dimanche 21 avril 2024

Tennis — Fils, Van Assche, Debru, Gea : la meilleure génération de l’histoire ?

À lire

Aujourd’hui vieillissant, le tennis français pourrait bien retrouver la gloire d’ici quelques années avec quatre pépites. Portrait croisé de quatre futurs « nouveaux mousquetaires ».

Luca Van Assche, déjà dans la cour des grands

Déjà titré en challenger à Maia, Luca van Assche a pu obtenir une wild card pour disputer un premier tour de grand chelem à l’Open d’Australie 2023. Une belle reconnaissance d’un talent qui commence à payer pour le 110e mondial, même s’il a été défait en trois sets par Cameron Norrie.

Luca a pris une autre dimension en 2021, lorsqu’il remporte Roland-Garros junior face à son compatriote Arthur Fils (photo). Depuis, il a eu le temps d’entrer sur le circuit pro et de gagner en expérience, gagnant même plusieurs top 100. Dernièrement, il a vaincu en deux sets Arthur Rinderknech (72e) à Pau, avant de remporter le titre face à Ugo Humbert (85e) dans le match le plus long de l’histoire des tournois challengers (3h56).

Né en Belgique, Luca commence le tennis très tôt et devient même champion de France des 13/14 ans. Depuis, il apparaît comme un grand espoir tricolore.  Joueur défensif, il est assez fiable dans l’échange et très endurant comme il le dit lui-même. L’année 2023 sera sûrement celle de l’entrée dans le top 100 pour lui, avec déjà un bond de 39 places grâce à son titre à Pau la semaine dernière.

Gabriel Debru, le benjamin révélé à Roland

C’est le plus jeune de ces quatre Français, pourtant il n’a pas à rougir face à ses aînés. Formé à Grenoble, Gabriel Debru s’est révélé à Roland-Garros 2022, alors qu’il n’avait que 16 ans (pour déjà 1m92). D’abord aux qualifications, où il parvient à passer le premier tour, puis sur le tournoi junior qui ’il remporte avec à la clé une place de n°1 mondial chez les juniors.

Son jeu s’appuie sur une grosse puissance dans ses coups, qui lui offre un coup droit redoutable mais surtout un service très rapide, aidé par sa grande taille. Il n’hésite pas non plus à monter au filet pour conclure l’échange, car il ne manque pas de mobilité avec ses longues jambes galbées qui lui donnent cette allure longiligne.

Depuis, il sillonne les challengers pour continuer son apprentissage chez les pros, avec déjà plusieurs quarts de finale et même une demie à Cherbourg en février dernier. Il occupe déjà la 507e place du circuit principal. À 17 ans, et déjà 507e mondial, il a encore l’avenir devant lui pour tenir ses promesses.

Arthur Gea, l’Aixois qui aime la terre

À tout juste 18 ans, Arthur Gea pointe aujourd’hui à la 1297e place du classement ATP, mais dans le top 30 du classement junior. Droitier, il s’appuie sur de bonnes capacités physiques pour remporter ses matchs, lui qui apprécie particulièrement la terre battue : « je suis un terrien » avoue-t-il. Cette surface, il l’a foulée à Roland-Garros junior l’année dernière, où il s’est hissé en 1/8e de finale. Pour 2023, il espère intégrer le top 300 ATP et jouer les qualifications seniors Porte d’Auteuil.

C’est surtout lors de son passage en Coupe Davis junior qu’il s’est distingué, aux côtés notamment de Gabriel Debru, avec qui ils ont amené les Bleus en finale. Ralenti par une déchirure abdominale l’an passé, il ne manque pourtant pas de volonté : « Il y a un petit manque en ce moment [dans le tennis français, ndlr]… ça m’encourage de faire renaître la France, c’est excitant ».

Arthur Fils, la force tranquille

Retenez-bien ce nom : Arthur Fils n’a que 18 ans, mais il occupe déjà la 111e place mondiale. À l’image de son compatriote Luca Van Assche, Arthur Fils est un joueur de fond de cours, très solide mentalement et impressionnant dans la constance de son jeu sans déchets.

Pour Fils, l’histoire commence avec son père qui l’initie au tennis dans son club de l’Essonne. Depuis, il n’a jamais lâché la raquette et commence sérieusement à faire trembler les meilleurs du circuit. Dernière victime en date : Wawrinka expédié 6-2, 6-3 à Marseille, avec notamment un service ravageur.

Arthur Fils a aussi une histoire avec Roland-Garros : une défaite en finale du tournoi junior face à Van Assche en 2021, puis une défaite au premier tour des qualifs face à Debru en 2022… Aujourd’hui, il est juste derrière son « pote Luca » au classement ATP. Il n’est pourtant pas moins ambitieux : « L’objectif cette année ? Gagner des tournois ATP et faire des derniers carrés en Grand Chelem. »

Vianney Groussin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi