mardi 27 septembre 2022

Tour de France : 7ème étape (Vierzon – Le Creusot) : une longue, très longue étape

À lire

Tous les matins pendant le Tour de France, retrouvez la présentation de l’étape du jour, avec en prime l’analyse d’un expert.

À la veille d’attaquer la première étape de montagne et les massifs alpins, les coureurs se voient offrir un grosse entrée par les organisateurs avec une très longue étape de 248 km qui les mènera de Vierzon au Creusot.

C’est tout simplement l’une des plus longues étapes de l’histoire du Tour. La dernière fois qu’on a eu une étape aussi longue sur le Tour, c’était l’étape de Troyes en 2000, qui avait vu Erik Zabel s’imposer. De fait, les coureurs passeront leur journée sur le vélo. Ils vont donc avoir le temps de se dégourdir les jambes avant la montagne avec pas moins de 6 heures de course.

Ils partiront de Vierzon dans le Cher, passeront par Bourges pour arriver au Creusot en Bourgogne. En 108 ans d’existence, le Tour n’était jamais passé par Vierzon. En revanche, c’est la deuxième fois que Le Creusot accueille une arrivée. Il y a 23 ans, en 1998, la ville avait été le théâtre d’un beau contre-la-montre remporté par Jan Ullrich. L’Allemand s’était imposé haut la main sur 52 km pour décrocher sa troisième victoire d’étape sur le Tour de France 98.

L’inédit signal d’Uchon

Les champions issus de la région sont nombreux, Marc Sarreau (AG2R-Citroën) est né à Vierzon, il a été licencié au club de Vierzon avec William Bonnet (Groupama-FDJ). Natifs également de Vierzon, Georges Meunier et Jean Graczyk ont remporté respectivement deux victoires en cinq Tours de France, deux maillots verts et cinq étapes en sept participations pour Graczyk.

Ce long périple de 2021 ne sera pas un long fleuve tranquille jusqu’à l’arrivée puisque le peloton aura un final corsé avec le Morvan et le signal d’Uchon.

L’arrivée sera donc sélective pour les coureurs qui auront encore quelques forces dans les jambes. Christian Prudhomme prévient : « Au lendemain d’un parcours sprint, le Tour alternera les plaisirs en proposant sa plus longue étape depuis 21 ans. Mais longueur ne saurait rimer avec langueur : au fil d’une nouvelle belle balade culturelle (Bourges, Nevers, Bibracte, Autun…), le Morvan mettra 3000 mètres de dénivelé au menu d’un final pimenté par l’inédit et sélectif signal d’Uchon. »

Sur cette étape, Julian Alaphilippe sera l’un des régionaux de l’étape, lui l’originaire de Saint-Amand-Montrond dans le Cher. Il pourrait bien être l’un des hommes forts de cette étape. Avec le maillot de champion du monde sur les épaules, il aura à cœur de bien faire près de chez lui. Surtout avec la physionomie sélective et casse-pattes de l’arrivée qui lui conviendra parfaitement. Toutefois, sur une étape aussi longue, l’échappée aura forcément sa chance.

L’avis de Yoann Offredo

« L’étape la plus longue du Tour. Les gars vont passer environ 6 heures sur le vélo, c’est énorme. En effet, C’est le genre d’étape où il ne se passe rien car les coureurs ont peur de ne pas tenir sur la longueur s’ils attaquent. Je me souviens de mon échappée sur l’étape de Chartres (231 km) en 2018, c’était interminable. J’avais demandé à Philippe Gilbert « pourquoi il y a des étapes si longues ? ». Il m’avait dit il faut bien caser des étapes longues pour faire le Tour de France en trois semaines. Cependant, il faut quand même faire attention au final avec le signal d’Uchon qui peut faire une petite sélection. Il arrive au km 231 et Benoit Cosnefroy ou Romain Bardet, s’il fait le Tour, pourraient avoir des fourmis dans les jambes et laisser parler leur tempérament d’attaquant. »

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi