samedi 26 novembre 2022

Ballon d’Or : Karim Benzema, le destin d’un roi

À lire

Phénoménale, merveilleux, immortel. Les superlatifs manquent quand il s’agit de Karim Benzema. 5 Ligues des champions, 42 buts la saison passée (toutes compétitions confondues), sauveur des Bleus en Ligue des nations, le joueur formé à l’OL se bonifie avec les années. Retour sur l’incroyable carrière du futur Ballon d’Or.

A 17 ans, il choque le vestiaire de l’OL

Natif de Lyon, Karim Benzema est repéré à 9 ans par l’OL, où il explose en U16 avec 38 buts dans la même saison. Membre de la génération 87 aux côtés des Ben Arfa, Nasri et Ménez, qui surclasse l’Euro U17 en 2004 (remporté contre l’Espagne en finale), il brille et décroche sa première apparition en pro le 15 janvier 2005 à 17 ans. Claudio Caçapa, légende de l’OL raconte ces débuts : « Quand un jeune intégrait le groupe professionnel il devait se présenter devant tout le monde et expliquer ses objectifs. Karim s’est levé et a dit : « Je suis arrivé ici pour prendre la place des attaquants. Je viens avec dévouement, travail et engagement, pour prendre votre place”». Déclarer cela à 17 ans devant tout un groupe de professionnel : Benzema savait ce qu’il voulait, et il s’en est donné les moyens.

 L’attaquant s’impose rapidement à Lyon, ce qui lui vaut la confiance de Raymond Domenech en équipe de France. Il joue son premier match en Bleu et marque contre l’Autriche à 19 ans. La saison 2007-2008 est celle de l’explosion pour lui, Il atteint 20 réalisations en championnat (meilleur buteur). En prime, une solide campagne de Ligue des champions et un but contre Manchester United. Benzema se fait un nom dans toute l’Europe à 20 ans seulement. Courtisé par Sir Alex Ferguson en personne, ou encore par l’AC Milan, il est couronné meilleur joueur de Ligue 1.

 L’année suivante il confirme son talent en enchaînant une nouvelle saison de haut niveau, 17 buts et 5 en Europe. A l’été 2009, il choisit le Real Madrid. Lyon récupère 35 millions d’euros dans la transaction.

Des débuts difficiles au Real

Recruté chez les galactiques avec Kakà et Cristiano Ronaldo, la pression est lourde sur ses épaules et la concurrence est rude, ce qui plaît au compétiteur : « A Lyon même si je m’entraînais mal, je savais que j’allais jouer le week-end, ici, il faut se faire sa place même à l’entraînement », avouait Benzema après son arrivée.

Les débuts sont d’ailleurs difficiles. L’entraîneur, Manuel Pellegrini lui préfère Gonzalo Higuain comme numéro 9, de même pour José Mourinho qui prend la relève des Merengues. Après les déclarations critiques du Portugais sur le Français, en conférence de presse, Benzema va le voir et parvient à le convaincre, grâce à son franc-parler. Il gagne sa place comme titulaire, et montre à Mourinho qu’il avait raison, en inscrivant 26 buts en 46 matchs. Après cet épisode, fini la concurrence pour le Nueve, il s’impose comme une évidence à Madrid, poussant même Higuain vers la sortie en 2013.

La suite est connue, entre 2016 et 2018, le Real remporte 3 Ligues des champions de suite, son entente avec Ronaldo fluidifie l’attaque de la Maison blanche. Il est aujourd’hui le meilleur passeur de l’histoire Madrilène (160). Zinedine Zidane l’encense : « Il est le meilleur attaquant français de l’histoire ».

Après le départ de Ronaldo en 2018, Benzema se voit remettre les clefs du onze du club de  la capitale espagnole. Le Réal vit deux années de reconstruction compliquées, impuissants autant en Liga qu’en Europe, mais Benzema montre qu’il a l’étoffe d’un capitaine. Le retour de Zidane aux commandes en 2019 redynamise le Nueve, qui mène les siens vers la première Liga de l’après Ronaldo.

Benzema fait oublier Ronaldo

Une nouvelle ère, celle de Karim, qui a vite fait oublier Cristiano aux supporters, avec sa saison 2021-2022. Le retour d’Ancelotti se passe à merveille, et l’attaquant plus en forme que jamais enchaîne les buts. 50 en 56 matchs, il pulvérise son ancien record (35 en 2012).

Bien plus fort encore, il ramène le Real sur le toit de l’Europe. 15 buts en 12 matchs de ligue des champions. Sauveur contre Paris avec un triplé, quand les espoirs semblaient anéantis, et patron contre le grand City de Guardiola (3 buts et 1 passe décisive sur les 2 matchs).

Après cette saison mémorable, Benzema est plus que jamais favori pour le Ballon d’Or, 24 ans après Zizou le dernier tricolore doré. Antonio Cassano, ancien joueur de Madrid, fait son éloge : « Cristiano Ronaldo doit prier le matin et dire : « Merci Benzema d’avoir joué avec moi”».

Jeremy Bakeir

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi