mardi 5 juillet 2022

Tour de France 2022 — 2ème étape : Roskilde-Nyborg (samedi 2 juillet)

À lire

Place aux baroudeurs pour cette 2ème étape au Danemark, l’une des plus belles du Tour avec son arrivée majestueuse et spectaculaire. Longue de 202,2 km, elle ne se terminera pas forcément au sprint malgré son profil principalement plat car elle sera propice aux échappées au long cours.

Elle pourrait revenir à un spécialiste de classiques, des échappés partis tôt pourraient rallier l’arrivée sans être repris. La lutte pour être dans la bonne échappée s’annonce acharnée dans les collines de Veddinge avec les trois côtes de 4ème catégorie aux km 62, 73 et 84 qui sont au programme.

Après ces trois côtes, les coureurs iront vers le sud le long de la côte ouest et avant de prendre le pont du Grand Belt ils risquent d’être confrontés au vent. Après 183 km de course, le peloton franchira donc le troisième plus long pont suspendu du monde, le fameux pont du Grand Belt.

La traversée du Grand Belt propice aux cassures Le peloton aura la sensation de courir sur la mer, les images vont être magnifiques. Les trois premiers kilomètres du pont montent légèrement avant que la route ne redescende vers l’île de Sprogo. A partir de là, les 6 kilomètres suivants sont très exposés au vent. L’arrivée à Nyborg n’est qu’à 3 kilomètres du pied du pont, le final sur le pont offrira des images extraordinaires et pourrait aussi offrir un vainqueur surprise.

Trois côtes de 4ème catégorie pour les baroudeurs

Avec le vent, il faudra éviter les cassures dans le peloton qui sera nerveux en fin d’étape et tout le monde voudra se placer en cas d’arrivée au sprint. La moindre seconde de manque de vigilance pourra se payer cher pour les favoris. C’est l’une des étapes les plus piégeuses pour perdre des secondes précieuses au général.

Le peloton ne restera certainement pas compact jusqu’à l’arrivée, les écarts seront déterminants à Nyborg pour le classement général, les sprinteurs qui auront été les plus vigilants pourraient se disputer la victoire s’ils arrivent avec l’aide de leurs coéquipiers à rester dans le groupe de tête, mais ce sera plus sûrement un baroudeur qui l’emportera.

Le Tour ne se gagnera pas ici dès la 2ème étape au Danemark, mais il pourra se perdre. Les arrivées inédites amènent souvent des surprises, aux coureurs d’être vigilants.

L’avis de Yoann Offredo

“Cette première semaine du Tour est très variée avec le prologue, des bordures, des étapes de plat style flandriennes et de la montagne, c’est peu courant d’avoir tout cela en première semaine. Pour cette deuxième étape, ce sont les sprinteurs qui auront leur carte à jouer. Ils ne vont pas avoir beaucoup d’occasions de briller car dans cette édition il y a peu d’étapes pour eux. Du coup, la tension sera importante dans le peu de sprints qu’il y aura. Il y a des petites côtes, mais rien de décisif, les sprinteurs les passeront sans problèmes. Les leaders voudront cadenasser la course pour ne pas se faire piéger notamment lors de la traversée du pont de Storebaelt (le Grand Belt) à 16 km de l’arrivée.”

De Copenhague, ville de départ, le 1er juillet, à Paris, pour l’arrivée, le 24 juillet, Le Quotidien du Sport vous présente les 21 étapes du Tour de France.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi