jeudi 25 avril 2024

Carlo Ancelotti et le Real Madrid : quand les légendes se croisent, ça peut faire mal !

À lire

Cinq ans après le doublé, Liga – Ligue des Champions, avec Zidane, le Real Madrid pourrait rééditer l’exploit avec Carlo Ancelotti sur le banc.

C’était encore une nuit magique à Madrid. Le Real a réalisé le coup parfait contre Manchester City. 5 minutes de bonheur alors que la finale leur filaient entre les doigts. Mais décidément la Maison Blanche a encore prouvé par l’irrationnel du football que tout était possible. Comme si la main de Dieu avait promis au Real une 14ème Ligue des Champions. Une nuit splendide que les Madrilènes n’ont pas manqué de fêter avec leurs supporters. Zinédine Zidane, auteur du doublé Liga-Ligue des Champions, en 2017, pourrait avoir un successeur : Carlo Ancelotti.

Le football n’a jamais aimé les Mathématiques. Il préfère l’irrationnel, l’irréel d’un scénario complètement fou. Le Real Madrid s’en souvient encore après avoir battu Manchester City dans son royaume de Bernabeu. Le plus mythique des stades de football pour les plu chauvins, et, surtout celui qui donne au foot une autre dimension. Dans le stade des rois, la Maison Blanche a donné à la Ligue des Champions une soirée pleine d’extase, bien aidé par Manchester City, joueur mais pas tueur. Les détails aiment mener la vie dure.

Alors que deux génération d’entraineur s’affrontaient, c’est le plus ancien, le plus respecté de ces dernières années, qui a posé sa patte sur la rencontre. Carlo Ancelotti a changé la nuit de cauchemar de Bernabeu en un rêve de 14 étoiles. si le Real l’emporte à Paris contre Liverpool pour un remake de l’épisode de 2018, il incrustera encore un peu plus son empreinte dans l’histoire de la plus prestigieuse des compétitions de clubs.

Zidane-Ancelotti, le duo mythique du Real

Ancelotti-Zidane, Zidane-Ancelotti, ces deux-là ont brillé à tour de rôle sur le banc du plus grand club du monde. Ancelotti est l’homme de la décima. Bien aidé par un Zizou, inspiré en 2014. On se souvient tous de ces images de Zidane qui ordonne à Sergio Ramos de monter sur le dernier corner du temps additionnel. La suite, une déferlante madrilène avec un score sans appel. Le sacre d’Ancelotti mais la peinture de Zidane sur ce succès.

Puis, le novice Zizou prend la suite après le départ d’Ancelotti et l’échec de Benitez. L’ancien numéro 5 de la Maison Blanche entame 3 saisons prolifiques avec 3 Ligue des Champion consécutives. Un exploit, au 21ème siècle. Son départ fracassant en 2018, laisse le Real orphelin, ni Lopetegui, ni Solari ne parviendront à maintenir le Real sur le toit du monde.

Zizou revient en 2019 et décroche la Liga en 2020. Il part de nouveau en 2021 et, le Real Madrid fait appel à Carlo Ancelotti. L’ancien entraineur d’Everton décroche le 35ème titre du Real Madrid et devient le premier entraîneur à rafler les 5 grands championnats. L’italien peut mener le Real vers une 14ème Ligue des Champions. Avec Zidane et Ancelotti sur le banc, le Real gagne.

Le destin, la tactique, le brin de chance pour Ancelotti

Mais le millésime 2022 dépasse de loin les éditions précédentes de la Ligue des Champions. Depuis le début du 21ème siècle, jamais une équipe n’a répété le même scénario à 3 reprises. D’abord contre le PSG, ensuite contre Chelsea puis City. Ancelotti a mis sur la touche Pochettino, Tuchel et Guardiola, rien que ça. Tel que le destin semble en avoir décidé.

Le Real Madrid ressemble à une tige de bambou qui plie mais ne rompt jamais. Le chapitre Ligue des Champions 2022 avec d’Ancelotti dépasse la conscience des spécialistes du football. En deux minutes contre City, 13 contre Paris et à peine plus contre Chelsea, les Espagnols ont tout renversé. Au-delà de l’aspect du jeu, ce sont des ressources insoupçonnés que les joueurs de Carlo Ancelotti ont su mobiliser qui ont frappé les esprits.

D’autant plus que rien ne prédestinait la Maison Blanche a une aventure aussi folle. Sur les trois matchs retour, le Real bute, patine, subit mais il n’a jamais piqué du nez. Il se maintient dans le rétro de son adversaire avant de le doubler au meilleur moment.

comme si le Real utilisait le poids de son histoire pour écraser ses adversaires

Le Real d’Ancelotti, c’est une force collective pragmatique, un diesel qui ronronne avant de se décider à attaquer. Encore une fois, le club a fait parler sa légende pour faire la différence en fin de rencontre. Comme si le poids de l’histoire du club, venait écraser son adversaire.

Le Real est un vin qui vieillit très bien. Sur les matchs de Paris, Chelsea et City, Madrid a piqué quand son adversaire le regardait mourir, agoniser sur son terrain de légende. Madrid reste Madrid.

Bien sûr, personne ne peut enlever le facteur réussite de ce Real Madrid 2022. Même pas Ancelotti qui fait la moue alors que City mène tranquillement 1-0, et a la balle du 2-0… Mais les dieux du foot ont pris fait et cause pour ce club mythique. Après, c’est toute l’histoire de ce sport qui se résume en 5 minutes. 3-1, Hasta Luego City. Une chose est sûre en tout cas. Lors de la finale, si Liverpool mène, si le Real titube, si la veille garde madrilène fatigue… On saura que rien n’est terminé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi