lundi 3 octobre 2022

Lille un peu trop rapidement désigné favori face au PSG

Lille - PSG (21h)

À lire

Que Galtier le veuille ou non, les lillois sont favoris du choc de la 16ème journée ce soir face au PSG. Mais le PSG en a vu d’autre…

Un PSG sans Neymar et avec un « demi » Mbappé (au plus) est-il plus fort qu’un Lille au sommet de sa forme (bien que privé de Renato Sanchez) ? C’est la réponse que nous donnera ce soir le choc de la 16ème journée entre les Nordistes et les Parisiens. 

Mais il faut bien le reconnaître, Christophe Galtier n’a jamais été aussi près d’un 4ème succès contre une équipe face à laquelle il a perdu 18 fois en 26 confrontations dans sa carrière.

Forme athlétique, confiance, absences… les forces du moment basculent en faveur des Lillois qui ont l’opportunité de mettre leur adversaire du soir à 4 points, rendant au passage un fier service aussi aux Lyonnais qui se sont remis à rêver du titre. 

Si tous les voyants clignotent en faveur des Lillois, Christophe Galtier, lui, ne veut pas voir son équipe en favorite du choc du soir. « Le PSG est une grande équipe avec de grands joueurs, un grand entraîneur », estime le coach des Dogues «  Ils sont capables de faire preuve d’une grande réaction. Je les ai vus dans des matchs décisifs répondre présents sur le résultat. Leipzig, Manchester… ». Pour Galtier, le club de la capitale reste au dessus, même sans Neymar. « Il y a des individualités supérieures aux nôtres. Notre collectif devra répondre présent. »

Le mental aussi. En cette période trouble dans les coulisses, avec le rachat du club et l’arrivée d’un nouveau président, les joueurs sauront-ils faire abstraction de l’environnement ? « Oui » répond sans hésiter José Fonte. « Il y a beaucoup de changements, mais, nous, les joueurs, devons rester concentrés sur le terrain, c’est facile pour nous de faire la part des choses », explique le capitaine lillois. 

Une chose est sure : c’est habités par une confiance à toutes épreuves que les Lillois, encensés par les médias, attendent les Parisiens qui pour une fois seront dans la peau de l’outsider.

Mais attention, il ne faut pas remonter bien loin pour trouver les Parisiens dans la même situation. A Montpellier le 5 décembre dernier, peu de gens donnaient le club de la capitale vainqueur alors que Tuchel alignait une équipe B. Idem trois jours plus tôt à Manchester…

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi