lundi 22 avril 2024

Pierre Latour (Total Direct Energie) : « Julian Alaphilippe peut gagner le Tour »

À lire

Jean-Marc Azzola
Jean-Marc Azzola
Journaliste

Passé à l’intersaison d’AG2R à Total Direct Energie, Pierre Latour (27 ans) nous dévoile ses 5 courses préférées hors grands Tours. Et nous confie sa confiance en Julian Alaphilippe sur le Tour.

« J’aimerais porter un jour le maillot de champion de France sur route… »

TOUR DE LOMBARDIE

« Cette course a beaucoup de charme. Elle m’a toujours beaucoup plu. Le parcours est beau et dur. C’est la dernière classique de l’année. C’est en Italie. J’aime beaucoup les courses là-bas. Cela m’a toujours fait rêver ».

CHAMPIONNATS DE FRANCE SUR ROUTE

« C’est un rendez-vous incontournable. Quand tu gagnes, tu peux porter le maillot de champion de France pendant un an. L’an dernier, c’est Arnaud Démare qui l’a emporté. Cela avait été un parcours assez usant. Ce sont des courses d’un jour en circuit avec beaucoup de kilomètres. Même quand c’est un peu moins dur, cela peut quand même faire des dégâts. Je n’ai jamais été champion de France dans la course en ligne (il l’a été deux fois en contre-la-montre en 2017 et 2018, Ndlr). J’espère avoir ce maillot un jour » .

STRADE BIANCHE

« Dans cette course, tu ne t’ennuies jamais. C’est sans doute pour cela que c’est une course prisée par de grands coureurs. Rapidement, tu te retrouves dans des secteurs en terre. Du coup, la course est lancée très vite. Cela roule à vive allure du début à la fin. Cela reste une course dure. Tu finis souvent rincé. C’est une belle course, mais éprouvante dans un très beau coin d’Italie (la Toscane). Qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, tu en gardes des souvenirs de fou ».

TOUR DE CATALOGNE

« Cette épreuve se situe traditionnellement en début de saison. Les plus costauds gagnent en général. Cette course est assez difficile. Elle est assez singulière par sa spécificité. Cela ne ressemble pas à un Tirreno ou un Pays Basque. Cependant, elle reste accessible. J’aime particulièrement le dernier jour. Cette arrivée au Montjuic est magnifique. C’est une course historique. Et puis, en Espagne, il fait bon (sourire) ».

ARDÈCHE CLASSIC

« Je choisis cette course car c’est à la maison. Je trouve le parcours particulièrement exigeant. Les bosses sont vraiment dures sur le final. Cela reste une épreuve assez longue pour un début de saison. Quand j’y passe à l’entraînement, c’est toujours sympa. C’est un très beau coin. Cela lance bien une saison. Si tu fais la Drôme et l’Ardèche, deux longues courses, cela constitue un bon bloc. Cela permet de bien travailler ».

« Le passé, c’est derrière moi »

Quel regard portez-vous sur votre début de saison ?

Cela va mieux que l’an dernier (sourire). Il reste toujours de la marge pour progresser. Mais lors de ces premiers mois, c’est toujours cela de pris.

Comment allez-vous vous préparer d’ici le Tour de France ?

Après Liège-Bastogne-Liège (il a fini 78ème, Ndlr), j’enchaînerai sur le Tour des Asturies. J’ai prévu ensuite une coupure d’une semaine. On partira après en altitude pour préparer le Tour de Suisse, puis il y aura le Championnat de France.

Allez-vous aborder la Grande Boucle avec un esprit de revanche (il avait abandonné lors de la 14ème étape, Ndlr) ?

Je vais surtout y aller avec l’approche de faire du mieux possible. On verra bien comment les choses se passeront. Je n’ai pas à penser au passé. Il faut passer à autre chose.

Latour ne vise pas le classement général au Tour de France

Quelles sont vos ambitions sur ce Tour ?

Je ne vais pas me battre pour jouer une place au classement. J’ai déjà fait plusieurs fois le Tour (trois fois). Je sais que c’est compliqué. Pour faire une bonne place au général, il faut déjà que toutes les planètes soient bien alignées. Le top du top serait une victoire d’étape pour moi.

Julian Alaphilippe peut-il gagner le Tour ?

Julian est capable de tout (sourire). Surtout s’il est en forme. Une année, il a fait 4ème du Tour (5ème en 2019, Ndlr). Quand il marche vraiment fort, il peut accrocher les meilleurs grimpeurs. Alors pourquoi pas… Il va y avoir le Mûr de Bretagne qui peut lui convenir (2ème étape, Ndlr). Il aura de quoi faire. Tout dépendra de sa forme du moment en arrivant sur le Tour. Je pense qu’il le sera. Cela peut être bien pour lui.

Un message à Romain Sicard qui a mis un terme à sa carrière en raison d’un problème cardiaque ?

J’aurais vraiment aimé courir avec lui. Cela a toujours été quelqu’un de gentil, qui marche fort. Il aurait été d’un bon appui en montagne. Au final, cela ne se fera pas. J’espère que son après carrière se passera bien et qu’il fera ce qu’il a envie.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans Cyclisme magazine, en vente ici et chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi