dimanche 23 juin 2024

Euro 2024 – Italie : la patte Spalletti pour reprendre confiance

À lire

ZOOM SUR LES 24 NATIONS DE L’EURO

Trois semaines avant le début de l’Euro, le Quotidien Du Sport passe en revue les équipes qualifiées. Hommage au tenant du titre, l’Italie, qui a raté les deux dernières Coupes du Monde et qui a pour objectif de défendre du mieux qu’elle peut son titre de Champion d’Europe en Allemagne.

Tenants du titre grâce à leur victoire il y a trois ans face aux Anglais, les Italiens ne sont pas les favoris à leur propre succession. Beaucoup de changements ont été effectués depuis et de nombreux leaders ont quitté la sélection, c’est le cas de l’ancien capitaine Giorgio Chiellini pour ne citer que lui, qui a décidé de prendre sa retraite internationale en 2022.

L’Italie a clairement débuté une phase de reconstruction, avec de la qualité, mais la double non qualification en Coupe du monde a fait prendre de fortes décisions au sein de la sélection et de la Fédération italienne. C’est aussi ce qui a poussé certains joueurs à quitter la Nazionale, car ce fut en quelque sorte la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Depuis cette élimination, qui est en même temps une humiliation puisqu’ils se sont fait sortir par la Macédoine du Nord à domicile, l’Italie a un bilan de 12 victoires pour 6 défaites et 4 nuls.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du foot dans votre mag

L’Italie défend son titre

Ce ratio est bon, mais il faut souligner que la très grande majorité des équipes qu’elle a affrontées sont moins bien classées qu’elle au classement FIFA. Après une période mitigée à la suite de cet échec, la Squadra reprend des couleurs depuis un moment et cela correspond avec l’arrivée du tacticien italien Luciano Spalletti, fraîchement débarqué du Napoli champion en titre en 2023.

Ses idées ont fait énormément de bien à l’équipe puisque, depuis qu’il est en place, les Italiens n’ont perdu qu’une seule fois, contre les Anglais (3-1), qui plus est à Wembley et sont sur une série de quatre matches sans défaite. Comme évoqué, ces dernières années ont été marquées par énormément de changements au niveau du staff et de la direction, mais aussi au niveau des joueurs.

La patte Spalletti

De nombreux leaders et cadres de la sélection ont décidé de mettre un terme à leur carrière internationale quand d’autres ne sont plus sélectionnés. Il y a eu un besoin de nouveauté, d’un réel vent de fraîcheur et c’est chose faite désormais. Des joueurs comme Frattesi, Retegui, Bellanova ont pu goûter aux rassemblements internationaux et incarner le renouveau de leur nation.

C’est donc le début d’un chantier qui va prendre plusieurs années avant d’arriver à son terme. L’objectif étant de conserver leur titre, car on le sait, les Italiens ont de la qualité et seront armés pour se défendre du mieux qu’ils pourront, mais l’idée est aussi d’installer des bases saines pour le futur avec en ligne de mire la prochaine Coupe du Monde en 2026, où l’objectif est clairement de se qualifier.

Dans un second temps, le but serait d’arriver à pleine maturité en favori pour le prochain Euro et de dominer la fin des années 2020. Pour cela, la Squadra Azzurra va devoir compter sur sa formation qui a déjà montré par le passé qu’elle pouvait sortir de très bons joueurs avec d’immense potentiel. Derniers exemples en date, Barella ou Chiesa qui ont découvert très tôt le très haut niveau et qui sont aujourd’hui, malgré leur âge, les tauliers de cette équipe.

Parmi ces jeunes talentueux, un fait déjà partie du groupe régulièrement. Il s’agit de Giorgio Scalvini, défenseur central de l’Atalanta Bergame âgé de seulement 20 ans, qui a déjà connu 8 sélections chez les A et sur qui la Nazionale fonde de grands espoirs.

Autre talent qui réalise une excellente saison, Destiny Udogie. Le latéral gauche évolue à Tottenham sous les ordres d’Ange Postecoglou où il progresse bien dans un effectif également en reconstruction. Il est un des hommes de base de la défense des Spurs. Ceci étant, tout est encore possible pour l’Italie qui reste malgré tout un très gros morceau de cet Euro.

Scalvini, la relève

Faisant partie du groupe de la mort et pour éviter une nouvelle désillusion, ils vont devoir tout donner dans la bataille dès le coup d’envoi de leur compétition le 15 juin. Les Gli Azzurri ont largement les moyens de se qualifier devant une Espagne intéressante, mais qui a des lacunes et une Croatie vieillissante.

Il faudra aussi réussir son entrée en matière contre l’Albanie, qui est très clairement le match piège pour toutes les équipes de la poule, pour ne pas se mettre dans la difficulté et se rajouter de la pression en plus dès le match 1 du tournoi. Une fois cette étape franchie, on verra jusqu’où les Italiens pourront aller.

Cela dépendra aussi beaucoup du tableau des phases finales et des adversaires qui se dresseront sur leur chemin. Mais pour le journaliste de TF1 Grégoire Margotton, ça semble juste pour l’Italie :

« Je pense que l’Italie ne conservera pas son titre cette année. Il y a eu un alignement des planètes hallucinant il y a trois ans, mérité certes, mais hallucinant et je ne pense pas qu’ils soient capables de recréer ça. Il ne faut pas oublier qu’en plus au dernier Euro ils ont joué tous leurs matches de groupe à domicile donc ça les avait nettement aidés et ils n’auront pas ça ce coup-ci. Puis aussi au bout d’un moment le talent fait la différence et aujourd’hui cette équipe-là a un vrai gros manque de talent à énormément de postes ».

C’est désormais à eux de surprendre et de montrer qu’ils sont bien l’une des plus grandes nations mondiales.

La stat de l’Italie : 10

L’Italie a participé à 10 Championnats d’Europe dans son histoire, c’est autant que la France. Seuls l’Allemagne et l’Espagne font mieux avec 13 et 11 participations à l’Euro.

Pronostic

L’Italie est nettement inférieure à celle d’il y a trois ans. Du talent en moins et une profondeur d’effectif moins importante pour la Squadra Azzura qui devra compter sur son fort collectif pour espérer faire quelque chose dans cette compétition et défendre au mieux son titre. On a plus l’impression que l’Italie est dans un renouveau que dans la continuité de son dernier Euro. En tout cas, malgré le fait qu’elle soit tenante du titre, l’Italie ne fait pas partie des grands favoris.

Enzo Zanon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi