Un des dossiers les plus médiatiques des dernières années concerne la crise du COVID. Nous sommes en pleine pandémie en février 2020. Se pose la question de la poursuite des compétitions sportives professionnelles. Dont le Championnat de France de Ligue 1. Si les clubs y sont pour la plupart opposés, dont Jean-Michel Aulas le patron de l’Olympique Lyonnais, elle sera actée par la LFP.

En effet, le Président, Vincent Labrune décide après concertation avec tous les intervenants, de suspendre la saison définitivement avec les classements à date. Ce qui provoque quelques colères mais contente les joueurs.

En effet, ces derniers ne voulaient plus jouer pour ne pas risquer leur santé. Du côté politique, l’Élysée suit le dossier de près, mais se montre discret dans un premier temps. Pour cause, les Français ne peuvent plus faire de sport comme ils le souhaitent. Macron est partagé et ne s’exprimera jamais officiellement sur le sujet.

Pourtant, la LFP et la FFF ont toujours affirmé suivre les directives de l’Etat. Le 13 mars 2020, le championnat français s’arrête. Le 30 avril, on apprend officiellement qu’il ne reprendra pas.

Fiasco Mediapro, l’Elysée sur le qui-vive, Amazon sur le coup

Dans la foulée, il y a eu l’affaire Mediapro. Nous sommes en octobre 2020, la société espagnole, qui a fait rêver les patrons de la Ligue 1 en rachetant les droits TV pour plus d’un milliard d’euros, est en grande difficulté.

Un record pour le football hexagonal mais aussi pour le financement du foot amateur. Sauf que le groupe espagnol a vu trop grand. Dans ce contexte, la fin de Mediapro sera aussi rapide que son arrivée dans le foot français. Ce fiasco, le plus grand de l’histoire audiovisuelle du foot secoue le monde du foot. L’Etat suit l’affaire de très près.

Dans ce dossier, c’est l’Élysée qui communique en premier. L’État rappelle que les droits TV sont essentiels au foot professionnel et au monde amateur. Dans cette crise inédite, finalement, un nouvel appel d’offre sera mis en place. Amazon récupère les droits TV pour 250 millions d’euros.

« Le football professionnel français est une filière économique importante du pays, dont dépendent de nombreuses entreprises, et qui apporte une contribution significative au financement du sport amateur », rappelle l’Elysée. « Dans un contexte sanitaire qui a déjà lourdement affecté nos clubs professionnels, malgré l’appui financier significatif du gouvernement, nous déplorons la démarche entreprise unilatéralement par le groupe Mediapro. ».

En coulisses, Emmanuel Macron discute avec les acteurs du foot français pour trouver une solution. Le président a joué un rôle majeur en mettant le problème tout en haut des priorités.

CVC, Labrune et Macron main dans la main

Le 10 septembre 2020, Vincent Labrune prend la tête de la LFP à la surprise générale. L’ancien président de l’OM est devenu un incontournable. Si la fin de sa présidence à l’OM a laissé place à quelques doutes sur ses capacités, l’ex Président phocéen a été élu, entre autres, grâce à un personnage que tout le monde connaît : Jean-Michel Aulas.

Le président de l’OL et Vincent Labrune ont oublié leurs querelles du passé pour bosser en faveur du foot français. Surprise, les deux hommes discutent beaucoup sur tous les dossiers pour avancer.

Un partenariat stratégique et qualitatif, entre les deux poids lourds du foot français. Mieux encore, la LFP et les Présidents de club sont plus souvent considérés par l’instance dirigeante du foot français. Une image qui va donner lieu à une renaissance des championnats professionnels.

Loin du fiasco Mediapro, Amazon a récupéré les droits et un nouvel acteur est venu s’immiscer dans le football professionnel. Le fond d’investissement CVC a acheté pour 1,5 milliard d’euros des parts commerciales de la filiale commerciale de la LFP. C’est là que le nom d’Emmanuel Macron apparaît.

Emmanuel Macron a été consulté et a donné son aval à cette opération commerciale de grande envergure, destinée à sauver le football français. Le Président de la République a été approché par Vincent Labrune pour avoir l’accord de l’État. Il en ressortira une sorte de complicité d’intérêts entre les deux hommes.

Grâce à cet accord, cautionné par le Chef de l’Etat, la LFP entend fonctionner comme la Premier League. En actant l’arrivée de CVC, Labrune renforce son capital politique au sein du football français. Aussi, grâce à l’attractivité du PSG et de ses stars. De l’argent frais qui fait du bien aux 40 clubs professionnels de la Ligue 1 et 2.

Quand le Chef de l’État demande à Mbappé de rester au PSG

La prolongation de Kylian Mbappé reste le dossier le plus marquant de l’ère Macron, dans le football. Devenue une icône du sport français, Kylian Mbappé n’a pas sa langue dans sa poche. Le prodige de Bondy a déjà fait plier la FFF sur les droits d’image des joueurs de l’Équipe de France. Annoncé au Real Madrid avec insistance, Kylian Mbappé plonge la France du foot dans l’angoisse d’un départ. Une situation qui n’échappe par à Emmanuel Macron, proche du n°7 du PSG et avec qui il échange régulièrement depuis la Coupe du Monde 2018.

Une relation de confiance entre les deux hommes s’est nouée et Kylian Mbappé. A cette époque, les deux hommes discutent du sujet qui crispe la planète football. La prolongation de contrat du numéro 7 du PSG. Emmanuel Macron lui demande de ne pas quitter la France, pour continuer à être l’un des fleurons du pays. Une intervention que beaucoup d’observateurs jugeront décisives.

Kylian Mbappé, lui-même, raconte dans une interview au NY Times le rôle du chef de l’État et de Nicolas Sarkozy : « Le Président et M. Sarkozy aiment le foot, quand le Président te dis que tu dois rester, ça compte (…). Parler de ma carrière avec le Président, c’est fou. » Macron ne voulait pas politiser le sport, c’est raté.

Prolongation de Deschamps, affaires à la FFF… Macron intervient dans l’ombre

Autre sujet brûlant : L’épineuse question de la prolongation de Didier Deschamps. Si dans un premier temps, Noël Le Graet souhaitait 2 ans de plus, Didier Deschamps (par l’intermédiaire de son agent historique, Jean-Pierre Bernès) a poussé pour signer 4 ans de plus. Dans cet intermédiaire, Emmanuel Macron voulait aussi de la continuité avec le sélectionneur des Bleus, sans se prononcer officiellement sur la durée du contrat.

Didier Deschamps obtient les 4 années supplémentaires jusqu’à la Coupe du Monde 2026, non sans remous. Même si le COMEX de la FFF a entériné la décision de Le Graet, beaucoup sont partagés sur la durée assez longue de la prolongation de Deschamps. Pas Emmanuel Macron qui, en coulisse, se frotte les mains.

Dans un autre dossier, bien plus sensible, le Président de la République a aussi eu un rôle influent. Lors de son voyage au Qatar, Emmanuel Macron qui ne supporte plus les déclarations abusives du Président de la 3F a décidé de prendre ses distances avec Noël Le Graët. Les relations entre les deux hommes sont devenues très froides, avant de geler. Les accusations de harcèlement sexuel du patron du football français et l’attaque envers Zidane ont fini par achever le soutien de l’Elysée vers Le Graet.

A partir du moment où le président a décidé de lâcher Le Graët, sa fin était inéluctable. Officiellement, c’est la Ministre des Sports qui a fait le boulot. Amélie Oudéa-Castéra ne voulait plus de Noël Le Graet depuis de nombreux mois, elle s’est chargée avec plaisir de le pousser vers la sortie avec l’aval de l’Élysée.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi