mardi 18 juin 2024

Euro 2024 – l’Ecosse peut-elle enfin le faire ?

À lire

Non qualifiée à la Coupe du monde depuis… 1998, l’Ecosse n’aura rien à perdre à l’Euro et espère faire mieux qu’il y a trois ans (0 victoire, 1 nul et deux défaites, 1 but marqué, 5 encaissés).

151 ans maintenant que la sélection écossaise existe. Pour autant, en juin, elle ne va disputer que le 4ème Euro de son histoire. Une anomalie qui selon Michael Grant, correspondant pour The Times, s’explique par le fait que « l’équipe nationale aurait dû faire plus par le passé. Malheureusement, elle s’est ratée et ça n’a pas permis le bon développement du football dans notre pays ».

L’écart est choquant lorsqu’on la compare à sa voisine anglaise, tout aussi ancienne, qui aujourd’hui est une grande nation mondiale et favorite pour la victoire finale. Pourtant, l’Ecosse a eu sa chance avec ses légendes et notamment dans les années 60-70, où, individuellement elle comptait de très grands joueurs, mais collectivement, ça n’a pas suivi.

Après un début des années 2000 très compliqué, l’Ecosse se reconstruit petit à petit. Qualifiés à deux Championnats d’Europe de suite pour la première fois depuis près de 30 ans, les Ecossais ont de l’ambition et un objectif bien clair : « L’Ecosse s’est qualifiée huit fois pour la Coupe du monde et trois fois pour les Championnats d’Europe… et n’est jamais sortie des poules. C’est l’objectif cette fois de Steve Clarke et de ses joueurs, ils veulent faire bien mieux qu’à l’Euro 2020 ».

À LIRE AUSSI : toute l’actualité de l’Euro dans votre édition spéciale

Sortir enfin des poules pour l’Écosse

Lors de l’édition précédente, les Ecossais s’étaient écroulés en phase de groupes. Pourtant, ils avaient obtenu un nul face aux Anglais à Wembley (0-0), mais s’étaient effondrés, à domicile, contre la République tchèque (0-2) et la Croatie (3-1). Les joueurs ainsi que tous les membres de la sélection arriveront avec un esprit revanchard en Allemagne. Le problème, c’est que l’Ecosse reste sur de très mauvais résultats notamment un 4-0 contre les Pays-Bas et un revers 1-0 à domicile contre l’Irlande du Nord et quelques doutes se sont installés.

« Elle a disputé sept matches sans victoire et cela est devenu très inquiétant. Même si elle a affronté l’Espagne, l’Angleterre, la France et les PaysBas au cours de cette série et qu’ils étaient tous des adversaires coriaces, l’équipe n’a pas bien réagi. Maintenant, elle n’a plus l’énergie qu’elle avait en traversant son groupe de qualifications et la confiance a chuté ».

La Tartan Army pourra compter sur sa belle génération de joueurs, évoluant au plus haut niveau, mais aussi sur une poule ouverte où tout est possible. L’Ecosse reste, malgré les récents résultats, un adversaire coriace lorsqu’elle est au complet et l’a démontré récemment en battant l’Espagne à Hampden. Elle pourrait tenter de recopier ce qu’a fait son voisin gallois en 2016 (demi-finaliste). C’est en tout cas ce qu’espère Michael Grant, mais il estime qu’ils vont avoir besoin de chance :

« Ils ont besoin de chance pour ne pas perdre de gros joueurs à cause de blessures, puis de chance pour savoir qui ils rencontreraient en huitièmes de finale s’ils sortaient du groupe. Battre l’Espagne a montré qu’à son meilleur niveau, avec des supporteurs extrêmement bruyants et passionnés de la Tartan Army derrière eux, l’Ecosse peut être dangereuse ». Cette génération a la possibilité de marquer l’histoire de son pays. Elle a désormais les cartes en mains pour ravir ses fans qui attendent, désespérément, une qualification en phase finale.

Pronostic

Malgré des résultats décevants, l’Ecosse a une très belle génération avec beaucoup de joueurs de talent. Ils peuvent être une équipe dure à faire sauter et pourraient surprendre grâce à des joueurs comme McTominay ou Robertson pour ne citer qu’eux. Cette formation est capable de faire mal aux grosses sélections et l’a déjà prouvé (victoire 2-0 contre l’Espagne il y a un an) ou encore contre la Norvège d’Haaland et Odegaard (1-2 et 3-3), mais elle est aussi capable du pire comme récemment (défaite 0-1 contre l’Irlande du Nord). L’Ecosse a les capacités de sortir des poules, mais pour cela il faudra qu’elle s’en donne les moyens.

La stat de l’Écosse : 4

En 151 ans d’histoire, la doyenne des sélections avec l’Angleterre n’aconnu que quatre participations à un Championnat d’Europe (1992, 1996, 2021 et 2024). Elle a par ailleurs toujours été éliminée en phase de poules.

À LIRE AUSSI : quand la France affrontait les écossais

Enzo Zanon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi