dimanche 2 octobre 2022

Bauke Mollema (Trek-segafedo) : « Je peux gagner au moins une étape »

À lire

Frédéric Denat
Frédéric Denat
Journaliste

C’est en enchaînant une quatrième fois Giro et Tour que le Néerlandais de 35 ans, Bauke Mollema aborde son 12ème Tour, sans trop de prétention pour le général, mais avec énormément d’envie d’ajouter une troisième étape à son palmarès*. La 11ème, entre Albertville et Serre Chevalier, avec le col de Granon au programme ?

Que représente le Tour de France pour vous ?

C’est la plus grande course du monde et la course où je veux probablement le plus être sur la ligne de départ. C’est la course que j’ai le plus suivie quand j’étais enfant et la raison pour laquelle j’ai commencé à aimer le vélo.

Votre première partie de saison vous permet-elle d’aborder ce Tour en confiance ?

Il me manque une victoire jusqu’à présent mais, globalement, je suis content de mon niveau. Je n’ai eu aucune blessure, aucune course manquée pour cause de maladie. Au Giro, j’avais déjà un bon niveau et j’espère que ce sera encore un peu mieux sur le Tour.

Et entre le Giro et le Tour, je ne courrai que les championnats des Pays-Bas. Que pensez-vous du parcours du Tour 2022 ?

Il semble qu’il y ait beaucoup d’arrivées au sommet, peut-être plus que d’habitude. De plus, le dernier chrono est assez long, donc cela pourrait encore secouer un peu les choses pour le classement général.

« Mon nouveau rôle chez Trek-Segafredo me plait beaucoup »

La domination de Pogacar peut-elle durer encore longtemps ?

Il ne dominait pas trop en 2020, puisque Roglic était encore maillot jaune jusqu’au dernier contre-la-montre. Mais Pogacar, c’est sûr, a été vraiment impressionnant au cours des deux dernières éditions. Le parcours de cette année devrait aussi très bien lui convenir. Au cours des prochaines années, d’autres jeunes talents pourraient également avoir leur mot à dire. Alors qui sait ce que l’avenir nous réserve…

Vous avez déjà enchaîné le Giro et le Tour de France à trois reprises en 2017, 2019 et 2021, est-ce un défi difficile ?

J’aime beaucoup combiner le Giro et le Tour. J’ai parfois un peu de mal dans le Giro, mais après avoir fait une petite pause je me sens toujours mieux à l’approche du Tour. J’ai gagné des étapes du Tour en 2017 et 2021 après avoir fait le Giro et ce serait super de faire la même chose cette année.

Quels seront vos objectifs précis au sein de la Trek-Segafredo ?

Nous avons de jeunes coureurs qui sont plus à même de viser le classement général et mon rôle sera de les accompagner, d’être une sorte de mentor grâce à mon expérience. Au début de ma carrière chez Trek, je ciblais plutôt le général, surtout sur le Tour de France. Désormais, mon rôle a changé. Je me concentre davantage sur les courses d’un jour ou les étapes de chasse. J’adore ce nouveau rôle.

Laurent Jalabert : «Un coureur d’expérience et généreux»

« Je ne les sens pas trop. Ciccone a bien marché sur le Giro, mais pourra-t-il enchaîner ? Tout dépendra de Mads Pedersen. On verra s’il est au top en juillet. Ce n’est pas un coureur qui aime la chaleur. C’est un grand nom, mais il est plus performant en début d’année qu’en juillet. Mollema reste un coureur d’expérience et généreux, capable de faire un coup d’éclat comme l’an passé à Quillan. Mais il y a le poids des années. Je demande à voir. Je ne suis pas convaincu qu’ils fassent un grand Tour. »

*L’entretien a été réalisé avant le départ du Tour de France

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi