jeudi 25 juillet 2024

Tour de France (1ère étape, samedi 29 Juin) / Florence > Rimini : 206 KM spectaculaires

À lire

LES ETAPES DU TOUR A LA LOUPE. Le 29 juin, le Tour de France s’élanera de Florence, cité emblématique de la Toscane, pour une 1ère étape spectaculaire jusqu’à Rimini, marquant un départ historique pour la Grande Boucle partant pour la première fois d’Italie.

Cette étape de 206 km ne se contente pas de traverser des paysages pittoresques, elle plonge également dans le cœur battant de l’histoire cycliste de l’Italie. Florence, ville d’art et d’histoire, est célèbre bien au-delà de ses frontières pour son patrimoine architectural et culturel. Elle a joué un rôle majeur dans l’histoire du cyclisme, notamment en accueillant le premier Giro en 1909 et les championnats du monde en 2013 où Mathieu Van Der Poel avait battu Mads Pedersen chez les juniors.

Aujourd’hui, elle s’apprête à ajouter une nouvelle page à son riche héritage en donnant le coup d’envoi du Tour de France 2024. Le profil de l’étape est remarquable, avec un dénivelé positif total de plus de 3600 mètres, ce qui en fait l’un des plus exigeants jamais vu dès le départ du Tour.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du cyclisme dans votre mag

3600 m de dénivelé positif pour débuter !

Les cyclistes affronteront plusieurs cols significatifs (7 difficultés au programme, 3 de 2ème catégorie et 4 de 3 catégorie !), y compris le redoutable col de Valico Tre Faggi (12,5 km à 5,1%) la côte de Barbotto (5,8 km à 7,6%), et la côte de San Leo (4,6 km à 7,7%). Mais le moment clé sera sans doute la côte de San-Marino, longue de 7,1 km à 4,8%, un véritable test pour les prétendants au maillot jaune. En passant par la ville natale de Gino Bartali, le parcours rend un vibrant hommage à cette légende du cyclisme, célèbre tant pour ses exploits sportifs que pour son héroïsme pendant la
Seconde Guerre mondiale.


Ce passage ajoutera une dimension émotionnelle profonde à l’étape. L’arrivée à Rimini, la plus grande station balnéaire d’Italie et lieu chargé d’histoire, sera le théâtre de l’épilogue de cette journée mouvementée. La ville, qui a vu Arnaud Démare triompher en 2020 (meilleur sprinteur du Giro, 4 victoires d’étapes), est également liée à la mémoire tragique de Marco Pantani, décédé ici en 2004. Ainsi, l’étape se conclura non seulement sur un défi sportif, mais aussi sur un moment de recueillement et de respect envers l’un des plus grands grimpeurs.

L’avis de Tony Gallopin

« Généralement, les premières étapes sont réservées aux sprinteurs. Commencer par une étape de ce profil bien différent, avec autant de dénivelé, est super car ça va détendre le peloton, notamment ceux qui savent qu’ils ne peuvent pas rivaliser avec les plus rapides. En plus, pour les spectateurs, c’est plus agréable. Et les difficultés annoncées sont suffisamment difficiles et nombreuses (7 côtes répertoriées) pour qu’une première hiérarchie s’établisse déjà. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi