dimanche 26 mai 2024

XV de France : la Coupe du Monde en ligne de mire

À lire

Depuis la prise de fonction de Fabien Galthié, le XV de France impressionne. Après avoir longtemps tourné autour d’une victoire finale, la génération Dupont a atteint son graal en 2022 et espère réaliser le doublé même si ce sera compliqué cette année impaire.

La France est sur une impressionnante série de 13 victoires consécutives (record de 1937 battu). Entre le Grand Chelem et les Tournées au Japon et d’automne, les hommes de Fabien Galthié ont réussi une année quasi parfaite. S’il n’y a rien à redire sur le résultat, au niveau du jeu, des choses peuvent être améliorées dans l’optique de la grosse année qui attend les Bleus avec le Tournoi puis la Coupe du monde à domicile.

Depuis son impressionnante victoire tant sur le plan du score que du spectacle face aux Blacks à l’automne 2021, la France ne maîtrise plus autant ses matches. Elle a souffert face à l’Irlande dans le Tournoi et l’Afrique du Sud cet automne, mais elle a obtenu l’essentiel, à savoir la victoire :

« Ce qui est le plus impressionnant, c’est la profondeur de banc. A tous les postes, les remplaçants sont quasi du même niveau que les titulaires. Quand il y a un groupe aussi complet, on peut aller loin » analyse Aubin Hueber.

Le XV de France invaincu en 2022

L’un des meilleurs exemples de cette force collective aura été la grave blessure de Charles Ollivon en 2021. Le Toulonnais était alors le capitaine et le fer de lance de l’équipe. Il a été forfait pour le Tournoi, mais la 3ème ligne Alldritt-Jelonch-Cros a parfaitement assuré l’intérim tout comme Antoine Dupont dans le rôle de capitaine. Le Toulousain a d’ailleurs été reconduit comme capitaine malgré le retour d’Ollivon cet automne.

Hormis le centre montpelliérain Arthur Vincent qui avait une belle carte à jouer après sa fin de saison dernière en boulet de canon et le titre obtenu avec Montpellier et Gabin Villière, le groupe France ne déplore pas de gros blessés. Virimi Vakatawa a dû mettre un terme à sa carrière prématurément, mais la paire Danty-Fickou fonctionne très bien et à l’aile Moefana peut parfaitement suppléer Villière. Avec Damian Penaud à l’aile, Cyril Baille en pilier, Julien Marchand au talonnage et bien sûr Antoine Dupont à la mêlée, les Bleus disposent certainement des meilleurs joueurs européens à leurs postes.

Un calendrier piégeux

Le retour en forme de Paul Willemse après son opération en juin dernier va aussi faire du bien à un pack qui connait quelques incertitudes entre la méforme de Cameron Woki et les blessures de François Cros. Les deux étaient titulaires lors du Grand Chelem, mais Thibaud Flament, Dylan Cretin ou Sekou Macalou peuvent prendre la suite si les deux joueurs ne sont pas à 100%.

La France pourrait par exemple avoir une 3ème ligne costaude avec Alldritt-Ollivon-Jelonch que beaucoup de sélections aimeraient aligner. En grande forme depuis le début de saison, Sekou Macalou aura aussi son mot à dire en 3ème ligne. Le Toulousain Emmanuel Meafou n’est pas encore sélectionnable, mais il pourrait l’être pour le Mondial et comme il est toujours très impressionnant en club il pourrait être la surprise de la liste pour le rendez-vous de septembre, pas pour le Tournoi.

Deux déplacements en Irlande et chez les Anglais

Pour la charnière, Fabien Galthié devrait privilégier la continuité comme il l’a toujours voulu même si Matthieu Jalibert est en grande forme et que Romain Ntamack éprouve des difficultés. Pour le Tournoi 2023, la France cherchera à gagner son onzième Grand Chelem (1968, 1977, 1981, 1987, 1997, 1998, 2002, 2004, 2010 et 2022) et à réaliser un doublé comme en 1997 et 1998. Ce ne sera pas facile car elle a un calendrier difficile avec des déplacements en Irlande et en Angleterre :

« L’adversaire le plus coriace est l’Irlande. C’est une sélection qui ressemble à la France car elle est solide avec un groupe de grande qualité et du beau monde sur le banc » ajoute Aubin Hueber.

Le XV de France en quête de son 11ème Grand Chelem

L’Irlande a déjà été en 2022 l’adversaire le plus compliqué et l’affrontement entre les deux équipes s’est joué sur des petits détails. A Dublin, les Français doivent se préparer à livrer un gros combat, mais ils ont montré face à l’Afrique du Sud qu’ils étaient prêts et qu’ils avaient toujours faim de victoires malgré le Grand Chelem.

Ils iront en Angleterre et en Irlande pour gagner même si jouer à domicile aurait été bien sûr plus avantageux compte tenu de l’engouement que suscite l’équipe de Fabien Galthié. Lors de la Tournée automnale, le sélectionneur a tenu à souligner l’importance du public :

« Nous sommes un peuple gaulois. L’affect, l’émotion, ça nous aide à nous dépasser. Le stade plein, c’est un des objectifs que nous nous étions fixés avec cette équipe au début du mandat. On voulait embarquer tout le rugby français avec nous et c’est le cas aujourd’hui. Il y a un cercle vertueux autour de cette équipe de France. Mais attention : à ce niveau-là chaque match est une autre histoire ».

Le mot d’ordre pour cette année 2023 sera de gagner, peu importe la manière finalement ; Fabien Galthié le rappelle : « A notre niveau, gagner les matches est la mission principale. On est dans une bonne série et on est donc très heureux pour les joueurs, leur travail est récompensé. Et ça donne de la confiance, ça valide la méthode de travail choisie depuis le début du mandat. Mais nous sommes encore une équipe jeune, une équipe ayant une expérience collective en deçà des meilleures nations du monde. »

La jeunesse a ses qualités, mais aussi ses défauts. Quand tout fonctionne, elle peut se montrer irrésistible mais, au moindre grain de sable, la machine peut dérailler. Fabien Galthié a suffisamment d’expérience pour prévenir toute forme de relâchement afin que ce Tournoi se déroule de la meilleure des manières, comme en 2022.

Ses 10 derniers Tournois

2022 : 1er (5 victoires)

2021 : 2ème (3 victoires, 2 défaites)

2020 : 2ème (4 victoires, 1 défaite)

2019 : 4ème (2 victoires, 3 défaites)

2018 : 4ème (2 victoires, 3 défaites)

2017 : 3ème (3 victoires, 2 défaites)

2016 : 5ème (2 victoires, 3 défaites)

2015 : 4ème (2 victoires, 3 défaites)

2014 : 4ème (3 victoires, 2 défaites)

2013 : 6ème (1 victoire, 1 nul, 3 défaites)

Ses plus

La France possède un réservoir de joueurs assez impressionnant. A chaque poste, sauf en piliers et en demis de mêlée, les remplaçants sont du niveau des titulaires.

Les Français ont acquis une énorme confiance notamment grâce à leur série d’invincibilité. Même quand ils sont malmenés, ils arrivent à s’en sortir. Ils ont énormément progressé dans ce domaine.

Les tauliers comme Julien Marchand, Antoine Dupont, Damian Penaud, Charles Ollivon sont présents. Ils sont rarement décevants et remettent leurs coéquipiers dans le droit chemin quand l’équipe est en difficulté.

Ses moins

Le grand objectif de l’année pour les Français est la Coupe du monde en septembre. Inconsciemment, les joueurs pourraient avoir peur de se blesser ou lever le pied.

Les problèmes judiciaires du président de la FFR Bernard Laporte peuvent avoir un impact sur la sélection nationale. Fabien Galthié a toujours dit que son destin était lié au président qui l’a mis en place.

La méforme en club de joueurs cadres comme Cameron Woki ou Romain Ntamack pourrait rejaillir sur les performances en Bleus. Mais ils ont les qualités pour se reprendre et briller de nouveau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi