jeudi 23 mai 2024

Manchester City : Pep Guardiola ne peut plus se passer de Jérémy Doku

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Révélation de la Premier League, Jérémy Doku s’émancipe à 21 ans sous le maillot de Manchester City. Devenu un élément moteur de l’équipe de Pep Guardiola, le dribbleur belge a réussi à faire taire les critiques et à confirmer tout son potentiel en Angleterre comme en sélection.

C’est l’un des transferts qui a surpris le monde du football. En s’engageant pour Manchester City, en août dernier, après trois ans en Ligue 1 et à Rennes, Jérémy Doku arrivait dans un monde où l’exigence devait être son principal allié.

« Je suis heureux de signer dans ce très très grand club, avouait-il les yeux pétillants lors de son officialisation. Je suis impatient de démarrer. J’ai beaucoup échangé avec Kévin (De Bruyne). Dès qu’il y a eu les rumeurs, il m’a donné énormément d’informations. Je m’appuie sur lui au quotidien pour avancer. J’ai été bien accueilli et le groupe est incroyable. Ça me donne encore plus d’envie de grandir et de réussir. J’ai beaucoup à apprendre de ce grand entraîneur (Pep Guardiola). Je sais que je peux encore devenir un meilleur joueur. »

Au moment de débourser 65 M€ pour rapatrier l’international belge, Pep Guardiola savait ce qu’il espérait de Doku sur le terrain et il n’a pas été surpris. « Il est jeune. Il écoute. Il s’améliore. On se rend compte que ce qu’on lui suggère il le comprend immédiatement. Son impact a été très, très bon. »

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du ballon rond dans votre mag

« Le meilleur joueur belge des 10-15 prochaines années »

Le défenseur français Fabien Antunes a évolué entre 2014 et 2021 en Belgique (Virton, Oostende, Saint-Trond, Westerlo) et a forcément vu à l’oeuvre Jérémy Doku, notamment du côté d’Anderlecht à 16 ans, 5 mois et 26 ans, en novembre 2018. « Il est arrivé en D1 à l’âge de 16 ans. Il a commencé très jeune avec Anderlecht. C’était déjà très fort en un contre un. En explosivité, il avait des qualités impressionnantes de dribble et de vitesse. Tout n’était pas parfait dans ses choix sur le terrain, normal pour un jeune joueur, mais on devinait un gros potentiel. »

Et en optant ensuite pour le Stade Rennais en 2020, il a fait le juste choix pour continuer sa progression même si, en France, il a connu des années faites de hauts et de bas. « Il signe à Rennes et progresse beaucoup. C’était un bon transfert pour Rennes et lui. Il allait progresser dans un meilleur championnat, en Ligue 1, et aussi un meilleur club. Pour moi, Rennes étant aujourd’hui au-dessus d’Anderlecht, c’est bien pour lui. Il a progressé pendant quelques années. » Toutefois, Antunes ne cache pas qu’il ne le voyait pas partir dans un top club dès 2023.

« J’ai été surpris par son transfert à Manchester City. En un contre un, c’était toujours aussi fort. Il va vite. Mais je pensais qu’il n’était pas au niveau de Manchester City. J’ai été surpris par ce transfert. Encore plus surpris par ses prestations. Il est arrivé en grande forme. Ses premiers matches sont incroyables. Je ne pensais pas qu’il allait devenir aussi important à City. Il était déjà au haut niveau, avec la Belgique notamment, mais City, ça représente le summum. Il faut savoir être présent dès les premiers ballons. Je pensais qu’il allait avoir du mal à suivre, mais je suis content pour lui qu’il réussisse à City. Il le mérite. J’espère qu’il va exploser encore plus. »

Doku le successeur de De Bruyne ?

Tout comme la Belgique qui souhaite faire de Jérémy Doku son nouveau chouchou après la retraite d’Eden Hazard. « C’est l’un des meilleurs joueurs de Belgique, affirme Fabien Antunes. La génération dorée arrive en fin de carrière à l’image des Eden Hazard, Axel Witsel, Marouane Fellaini, Thomas Vermaelen ou encore Jan Vertonghen. La génération qui arrive est moins talentueuse. C’est pour cela qu’il aura son importance malgré son jeune âge. Il devra profiter de la présence de Kévin De Bruyne ou Romelu Lukaku. Je pense qu’il a tout pour devenir l’élément clé de la sélection belge pour les 10-15 prochaines années. »

En une seule saison à City, il a réussi ses meilleurs débuts en carrière au niveau de son efficacité avec 4 buts et 6 passes en 30 matches. Quant à Anderlecht, il avait mis 6 buts et 7 passes décisives en 37 matches et, à Rennes, il totalisait 12 buts et 10 passes décisives en 92 rencontres. La preuve que Jérémy Doku n’a pas encore fini de faire parler de lui.

« Il est encore si jeune, expliquait Pep Guardiola en novembre. Il peut jouer à gauche et à droite, ce que je ne vois pas chez beaucoup de joueurs. Il nous élève à un niveau supérieur et j’ai hâte de le voir faire des progrès au cours des prochaines années pour devenir un joueur encore meilleur. » Et cela devrait se vérifier rapidement à Manchester City ou avec le Belgique dès l’Euro. De quoi faire taire les plus critiques, une bonne fois pour toute.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi