jeudi 25 juillet 2024

Tour de France (5ème étape, mercredi 3 juillet) / Saint-Jean de Maurienne > Saint-Vulbas : 177,4 KM en souvenir

À lire

Le Tour de France propose une transition douce avec la 5ème étape qui relie Saint-Jean-de Maurienne, en Savoie, à Saint-Vulbas, dans la plaine de l’Ain, sur une distance de 177 kilomètres. Après les défis montagneux des jours précédents, cette étape semble dessinée pour les sprinteurs.

Saint-Jean-de-Maurienne, souvent au cœur de la Grande Boucle pour des étapes mémorables, est marquée par l’histoire du cyclisme. La ville a vécu des moments clés comme la victoire de Sandy Casar en 2010 et celle de Romain Bardet en 2015. En 2019, elle a été le théâtre d’une étape écourtée vers Tignes où Egan Bernal avait pris la tête du classement général après un incident naturel (glissement de terrain).

Le peloton partira de Saint-Jean-de-Maurienne pour rejoindre rapidement Chambéry et La Bridoire, offrant un parcours sans grandes difficultés. L’étape mettra à l’épreuve les coureurs avec quelques côtes comme le col de Couz (12 km à 2,7% à un peu moins de 100 km de l’arrivée) ou la côte de Lhuis (3 km à 4,8%), 34 kilomètres avant l’arrivée, mais rien qui devrait empêcher un final rapide.

À LIRE AUSSI : votre mag Tour de France spécial 2024

2019 dans toutes les têtes…

Les routes larges de la plaine de l’Ain favorisent un contrôle serré du peloton, rendant difficile les échappées. Saint-Vulbas, connue pour accueillir des étapes du Tour de l’Ain et des sprints, célèbrera sa première arrivée du Tour de France.

La ville a vu des sprinteurs comme Nacer Bouhanni s’imposer à plusieurs reprises, annonçant une étape favorable aux fins spécialistes de la vitesse. En somme, cette 5ème étape du Tour de France 2024 offre une pause relative après les exploits en montagne, permettant aux sprinteurs de briller et au peloton de récupérer avant les prochains défis. Saint-Vulbas, avec son historique d’arrivées rapides, est le cadre idéal pour une conclusion explosive de cette journée.

L’avis de Tony Gallopin

« Là encore il me parait difficile de déjouer les plans des équipes de sprinteurs alors qu’on arrive à la fin de la première semaine et que le peloton commence à être fatigué. Le profil final de cette étape est favorable aux rouleurs qui voudront mettre leurs sprinteurs dans la meilleure position possible à Saint-Vulbas. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi