jeudi 29 septembre 2022

Transferts : les 4 infos à savoir avant la dernière journée du mercato

À lire

La dernière journée du mercato ne répond plus à aucun critères précis. Transferts en urgence, ratés mémorables, coup de tonnerre de dernière minute, transactions surprises, départs imprévus… Tout peut arriver au cours de ce dernier jour du mois d’août. Il y a quand même quelques règles à respecter. Et donc à connaitre pour bien suivre cette dernière journée.

Il faut envoyer les documents avant minuit

Pour qu’un transfert soit enregistré officiellement au près de la Ligue de football professionnel, cette dernière doit recevoir tous les documents (par fax ou mail) au plus tard à minuit ce soir. Pas minuit et une minute (on a vu de nombreux transferts être refusés pour cette raison).

La visite médicale n’est pas obligatoire

Officiellement, la LFP n’exige pas de garanties médicales, c’est de la responsabilité du club. Donc en cas d’extrême urgence, un joueur peut s’engager dans un club sans passer devant les médecins. Toutefois, compte tenu des sommes engagées, cela n’arrive jamais. En revanche, il est fréquent de voir des joueurs passer leur visite médicale dans un club avec lequel ils ne s’engageront finalement jamais, faute d’accord.

Les joueurs libres peuvent signer après le 31 août

Un joueur libre, donc officiellement sans emploi, n’a pas de limite pour signer dans un club. Ainsi par exemple, Valère Germain (Montpellier, Saint-Etienne), Clément Grenier (Lyon, Nice, Lille…) peuvent signer aujourd’hui comme le 2 ou ou le 15 septembre. Leur contrat sera homologué.

Un joueur peut changer de club après le 31 août

Le 31 août ne marque pas la fin définitive des transferts. Il est toujours possible pour un joueur de changer de club au delà de cette date fatidique. Mais il est considéré comme « joker ». C’est ce qui s’est passé en 2019 pour Valentin Rongier. Faute de trouver un accord dans les temps, l’ancien nantais s’est engagé avec l’OM hors délai, en tant que « joker ». Mais ce jeu est dangereux, car les clubs n’ont droit qu’à un seul « joker », ce qui peut poser problème en cas de blessé grave en cours de saison.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi