dimanche 2 octobre 2022

Le FC Lourdais XV, un club mythique qui tente de revenir au haut niveau

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Le club des Hautes-Pyrénées FC Lourdais XV a Laissé une marque indélébile dans L’Histoire avec Huit titres de champion de France. Avant de connaître le déclin à l’image d’autres clubs.

Quand le FC Lourdais XV dominait le rugby français, le grand Stade de Reims en faisait de même en football. Fondé le 29 avril 1911, ce club présente un des plus beaux palmarès français.

Huit fois champion de France (1948, 1952, 1953, 1956, 1957, 1958, 1960, 1968), cette équipe inspirait l’effroi pour ses adversaires. On a évoqué souvent l’invincibilité de Clermont au Michelin, mais le club haut-pyrénéen, du temps de sa domination, est resté invaincu sur sa pelouse pendant douze ans !

Le stade Antoine-Béguère, construit en 1928, a été longtemps une forteresse imprenable. Entre 1948 et 1960, soit pendant plus de 100 matches, l’équipe de Jean Prat (une des grandes figures du club entre 1944 et 1959) n’a pas connu la défaite dans son enceinte.

Lors de ses années fastes, il n’était pas rare de voir 20 000 personnes (record de fréquentation le 13 mars 1955 contre Montde-Marsan) chantant. Les victoires s’accumulaient dans ce cadre majestueux.

« Le rugby professionnel et l’avènement des grandes villes sont passés par là… »

Il y a 40 ans (en 1981) encore, Lourdes remportait le Challenge Yves du Manoir. Avant qu’une énorme cassure ne survienne et que le fossé ne s’agrandisse irrémédiablement :

« La première étape de cette grande cassure, je la connais. J’étais déjà président à l’époque. Elle est vraiment survenue avec l’arrivée du professionnalisme dès 1995. A cette période, on était encore qualifiés pour les phases finales du Du Manoir.

On avait été battus en quarts par le grand Toulouse (22-35) en menant à 10 minutes de la fin. On figurait encore parmi les 30 meilleurs clubs français. Mais ensuite le rugby professionnel et l’avènement des grandes villes sont passés par là… » déplore Jean-Pierre Armengaud. La nostalgie est logiquement de mise :

« Les heures de gloire du club remontent à loin. Le dernier titre de champion de France date de 1968. Ceux qui ont joué, certains ont disparu. Il y a quelques années, Lourdes comptait 18 000 habitants. Aujourd’hui, c’est entre 13 et 14 000.

Parmi ce nombre, il y a ceux qui pensent que c’est la « ville miracle « , ou ceux qui viennent de l’extérieur, mais ne nous connaissent pas ni le rugby. On a recruté un pilier récemment. A ce moment-là, il y avait Garuet sur le terrain. Le pilier ne le connaissait pas. Garuet, c’est la Coupe du Monde en 1987 ! Mais ce jeune n’était pas né.

Pareil pour le 40ème anniversaire de la victoire du Challenge Yves du Manoir. Pierre Berbizier était présent. Ce nom disait vaguement quelque chose à un de nos jeunes demis de mêlée… ».

Pourtant, à son apogée, cette équipe de Lourdes volait sur le terrain. Elle était en pèlerinage. Ce temps est malheureusement révolu.

Retrouvez toute l’actu du Rugby dans Rugby magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi