lundi 4 mars 2024

Tournoi des 6 nations : l’Irlande, meilleure équipe du monde ?

À lire

L’édition 2024 du Tournoi pourrait ressembler à celle de 2023. Les deux protagonistes de l’année dernière, l’Irlande et la France, seront de nouveau les grands favoris et ils seront surtout revanchards après la déception de la Coupe du monde et leur sortie de route en quarts de finale. Attention toutefois à une Angleterre revigorée par son bon parcours en Coupe du monde.

Le XV de la Rose est l’une des équipes qui a profité de la Coupe du monde pour se relancer, gagner en confiance. Avant le Mondial, les Anglais étaient en plein doute, ils pouvaient perdre contre toutes les équipes. Le premier match de la compétition face à l’Argentine a été décisif, ils l’ont gagné en dominant l’une des équipes les plus régulières des dernières saisons, l’une des plus difficiles à battre aussi.

Les Anglais ont pris les Argentins à la gorge, les ont dominés dans le combat. Ils sont arrivés en demi-finale, battus de justesse par l’Afrique du Sud (15-16). Ils ont acquis un capital confiance très important avec un buteur, George Ford, retrouvé tout comme Maro Itoje qui a régné en maître en touche et a retrouvé son jeu offensif cet automne.

Mais tout n’est pas rose pour le XV anglais. Ils ont difficilement battu les Fidji en quarts de finale, ils n’auront pas Henry Arundell pour le Tournoi ni Courtney Lawes, leur précieux capitaine qui a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale. La Coupe du monde a marqué la fin d’une ère pour l’équipe anglaise avec Ben Youngs, Joe Marler, Dan Cole, Danny Care ou Jonny May qui arrivent en fin de course.

Deux autres cadres seront absents et feront grandement défaut aux Anglais, Owen Farrell qui a annoncé qu’il faisait l’impasse sur le Tournoi et Tom Curry qui s’est fait opérer. Les piliers Ellis Genge et Bevan Rodd sont blessés tout comme Manu Tuilagui. Owen Farrell est le recordman de points inscrits sous le maillot anglais avec 1237 points en 112 sélections, son pied et son expérience manqueront au collectif anglais.

Steve Borthwick ne pourra pas, non plus, compter sur son ailier virevoltant, Henry Arundell qui a prolongé au Racing 92 tout comme Jack Willis qui joue à Toulouse et ne peut donc pas être sélectionné. Malgré ce renouvellement d’effectif, Steve Borthwick veut construire sur les fondations du Mondial. Le sélectionneur va disputer son deuxième Tournoi. Il doit effacer le souvenir du Tournoi 2023 qui s’était conclu par trois défaites en cinq rencontres.

L’Angleterre a cependant un calendrier difficile avec un déplacement en France en clôture du Tournoi et aussi un déplacement toujours compliqué en Ecosse. Juste avant le Crunch, l’Angleterre recevra l’Irlande dans un choc très compliqué à négocier.

Malgré sa place de demi-finaliste à la Coupe du monde, l’Angleterre aura du mal à exister dans le Tournoi, les jeunes joueurs doivent encore gagner en expérience et le collectif est encore fragile. La France et l’Irlande et même l’Ecosse semblent au-dessus des Anglais qui devraient poursuivre leur période de reconstruction. Ils auront du mal à finir dans les deux premiers, ils peuvent réaliser l’exploit sur un match, mais ils auront du mal à performer sur l’ensemble du Tournoi.

Son calendrier

03/02/24 15h15ItalieAngleterre
10/02/24 17h45AngleterrePays de Galles
24/02/24 17h45EcosseAngleterre
09/03/24 17h45AngleterreIrlande
16/03/24 21h00FranceAngleterre

À LIRE AUSSI : toutes les news sur le tournoi des VI nations à découvrir

L’Ecosse en arbitre ?

L’Ecosse a toujours du mal à exister dans les grands tournois. Au Mondial, ils ont évolué à leur niveau, en dessous de celui de l’Irlande ou de l’Afrique du Sud. Pour les Six Nations, ses supporteurs ne peuvent pas nourrir de grands espoirs.

L’équipe peut réussir un ou deux exploits notamment à domicile où elle est très difficile à manoeuvrer mais, sur l’ensemble du Tournoi, elle ne peut pas rivaliser. Les Ecossais ont de bonnes individualités comme Blair Kinghorn, le néo-Toulousain.

Il a fait des débuts tonitruants avec Toulouse et a gagné en confiance, prouvant qu’il avait sa place dans l’une des meilleures équipes du monde. Il peut jouer à l’aile, mais devrait être utilisé en 15 sur le Tournoi. Lors de la réception de la France, il aura à cœur de briller. Attention à l’Ecosse qui peut être l’arbitre de ce Tournoi, elle a un collectif bien huilé et elle peut faire tomber l’un des favoris.

Les Français devront se méfier notamment de Duhan Van der Merwe, l’un des meilleurs ailiers du monde. En 2021, il avait crucifié les Bleus en fin de match avec un essai qui mettait fin à leurs espoirs de Grand Chelem. En février dernier, il a permis à l’Ecosse de s’imposer en Angleterre. Sur l’autre aile, Darcy Graham est également très rapide.

Face à la Roumanie, à la dernière Coupe du monde, il a inscrit quatre essais, cela n’était plus arrivé qu’un Ecossais marque un quadruplé en Coupe du monde depuis Gavin Hastings en 1995 face à la Côte d’Ivoire. L’Ecosse possède aussi une bonne charnière avec Finn Russell accompagné de Ben White à la mêlée. La relève derrière Russell est assurée, Ben Healy est le remplaçant idéal de l’ouvreur de Bath.

Il est complet et possède le mental pour assurer cette lourde succession. Il est aussi moins fantasque et plus régulier. La mêlée est aussi en nets progrès, c’était le point faible ces dernières années et les responsables écossais ont mis un point d’honneur à travailler ce secteur. Ils ont obtenu de bons résultats. Au Mondial, l’Ecosse a enregistré sa troisième élimination en poules en quatre éditions, pour le Tournoi l’Ecosse a terminé troisième en 2023 et n’a plus remporté la compétition depuis 1999.

Son calendrier

03/02/24 17h45Pays de GallesEcosse
10/02/24 15h15EcosseFrance
24/02/24 17h45EcosseAngleterre
09/03/24 15h15ItalieEcosse
16/03/24 17h45IrlandeEcosse

XV de France : la vie sans Dupont…

La France sort d’une énorme déception avec l’élimination en quarts de finale de sa Coupe du monde. Les Bleus ont accusé le coup les semaines suivantes à leur retour en club mais, pour le Tournoi, ils auront bien récupéré mentalement, notamment leur leader du pack Grégory Alldritt qui a pris deux mois de repos et a fait une rentrée remarquée avec La Rochelle en début d’année.

Contrairement aux autres sélections, il n’y a pas eu beaucoup de départs à la retraite après le Mondial, les joueurs sont jeunes, Uini Atonio a même été convaincu de poursuivre quelques semaines supplémentaires. Des cadres comme Gaël Fickou ou Jonathan Danty pourraient être menacés car ils sont moyens avec les Bleus et derrière les jeunes poussent (Gailleton, Depoortère…).

Dans le pack, les Bleus retrouveront un Anthony Jelonch en pleine forme comme il l’est en club depuis son retour du Mondial et à la mêlée, ils seront privés d’Antoine Dupont qui prépare les Jeux avec France 7, mais Maxime Lucu enchaine les excellents matches avec l’UBB.

Il s’est transformé en un vrai leader et forme une charnière très solide avec Matthieu Jalibert. Le sélectionneur qui aura un nouveau staff devrait offrir sa chance au 2ème ligne toulousain Emmanuel Meafou qui va apporter à la fois de la puissance et de la mobilité dans le pack des Bleus, ce qui a un peu manqué contre les Boks.

Julien Marchand va, également, être de retour au talonnage aux côtés de son acolyte du Stade Toulousain Cyril Baille et Uini Atonio de l’autre côté, les trois hommes formant l’une des meilleures premières lignes du monde. La France a un calendrier favorable avec les réceptions de l’Angleterre et de l’Irlande. Elle sera immédiatement dans le bain avec la réception de l’Irlande dès le premier match de la compétition. Le vainqueur de cette confrontation pourrait être le vainqueur du Grand Chelem.

Le déplacement en Ecosse lors de la deuxième journée ne sera pas simple à négocier. Elle finira par le Crunch sur le dernier match. Vainqueur de son dixième Grand Chelem en 2022, la France fait partie des favoris pour la victoire finale cette année, elle possède les armes pour détrôner les Irlandais avec notamment un Damian Penaud qui est peut-être aujourd’hui le meilleur ailier du monde et Louis Bielle-Biarrey sur l’autre aile.

La grande interrogation reste le comportement du collectif en l’absence de son maître à jouer Antoine Dupont. Le Toulousain peut changer le cours d’un match à tout moment, mais Maxime Lucu a atteint un tel niveau cette saison et il bute bien en plus qu’il peut le remplacer avantageusement même s’il ne fera jamais du Dupont.

Si l’équipe de France gagne sans Antoine Dupont, elle aura passé un sacré cap dans un Tournoi qui devrait être un grand succès populaire. Si la France n’a pas été championne du monde, elle conserve un énorme capital sympathie. L’an dernier, elle a perdu le Grand Chelem suite à une défaite en Irlande et a terminé deuxième avec un seul revers. Les hommes de Fabien Galthié veulent prendre leur revanche cette année devant leur public.

Son calendrier

02/02/24 21h00FranceIrlande
10/02/24 15h15EcosseFrance
25/02/24 16h00FranceItalie
10/03/24 16h00Pays de GallesFrance
16/03/24 21h00FranceAngleterre

Irlande : en vert et contre tous

L’Irlande défend son Grand Chelem dans des conditions particulières puisqu’elle entame, dans le même temps, un nouveau cycle sans Jonathan Sexton, l’un des meilleurs ouvreurs de l’histoire. Il n’est pas le seul absent puisque Keith Earls a aussi décidé de raccrocher. Mark Hansen est forfait sur blessure, l’ailier du Connacht s’est blessé à l’épaule.

Un gros coup dur pour les Irlandais qui perdent un joueur, auteur de 10 essais la saison dernière, qui apporte du dynamisme aux lignes arrières et qui est aussi très précieux en défense comme en attaque. Il est souvent l’instigateur des attaques irlandaises.

Sans lui, le jeu irlandais change, les offensives seront moins fluides. Un autre ailier sera absent, au moins pour le début du Tournoi. Jimmy O’Brien souffre du cou. Jordan Larmour ou Jacob Stockdale seront présents pour lancer les attaques du XV du Trèfle. Les expérimentés Dan Sheehan ou Caelan Doris sont toujours là, ils font partie des meilleurs au monde à leurs postes. Joe Mc Carthy en 2ème ligne sera aussi un atout pour le pack irlandais.

A l’ouverture, Jack Crowley a les épaules pour remplacer Jonathan Sexton. Il est excellent au pied, gère bien le jeu et notamment les temps faibles de son équipe. Il est jeune (24 ans) et le poste d’ouvreur est entre de bonnes mains. Lowe et Aki sont toujours là et revanchards.

Les Irlandais devront être prêts dès le départ puisqu’ils ouvrent la compétition par un déplacement en France. La France reste pour eux un mauvais souvenir puisqu’ils se sont fait éliminer en quarts de finale de la Coupe du monde par les Blacks alors qu’ils faisaient partie des grands favoris de la compétition. Ce choc pour l’ouverture du Tournoi se jouera dans un Vélodrome en feu, qui porte généralement chance aux Bleus.

Avant leur défaite en quarts de finale du Mondial, les Irlandais restaient sur 17 victoires consécutives et un Grand Chelem remporté en 2023. Le match s’est joué à rien mais, psychologiquement, les joueurs auront certainement du mal à s’en remettre car l’Irlande n’avait jamais possédé une génération aussi talentueuse, elle avait fait un début de tournoi parfait et très impressionnant et elle semblait destinée à devenir championne du monde pour la première fois de son histoire.

Pour battre les Irlandais et s’offrir une chance de remporter le Grand Chelem cette année, les Bleus devront s’inspirer des Blacks qui ont parfaitement maîtrisé le pack irlandais, privant ainsi les arrières de munitions offensives. Sur le Mondial, les Irlandais ont souffert d’un banc trop faible et parmi les meilleures équipes ce sont les titulaires irlandais qui étaient ceux qui avaient le plus joué, ils ont manqué de fraicheur en quarts de finale.

Contrairement à leurs habitudes, ils ont multiplié les fautes de main, concédé beaucoup de pénalités, ils ont perdu leur solidité. Avec quelques semaines de repos et une remise en question, les Irlandais vont arriver très motivés sur ce Tournoi pour oublier cette énorme déception et montrer que cette défaite au Mondial était un accident dans une compétition qui leur réussit beaucoup moins (ils n’ont jamais passé le cap des quarts de finale) que le Tournoi. En général, quand le Tournoi arrive, les Irlandais reverdissent.

Son calendrier

02/02/24 21h00FranceIrlande
11/02/24 16h00IrlandeItalie
24/02/24 15h15IrlandePays
de Galles
09/03/24 17h45AngleterreIrlande
16/03/24 17h45IrlandeEcosse

Italie : Quesada le Messie ?

A chaque édition, on pense que l’Italie peut faire un beau parcours, mais les Transalpins sont souvent décevants. Ils sont même en retrait ces dernières saisons, ils ne progressent plus. Ils ont terminé le dernier Tournoi à la dernière place avec un petit point. La sélection italienne pourra compter sur le talonneur Hame Faiva qui a signé à Bath.

Né en Nouvelle-Zélande, il a évolué dans le Super 15 avec les Hurricanes et possède donc une expérience qui sera précieuse pour le pack italien. Tous les espoirs transalpins reposent sur l’arrivée de Gonzalo Quesada. L’ancien manager du Stade Français est attendu comme le messie, mais il a beaucoup de travail avec une sélection qui n’a pas particulièrement brillé à la Coupe du monde non plus avec de larges défaites face à la France (60-7) et la Nouvelle-Zélande (96-17).

Les Italiens ont terminé troisièmes et ont donc obtenu leur billet pour la prochaine Coupe du monde, mais c’est bien là la seule satisfaction. Des équipes comme le Portugal, la Géorgie ou les Fidji sont plus enthousiasmantes que l’Italie. Premier argentin nommé à la tête de l’Italie, Quesada ne veut pas tout révolutionner, il veut s’appuyer sur les joueurs cadres comme Ange Capuozzo ou Paolo Garbisi.

D’entrée, les Italiens auront un test sérieux avec la réception de l’Angleterre, mais leur nouveau sélectionneur n’a pas voulu parler d’objectif de classement afin de ne pas leur mettre une pression supplémentaire alors que la place de l’Italie dans le Tournoi est de plus en plus discutée et contestée par les observateurs qui préfèreraient voir dans le 6 Nations des sélections émergentes et en pleine progression.

Pour cette édition 2024, les Italiens vont devoir montrer un beau visage, être séduisants, avec un jeu attractif. Gonsalo Quesada qui est sous contrat jusqu’à la prochaine Coupe du monde veut que son équipe continue à être offensive tout en travaillant les sorties de camp, la défense et la conquête. Beaucoup de secteurs sont donc à améliorer.

Il aura peu de temps pour connaitre et travailler avec ses joueurs avant le premier match, il a également accepté de travailler avec de nouveaux adjoints. Gonzalo Quesada manquera donc certainement de temps pour mettre en place ses idées dès ce Tournoi.

Mais les supporteurs transalpins espèrent que leur équipe réalisera quelques exploits comme celui face à l’Australie lors de la Tournée d’automne 2022 ou face au Pays de Galles sur le Tournoi 2022. En termes de jeu, l’Italie est très loin des cinq autres nations de la compétition.

Elle ne peut pas espérer grand-chose au classement général, elle tentera surtout d’éviter la dernière place, mais ce sera compliqué. Après avoir reçu l’Angleterre, l’Italie se déplacera en Irlande et en France avant de recevoir l’Ecosse et de terminer la compétition au Pays de Galles. Les hommes de Gonzalo Quesada doivent également faire face à un calendrier très compliqué. Leur seul espoir pour 2024 sera d’accrocher l’Ecosse, mais ce sera compliqué.

Son calendrier

03/02/24 15h15ItalieAngleterre
11/02/24 16h00IrlandeItalie
25/02/24 16h00FranceItalie
09/03/24 15h15ItalieEcosse
16/03/24 15h15Pays de GallesItalie

Pays de Galles : en pleine reconstruction

Le Pays de Galles a perdu à l’issue de la Coupe du monde deux des plus grands joueurs de son histoire, Leigh Halfpenny et Dan Biggar. A eux d’eux, ils comptaient 213 sélections. Les Gallois sortent d’un Mondial frustrant, ils avaient bien débuté la compétition avec une large victoire sur l’Australie, mais ils se sont fait surprendre en quarts de finale par une solide équipe d’Argentine.

Les Gallois avaient les moyens de passer, mais ils ont montré quelques failles notamment défensives qui ont permis aux Argentins de scorer. Il faudra gommer ces erreurs d’inattention s’ils veulent exister dans le Tournoi. Leur objectif sera de faire mieux que la 5ème place de la dernière édition avec une seule victoire face à l’Italie pour quatre défaites.

Ils ont réalisé un mauvais Tournoi à cause de problèmes extra-sportifs, une politique sportive dépassée et des tensions au sein du groupe. Les joueurs avaient menacé de faire grève avant leur match face à l’Angleterre pour protester contre leur fédération.

Elle a abaissé le nombre de sélections à 25 au lieu de 60 pour être sélectionnable tout en jouant à l’étranger et de nombreux joueurs ont quitté le pays. Un exode qui a fait du mal à la sélection. Depuis la Coupe du monde, le calme semble revenu autour de la sélection.

Elle s’appuiera bien évidemment sur son ailier star Louis Rees-Zammit. Au sein d’une équipe vieillissante, il représente l’avenir du rugby gallois, son renouveau passera par ce genre de joueurs qui évolue sans complexes et enchaine les performances de très haut niveau.

Les Gallois ont eu une génération exceptionnelle avec Alun Wyn Jones, Justin Tipuric, Rhys Webb, Leigh Halfpenny ou Dan Biggar et il est très difficile de remplacer de tels joueurs. Le sélectionneur possède plusieurs options pour remplacer Biggar, Sam Costelow, Owen Williams ou Ioan Lloyd. Ce dernier est certainement le plus talentueux.

Il a un excellent jeu au pied courte ou longue distance et aime aussi attaquer ballon en main. Il n’a pas encore totalement convaincu le sélectionneur car il est encore irrégulier. Owen Williams est plus âgé et expérimenté et il est surtout polyvalent puisqu’il peut couvrir les postes d’ouvreur et de centre. Sam Costelow a disputé la Coupe du monde, mais il a réalisé une performance moyenne face à l’Argentine en quarts de finale.

Il s’est notamment fait intercepter le ballon sur le dernier essai de Nicolas Sanchez. Il a manqué de vice et de concentration. Vainqueur du Grand Chelem en 2019, le Pays de Galles est loin aujourd’hui de briguer le trophée, c’est une sélection en pleine reconstruction et à la recherche de sa gloire passée qui va démarrer son Tournoi face à l’Ecosse, un adversaire contre lequel il n’a pas le droit à l’erreur encore plus à domicile.

Il enchainera ensuite par deux déplacements périlleux en Angleterre et en Irlande avant de recevoir la France et de terminer par la réception de l’Italie. Les matches d’ouverture et de clôture seront donc déterminants pour le XV du Poireau. Cette édition 2024 sera importante pour juger des progrès réalisés par le Pays de Galles depuis la Coupe du monde et pour voir si la sélection est définitivement sortie de la crise.

Son calendrier

03/02/24 17h45Pays de GallesEcosse
10/02/24 17h45AngleterrePays de Galles
24/02/24 15h15IrlandePays de Galles
10/03/24 16h00Pays de GallesFrance
16/03/24 15h15Pays de GallesItalie

À LIRE AUSSI : VI Nations 6 questions

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi