mardi 23 juillet 2024

Cyclisme – Transferts : Jumbo-Visma, le nouveau patron du peloton

À lire

A l’exception notable de Carapaz, même si les principaux leaders n’ont pas changé de formation, autour d’eux le Mercato a modifié les forces en présence et redistribué les rôles de chacun, pour mieux affiner les stratégies des meilleurs et faire de Jumbo-Visma le nouvel épouvantail du peloton ?

Richard Carapaz, Soren Kragh-Andersen, Tim Merlier, Bob Jungels, Wilco Kelderman, Thymen Arensman, Adam Yates, Dylan Van Baarle, Jan Hirt, Capser Pedersen, Clément Champoussin ou Nairo Quintana, en attendant de connaitre le point de chute de Mark Cavendish, le Mercato n’est pas resté neutre depuis le 1er août qui aura forcément des conséquences sur le déroulement de la saison 2023.

A tout seigneur tout honneur, Richard Carapaz est le seul ancien vainqueur de grand Tour, avec Nairo Quintana, sur le départ de chez Arkéa Samsic mais toujours sans équipe au moment où nous bouclions notre guide (Movistar ?) -, à donner une autre orientation à sa carrière. En quittant INEOS Grenadiers, le vainqueur du Giro 2019, imite Adam Yates et surtout Dylan Van Baarle, autant de départs que le directeur adjoint de la formation britannique qualifie de « grandes pertes ».

Carapaz, Champoussain, Quintana, le mercato a fait des effets

Pour l’Equatorien, l’objectif était de s’offrir un nouveau statut chez EF Education EasyPost, en leader assumé et ambitieux pour aller chercher le Tour de France aux côtés de ses compatriotes Narvaez et Caicedo, précieux en haute altitude. Pour Adam Yates, rejoindre UAE Team Emirates révèle d’autres desseins. A 30 ans, le grimpeur britannique a obtenu un contrat de trois ans et l’assurance de disputer plusieurs grandes épreuves dans la peau d’un leader, ce qui n’était plus vraiment le cas chez INEOS… où la fuite la plus durement ressentie a été sans conteste celle de Dylan Van Baarle.

Le profil du vainqueur du dernier Paris-Roubaix, 2ème du Tour des Flandres, fera défaut à la formation britannique. En rejoignant la Jumbo-Visma, le Néerlandais de 30 ans rentre un peu comme chez lui, aux Pays-Bas, avec une équipe taillée pour les Monuments :

« Je suis curieux de voir comment cela va se passer ! » déclarait-il au moment de fermer une parenthèse de cinq ans. Avec Van Aert, Laporte, Benoot ou Van Hooydonck, les opportunités ne devraient pas manquer pour accrocher une troisième classique à son palmarès à condition « de s’aider les uns les autres… »

La Jumbo-Visma a aussi fait son mercato

C’est aussi pour ça qu’un autre Néerlandais de 31 ans, Wilco Kelderman (DSM) revient également à la maison pour apporter son expérience des courses à étapes dont il est un des meilleurs spécialistes mondiaux (5ème du Tour en 2021, trois top 10 de la Vuelta, 3ème du Giro en 2020, 7ème en 2014).

Chez les sprinteurs, si Cavendish a un temps espéré rejoindre l’ambitieux projet de Jérôme Pineau chez B&B Hotels, Tim Merlier a, lui, quitté l’ombre de plus en plus envahissante de Philipsen, chez Alpecin-Deceunink, pour débouler chez Soudal-Quick Step, trop heureux d’accueillir le champion de Belgique sortant, vainqueur de 5 épreuves en 2022, dont des étapes sur le Tour et le Giro, de l’associer à un autre champion de Belgique, du c-l-m, Remco Evenepoel.

Merlier, le gros coup du Wolfpack

Le Wolfpack a réussi un des plus gros coups de ce Mercato, offrant trois ans de contrat au coureur de 30 ans. A y être, Patrick Lefevère a également recruté le Danois Casper Pedersen (26 ans) et le grimpeur Tchèque Jan Hirt, 6ème du dernier Giro sous une bannière Intermarché-Circus-Wanty où il se sentait un peu étriqué. Sur le Mercato national, la surprise est venue de Clément Champoussin, qu’on pensait plus attaché que ça à AG2R Citroën. Apparemment, Vincent Lavenu aussi…

« Clément a manqué de maturité, je ne lui en veux pas, il s’est laissé berner. Il a pris un gros contrat ailleurs, tant mieux pour lui… » et pour une formation Arkéa-Samsic qui va pouvoir s’appuyer sur l’un des plus sûrs espoirs du vélo national pour continuer à grandir et assumer son accession en World Tour.

La formation française qui a fêté ses 30 ans cette année perd aussi avec Bob Jungels, vainqueur de la 9ème étape du Tour, un spécialiste du c-l-m capable de passer les bosses et particulièrement à l’aise sur les ardennaises (vainqueur de Liège-Bastogne-Lière en 2018), et en quête de rebond à 30 ans chez BORA-hansgrohe où Rolf Aldag estime « qu’il colle parfaitement à notre stratégie visant à disposer de plusieurs capitaines ».

Arkéa-Samsic toujours-là

Un bon complément à Hindley, Buchmann, Bennett, Kämna, Schachmann ou au jeune prodige belge, Uijtdebroecks, pour un effectif d’une grande densité. Enfin, révélateur des difficultés de DSM à conserver ses meilleurs jeunes éléments, Thymxen Arensman s’est engagé chez INEOS Grenadiers. Vainqueur de l’étape reine de la Vuelta et 6ème au général, le Néerlandais de 23 ans a explosé en 2022, assez pour constituer un vrai pari dans un profil très polyvalent.

Un atout de plus dans l’équipe britannique pour tenter de contrer son très relatif déclin autant que l’inexorable montée en puissance de la Jumbo-Visma.

Tom Boissy

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi