dimanche 23 juin 2024

Euro 2024 – Allemagne : le malade imaginaire ?

À lire

Dix ans après son dernier titre international (une Coupe du monde), la sélection allemande commence un nouveau cycle lors de cet Euro 2024. Même si elle sort d’une année compliquée, l’Allemagne sera une équipe redoutée d’autant plus qu’elle a la chance de recevoir chez elle.

Cela fait maintenant 10 années que la Nationalmannschaft n’a plus rien gagné. Une anomalie pour la nation européenne la plus titrée qui, sur ces dix dernières années, a connu deux terribles échecs en Coupe du monde (2018 et 2022), doublement éliminée dès la phase de poules et une sortie sèche en huitièmes de finale de l’Euro 2021 contre les Anglais. Après un passage mitigé d’Hansi Flick à la tête de la sélection (25 matches, 12 victoires, 7 nuls, 6 défaites), c’est l’ex-entraîneur du Bayern Munich, Julian Nagelsmann, qui a été choisi pour reprendre les commandes de cette équipe en pleine crise.

Malgré des débuts compliqués, du fait qu’il a repris une Mannschaft mal en point, le plan de jeu de Nagelsmann commence à se mettre en place et, petit à petit, l’équipe prend forme. « Ils avaient besoin de confiance, ils avaient besoin de se remettre la tête à l’endroit » estime Grégoire Margotton qui va commenter l’Euro pour TF1. « Ils ont enchainé les coachs, les contre-performances, ils étaient perdus ».

Lors du dernier rassemblement de mars, les Allemands ont réussi à se remettre sur de bons rails avec deux belles victoires contre la France (0-2) et les Pays-Bas (2-1). Ils auront la chance de jouer à domicile puisqu’ils organisent la compétition. Ils auront l’appui du public, ce même public qui a délaissé son équipe depuis quelques années déjà.

« Ce qui est dingue en Allemagne, c’est qu’ils avaient perdu l’amour du grand public, il y a eu un désintérêt de la Mannschaft terrible pendant trois, quatre ans. Là, ça revient et il leur en faut peu, c’est un si grand pays de football qu’il suffit de quelques bons résultats et ça repart » est convaincu Grégoire Margotton.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité de la Nationalmannschaft dans votre mag

L’avantage de jouer à domicile pour l’Allemagne

L’engouement grandissant en Allemagne combiné aux récents bons résultats de la sélection font naître de l’espoir autour de cette équipe. « Je pense que les Allemands vont être très forts et j’espère pour l’Euro qu’ils iront loin. En 2006, la Coupe du monde était belle aussi parce que la Mannschaft était allée assez loin (3ème chez elle, Ndlr) et quand le pays hôte va loin ça change l’atmosphère, l’ambiance d’une compétition. »

La sélection allemande a largement la qualité et les moyens d’avancer dans cet Euro mais, pour cela, il faudra d’abord passer les poules qui ne vont pas être une mince affaire tant les trois autres équipes ont de la qualité et sont coriaces. La Suisse et la Hongrie sont les deux plus gros adversaires du groupe.

Ces deux matches ressemblent à des matches pièges pour les Allemands puisqu’on le rappelle, la Suisse avait éliminé la France au dernier Euro et la Hongrie, qui était déjà dans la poule de l’Allemagne en 2021, reste sur une série de 14 matches consécutifs sans défaite et est invaincue contre ces mêmes Allemands sur les trois dernières rencontres (une victoire, deux nuls). Il faut également ne pas oublier l’Ecosse qui compte dans ses rangs d’excellents joueurs appartenant aux meilleurs clubs du monde (Robertson à Liverpool et McTominay à Manchester United pour ne citer qu’eux).

La Nationalmannschaft tient elle aussi ses stars montantes du football mondial avec Musiala, Wirtz et Havertz. C’est désormais à Nagelsmann et son staff de développer et d’articuler l’attaque pour en extraire tout le potentiel possible. Les trois de devant vont devoir eux aussi faire le nécessaire pour sortir le grand jeu tant l’animation offensive de l’équipe repose sur eux.

Etant donné qu’ils n’ont pas une des défenses les plus hermétiques, il faudra être décisif devant pour faire la différence dans les moments chauds. Ces joueurs-là en sont tout à fait capables et c’est dans ce gen-re de rendez-vous que les équipes ont besoin d’eux. L’Allemagne a un petit peu le même profil que l’Italie en 2021 : un nouveau coach avec un effectif homogène et un bon mélange entre jeunesse et expérience.

Beaucoup de similitudes comme le fait de recevoir, c’était le cas de l’Italie en 2021 lors des phases de poules et ça leur avait plutôt bien réussi. Est-ce un signe ou une simple coïncidence ? Cela se confirmera au moment venu, mais il existe des chances qu’ils suivent le même parcours que leur voisin trois ans auparavant.

Le même profil que l’Italie en… 2021

Pour Grégoire Margotton, l’Allemagne fait même partie des favoris : « Je suis sûr qu’ils vont faire quelque chose, après je ne suis pas objectif car j’ai toujours aimé l’Allemagne, mais j’ai un faible pour cette équipe là et ce football-là. Ce sera moins beau qu’en 2012 ou en 2014, mais je les vois sur le podium ! »

Pendant sa présentation en septembre, Nagelsmann exprimait le fait de vouloir « inspirer la nation avec du beau football » ainsi que « d’enthousiasmer les gens avec un jeu attractif et pas uniquement par les résultats ». A voir s’il réussira à allier les deux quand on sait la difficulté d’un Euro et la complexité de tenir le même niveau sur la durée d’une compétition comme celle-ci.

Le sélectionneur et son staff ont encore un peu de temps pour mettre en place ce qu’ils souhaitent avec notamment deux matches amicaux contre l’Ukraine et la Grèce début juin, dans le but d’arriver fin prêt pour l’ouverture de la compétition. Une chose est sûre, cet Euro s’annonce passionnant et ces Allemands, excitants, risquent de contredire énormément de pronostics qui les avaient enterrés avant les matches amicaux de mars.

Pronostic

Après une année 2023 négative (11 matches, 3 victoires, 2 nuls, 6 défaites) et le limogeage d’Hansi Flick, la Mannschaft et son nouveau sélectionneur Julian Nagelsmann ont repris du poil de la bête. Avec 2 victoires en 2 rencontres face à la France et les Pays-Bas lors du rassemblement de mars, les Allemands montent en puissance à l’aube du début de leur Euro.

De quoi rassurer leurs supporteurs, mais aussi inquiéter leurs futurs adversaires qui s’apprêtent à devoir gérer les bombes Musiala et Wirtz, tous deux en très grande forme avec leurs clubs respectifs.

L’Allemagne ne fait aujourd’hui pas partie des favoris à la victoire finale, mais pourrait bien le devenir. Elle est la nation avec le plus gros palmarès d’Europe et reste toujours compétitive même lorsqu’elle a un coup de moins bien. Plus qu’un simple outsider, l’Allemagne va poser problème à bon nombre de sélections et pourrait décider d’aller loin si on ne la prend pas au sérieux.

3

Dans toute l’histoire des Championnats d’Europe, seulement trois pays hôte ont réussi à remporter la compétition à domicile : l’Espagne en 1964, l’Italie en 1968 et la France en 1984.

À LIRE AUSSI : le dernier France-Allemagne en stat

Enzo Zanon (avec Oscar Lachaize)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi