mardi 27 février 2024

Pourquoi l’USAP va devoir batailler pour sauver sa place en Top 14

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Journaliste pour France Bleu Roussillon, Cyrille Manière suit l’USAP depuis 12 ans. Ce dernier se veut confiant à l’approche de cette fin de saison haletante. Entretien réalisé pour Rugby Magazine et Le Quotidien du Sport.

Perpignan va-t-il rester en Top 14 ?

Je suis confiant. Cette année encore ils montent en puissance. L’an dernier, c’était déjà un peu la même chose. Ils avaient connu un déclic en janvier. Ils avaient fourni une grosse fin de saison. Leur jeu est complet. Leur effectif est même plus large que la saison dernière en termes de qualité. Leurs derniers matches demeurent probants. Je les vois donc continuer sur cette dynamique. Cependant, cela risque de se jouer à pas grand-chose dans cette bataille à quatre (avec Brive, la Section Paloise et Castres, Ndlr).

l’USAP dans une bataille à 4 pour le maintien

Quels sont les pièges à éviter ?

C’est tellement serré avec tellement de rebondissements. Cela va se jouer sur des détails. La remise en question va devoir être permanente. On n’est jamais à l’abri de surprises, mais je ne vois pas les joueurs de Perpignan se manquer. Ils sont complets dans leur jeu. Ils surfent sur une belle dynamique. Le déclic de janvier a porté ses fruits.

Il existe beaucoup de leaders dans cette équipe. Depuis cinq ans, ils ont toujours répondu présents dans les matches qui comptaient. Malgré la pression, les Usapistes déploient un jeu débridé. Ils dégagent une belle sérénité. Le staff y est aussi pour beaucoup. En janvier, les joueurs ont affirmé qu’ils voulaient continuer à travailler avec ce staff. Ils nous ont inventé la crise positive (sourire). Cela prouve qu’il existe de la confiance dans ce groupe.

Avec le départ de Melvyn Jaminet (pour Toulouse), le rendement de l’effectif vous surprend-il ?

Son départ a été comblé par la présence de Tristan Tedder. Il est exceptionnel cette saison. Il y a aussi des leaders qui carburent comme Acebes, De la Fuente. Alors que leur rendement me surprenne, non, par rapport à celui de l’an dernier. Mais oui, qu’ils l’aient fait avec un tel cran contre Pau (49-29, Ndlr) ou en allant gagner à Brive (24-22, Ndlr). Il y a eu un gros déclic. Je les vois s’en sortir par rapport au jeu et au mental.

Ce sera davantage le physique ou le mental qui fera la différence ?

Ils ont déjà fait tomber des gros. Mais leur calendrier est loin d’être facile. Il y aura le feu à chaque fois à Aimé-Giral (sourire). C’est un atout non négligeable. Le public adhère totalement à cette équipe.

« Depuis cinq ans, l’USAP a toujours répondu présent dans les matches qui comptaient »

Comment les fidèles d’Aimé-Giral vivent-ils la situation actuelle d’un club champion de France en 2009 ?

C’est un mélange de fatalisme et de frustration. L’engouement reste. C’est une passion dévorante. Comme dit Patrick Arlettaz, l’USAP est très « anxiogène ». Beaucoup de gens vont voir des matches en étant stressés et en ayant peur de la défaite. Il existe aussi cette crainte de voir émerger un jeune joueur talentueux et le voir partir pour un club plus huppé.

Il y a donc cette frustration globale chez les fans de ne pas voir le club pouvoir lutter financièrement avec les gros. Et de déplorer que le club accuse du retard sur les infrastructures par rapport aux autres.

Comment franchir un nouveau cap ?

Il y a des projets, mais ils arrivent tard par rapport à d’autres clubs. L’argent reste le nerf de la guerre. Le sportif tient le club à flot depuis quelques années. La passion sauve encore le club. Mais ici le tissu économique est moindre par rapport aux grandes villes. C’est une réalité. C’est donc dur de trouver de gros sponsors qui ont déjà de gros clubs.

Pour finir, qui est le chouchou d’Aimé-Giral cette saison ?

Il y en a quelques-uns comme Tedder, Lotrian. L’arrivée des deux Anglais Crossdale et Shields a été bien sentie aussi. Mais Tedder a un très gros niveau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi