dimanche 23 juin 2024

Euro 2024 : l’atout jeune de la Roja

À lire

Le renouveau de l’Espagne débute bien. Après un échec à la Coupe du Monde 2022 où les Espagnols, entraînés par Luis Enrique à l’époque, s’étaient faits sortir aux tirs au but par le Maroc dès les 8èmes de finale, ils avaient su rebondir pour aller chercher la Ligue des Nations 2023. La Roja comptent bien continuer sur leur lancée pour faire bonne figure à l’Euro.

L’échec au Qatar est resté dans toutes les têtes. Cette déception fût vite effacée suite à la victoire en Ligue des Nations. Les Espagnols comptent bien continuer sur leur lancée en tentant d’aller décrocher un titre européen dans la foulée. Après un parcours très tranquille et assez facile en éliminatoires, la Roja se trouve cette fois-ci face à une difficulté bien plus grande.

Pas gâtée par le tirage (tout comme les trois autres équipes), elle fait partie de ce qu’on peut appeler la poule de la mort. Composé de l’Italie, la Croatie et l’Albanie, ce groupe est une vraie épreuve à passer avant de pouvoir se projeter. L’Espagne pourrait se faire surprendre et se retrouver en difficulté si elle ne se met pas à l’abri dès le premier match contre la Croatie.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité de l’Euro dans votre mag

« Une jeune équipe qui a besoin de grandir »

En Espagne, on est plutôt confiant, c’est le cas de Marcos Duran, journaliste chez Relevo. « Je pense que l’Espagne va finir première de son groupe même si l’Italie est forte. En revanche, c’est une poule très relevée qui va poser des difficultés, ça va nous permettre de voir si on est capable de surmonter ce genre d’adversité et de nous préparer en vue d’une potentielle qualification pour la suite de la compétition ».

Malgré tout, la Roja n’est pas favorite à la victoire finale. Ce constat est assez surprenant lorsqu’on dit qu’elle va sortir première du groupe de la mort devant le tenant du titre ! « L’Espagne ne fait pas partie des favoris pour gagner l’Euro. Je pense qu’il y a d’autres sélections comme la France, l’Allemagne et les Pays-Bas qui sont mieux armées et structurées que nous. Selon moi, l’Espagne fait partie de la deuxième ligne des favoris derrière ces pays-là. Malgré tout, elle peut bien faire les choses, mais c’est une jeune équipe qui a besoin de grandir donc c’est encore un peu tôt pour les donner vainqueur ».

Mais alors qu’est-ce qu’il manque à l’Espagne ? Elle compte quand même pas mal de carences au niveau de l’effectif. Elle n’a pas d’équipe type et connaît plusieurs problèmes à différents postes, que ce soit à cause des blessures ou bien juste par manque de qualité à certains endroits. Le sélectionneur Luis de la Fuente ne fait pas non plus l’unanimité.

Durant sa carrière d’entraîneur, il a très souvent dirigé les équipes de jeunes de la sélection, mais n’a jamais connu le très haut niveau international. Son manque d’expérience à ce stade laisse planer quelques doutes.

« Il me semble qu’il n’a pas les épaules pour entraîner l’équipe espagnole. La situation dans la Fédération n’est pas la meilleure au monde, il y a beaucoup d’instabilité et cela signifie que Luis de la Fuente peut conserver son poste. On verra comment il est capable de gérer un tournoi aussi important que l’Euro après l’échec de la Coupe du Monde 2022 ».

A lui de montrer qu’il a le caractère pour diriger une telle nation et qu’il est capable de faire de belles choses avec. Son bilan reste néanmoins plus que positif puisque depuis qu’il a repris la tête de la sélection, cette dernière a un ratio de 9 victoires pour 1 défaite.

Il reste dans la continuité de ce qu’il faisait avec les équipes de jeunes (27 victoires pour 9 défaites avec les U19 et 24 victoires pour seulement 3 défaites avec les Espoirs). Le talent tactique de cet entraîneur n’est pas ce qui manque, mais la pression d’un si grand événement pourrait impacter sur sa manière de coacher.

Luis de la Fuente sera-t-il à la hauteur ?

l’Espagne est très souvent oubliée des débats pour le titre. Pourtant, lorsqu’on regarde les récentes performances quasiment aucune équipe ne fait mieux, même certains favoris. Seule le Portugal a de meilleurs résultats ces derniers temps, ce qui est plutôt encourageant quand on sait la puissance et la qualité d’effectif de la Seleçao.

Marcos Duran estime lui qu’on place la Roja encore trop haut dans les pronostics et que parfois même elle est surcotée. « Je crois que l’Espagne n’est pas sous-estimée, au contraire, je crois que l’Espagne est parfois surfaite à certains égards. Ils ont des joueurs importants, mais ils ont un groupe très jeune qui doit continuer à grandir. C’est une équipe qui fait encore ses premiers pas dans le football international, à l’exception de quelques joueurs expérimentés comme Rodri. Je pense que la meilleure équipe espagnole sera visible dans quelques années ».

En parlant de jeunesse, il y a un joueur qui représente à merveille cela dans l’effectif espagnol, c’est Lamine Yamal. La très jeune étoile montante du FC Barcelone sera à suivre de très prêt pendant l’Euro. Ce gamin est capable de dribbler une équipe à lui seul, mais reste assez frêle et sûrement pas assez mature pour porter une équipe à lui tout seul.

Il va jouer sa première compétition avec les A et son parcours rappelle un peu celui de Mbappé en 2018. « Yamal a les capacités pour faire une compétition un peu à l’image de Mbappé en Russie, mais il n’aura pas la même importance et n’est pas le joueur qu’était Mbappé. C’est un joueur avec un grand avenir qui va apporter beaucoup de joie à l’Espagne, mais il n’a pas l’impact que Mbappé a eu ».

Peu importe comment va arriver cette sélection en juin, une chose est sûre, c’est qu’il ne faudra pas la prendre à la légère. Cette équipe a des choses à montrer et compte bien redevenir la grande Espagne qu’elle était il y a 10 ans. Ses adversaires sont prévenus !

La stat de la Roja : 2

La Roja possède dans ses rangs deux joueurs nés en France, Aymeric Laporte (28 sélections) et Robin Le Normand (9 sélections). Le premier a été international français Espoirs à 19 reprises et le second, bien qu’il ait été contacté par Didier Deschamps, a opté pour l’Espagne où il s’est senti plus désiré.

Pronostic

L’Espagne a énormément de qualité technique, mais trop de zones d’ombre existent. Simon ou Raya au but ? Quelle va être la charnière centrale ? Qui sera en pointe et sur le côté gauche ? Qui va remplacer Gavi ? Beaucoup de questionnements et d’incertitudes juste avant la compétition. Malgré tout tenante du titre de la Ligue des Nations 2023, l’Espagne aura une carte à jouer et sera redoutée par ses adversaires. Elle ne fait pas partie des favoris, mais reste un outsider très sérieux qui pourrait rééditer le même parcours qu’en 2021.

À LIRE AUSSI : l’Espagne peut-elle gagner ?

Enzo Zanon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi