jeudi 23 septembre 2021

Oyonnax à quand un retour en Top 14 ? Pourquoi pas cette saison…

À lire

Après trois saisons en Pro D2, Oyonnax va entamer sa quatrième année dans la deuxième division du rugby français. 2ème de la saison en 2019, 4ème en 2020 au moment de l’arrêt de la saison et une nouvelle fois 4ème la saison dernière, l’USO va tenter une nouvelle fois de passer le cap des demi-finales et d’accéder au Top 14.

Au sortir d’une logue saison, notamment touché par les mesures sanitaires qui ont surtout impacté le début et milieu de saison comme l’explique Joe El Abd, manager sportif du club des Oyomen, « il fallait s’adapter tout du long de l’année, à cause des conditions sanitaires surtout. On a été touché au début et au milieu. Il fallait vraiment adapter nos entraînements et nos semaines de travail. »

La COVID n’a pas épargné Oyonnax

Cependant, avec toutes ces modifications, l’équipe a réalisé un très bon début de saison, avant un temps faible suivi d’une belle fin de saison :

« On a très, très bien démarré mais, avec tous les événements, c’est devenu un peu plus difficile avec des blessures. Après, on est revenu avec des joueurs plus en forme et on a fait une belle fin de saison qui s’est arrêtée à Perpignan. Dans un match de bon niveau, mais il nous manquait trop de choses pour l’emporter » explique le coach anglais.

Aux portes de la finale de Pro D2, Joe El Abd décrypte les raisons de cette défaite :

« Je pense qu’on avait trop de blessés, même avant le match, ce qui veut dire qu’on n’avait pas tous nos hommes pour lutter avec les meilleures équipes de Pro D2. On a eu un début de match compliqué, mais on a su revenir et, à 1512, c’était un peu le tournant du match.

Si on pouvait garder notre sang-froid à ce momentlà c’est possible qu’on aurait pu avoir un résultat et une fin différente, mais ça n’a pas été le cas. Perpignan a mérité sa montée. »

« Le retour du public nous donne espoir pour la suite »

Le meilleur moment de la saison a été le retour du public, après une saison à huis clos et marquée par la pandémie mondiale :

« Le quart de finale à domicile a fait du bien, le match était bon comme un match de rugby, mais c’est surtout Après, on se déplace à l’extérieur, la veille du match tu as des cas contacts et tu es obligé de faire avec 21 joueurs. Ces choses-là, ça marque. On a eu quelques occasions comme ça. Mais c’est surtout le retour du public qui nous donne espoir pour la suite. Ça a fait du bien au moral. Une saison sans public, ce n’est pas pareil du tout, c’est dur. »

Avant de poursuivre avec son moment le plus dur de la saison :

« A Noël où on devait faire deux matches en quatre jours, c’est là que ça a été compliqué parce qu’on devait faire jouer les joueurs deux fois de suite contre deux grosses équipes : Biarritz et Perpignan. C’est plein d’enseignements pour la suite. »

L’axe de travail pour la saison a déjà été identifié :

« Déjà on va retrouver le public et la régularité dans les semaines de travail. J’espère que cette saison va être meilleure. Au niveau du jeu, c’est surtout la défense qui va falloir travailler. Quand je suis arrivé à Oyonnax, on s’est mis ça comme objectif et on était parmi les meilleurs en Pro D2. L’année dernière, ce n’était pas du tout le cas et c’est pour ça que je pense qu’on ne méritait pas de monter.

Un travail important sur la défense

L’axe de travail, c’est vraiment la défense et retrouver notre état d’esprit et notre âme en défense parce qu’on sait bien que c’est souvent ça qui fait la différence dans les grands matches. »

Avec le retour de leur âme défensive, mais également de la continuité de leur attaque, nul doute qu’Oyonnax reste un grand prétendant à la montée et au titre.

Nathan Rayaume

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Actu

À lire aussi

spot_img