dimanche 2 octobre 2022

À l’OM ces fortes têtes qui ont marqué l’histoire du club

À lire

De Boli à Drogba, l’OM s’est souvent reposé sur la qualité d’un défenseur buteur à un buteur capable de défendre. Leur jeu aérien a été déterminant pour aller chercher ses plus belles victoires. À l’instar du dernier spécimen du genre, Duje Caleta-Car, ces fortes têtes étaient aussi souvent de forts caractères.

1/ BASILE BOLI – défenseur central – 1m80 – 1990-1994

S’il n’est peut-être pas, intrinsèquement, le plus fort dans le jeu aérien, il est de loin celui qui a, dans ce secteur, le plus marqué les esprits avec deux buts d’anthologie. Tous les deux inscrits à trois jours d’intervalle, parmi les plus décisifs de l’histoire de l’OM. Le premier évidemment, le 26 mai 1993, à Munich, a offert la première Ligue des Champions au foot français face au Milan AC.

Le cliché a immortalisé une action déclenchée par Abedi Pelé sur corner et conclue par Boli. Plus prompt que Rijkaard et Baresi, pour reprendre le ballon de plein fouet et le loger dans la lucarne de Rossi. Le défenseur central n’était pas redescendu de son nuage. Quand il a remis ça, 72 heures plus tard, dans un Classique tout aussi décisif pour l’obtention du titre de champion de France. L’action est restée dans toutes les mémoires avec un Boli à l’origine et à la conclusion.

Et encore Abedi Pelé dans le coup qui s’appuie sur Durand. Pour centrer à l’entrée de la surface et voir le héros de Munich couper la trajectoire du ballon et l’envoyer sous la barre de Lama. A ces deux coups de tête de légende, Basile Boli a évidemment ajouté une multitude de têtes défensives, sa spécialité. Son engagement fut hors du commun. Plus qu’une taille qui ne culminait qu’à 1m80, cela l’a aidé pour régner dans les airs.

2/ JOSIP SKOBLAR – attaquant – 1m82 – 1969-1974

On ne l’appelait pas l’Aigle Dalmate pour rien. Le recordman des buts inscrits sur une seule saison en Ligue 1 (44 en 1971) était un athlète hors norme. Skoblar est doté d’une détente phénoménale, et d’une puissance physique qui lui permettaient de résister à tous les contacts. De ne craindre aucun défenseur car il savait qu’il courait plus vite et sautait plus haut.

Avec Magnusson à ses côtés, pour l’alimenter en centres et passes décisives. Il a formé l’un des duos les plus prolifiques et spectaculaires de l’histoire de l’OM.

Carlos Mozer, l’atout du jeu aérien de l’OM !

3/ CARLOS MOZER – défenseur central – 1m87 – 1989-1992

Son premier but sous le maillot de l’OM, à Lyon le 27 juillet 1989, de la tête sur un centre de JPP, annonçait la couleur. Dans un style très agressif, toujours à la limite, c’est surtout défensivement qu’il s’imposait dans les airs. Grâce à un timing et un engagement de tous les instants.

En trois saisons marseillaises, jamais aucun attaquant n’a réussi à prendre le dessus. Tellement le Brésilien était fort dans les duels, doté d’une détente largement au-dessus de la moyenne. Elle lui donnait l’impression de voler au-dessus des autres. Au sol, ou dans les airs, ses interventions défensives, tranchantes, en ont fait l’un des défenseurs les plus craints de l’histoire de la Ligue 1.

4/ DIDIER DROGBA – attaquant, 1m89 – 2003-2004

Seulement 4, de ses 32 buts inscrits en une saison à l’OM l’ont été de la tête. Dont un dans son triplé en Ligue des Champions face au Dinamo Zagreb. Ce qui ouvrit ensuite le chemin vers l’épopée en Coupe UEFA jusqu’en finale. Mais la puissance et le gabarit de l’attaquant ivoirien se manifestaient aussi dans sa capacité à jouer en pivot. Donc souvent de la tête, et de ne jamais rechigner non plus à utiliser son jeu aérien pour les tâches plus défensives. Quand il fallait prêter main forte à ses défenseurs, Drogba s’attelait à la tâche.

5/ TONY CASCARINO – attaquant, 1m92 – 1994-1997

Ses cinq triplés, ses huit doublés, ses 70 buts inscrits en deux saisons pleines à l’OM, époque D2, doivent beaucoup à son jeu de tête. S’il n’était pas maladroit avec ses pieds, Cascarino était capable de marquer dans toutes les positions. l’Irlandais de 32 ans excellait lorsque le ballon prenait de l’altitude. En bon représentant d’un football britannique adepte du « kick and rush ». Ce football dans les années 90, offrait encore à ce genre de profil des rôles de premier plan.

Sans son « géant vert », l’OM aurait certainement eu plus de difficultés à s’extirper de la D2. Avec lui, deux fois meilleur buteur de D2 en 1995 et 1996, les Olympiens furent champions et vice-champions.

6/ KARL-HEINZ FÖRSTER – défenseur central – 1m78 / 1986-1990

Il est peut-être de tous celui qui possède la plus grande détente verticale. Associée à un timing et une excellente appréciation des trajectoires, cette capacité à s’élever toujours plus haut que les autres l’ont rendu intraitable dans le jeu aérien. Modèle de professionnalisme et de rigueur défensive, il n’hésitait jamais à monter aux avant-postes lors d’un coup franc ou un corner. Il a d’ailleurs marqué six fois en championnat dont la moitié de la tête…

7/ ALAN BOKSIC – attaquant – 1m87 – 1991-1993

58 matches, 33 buts, meilleur buteur de L1 en 1993, le ratio de l’ancien attaquant de l’Hadjuk Split est impressionnant, tout autant que son jeu de tête. Une de ses armes principales dans la surface. Le jeu du champion d’Europe reposait sur un physique hyper puissant. Son réalisme qui n’était pas sans rappeler celui de son illustre compatriote, Skoblar.

Trésor, brillant en bleu, moins avec l’OM

8/ MARIUS TRÉSOR – défenseur central – 1m82 / 1972-1980

Ses qualités naturelles en ont fait l’un des meilleurs défenseurs au monde pendant dix ans. S’il n’a pas beaucoup brillé avec un OM au creux de la vague, c’est surtout avec les Bleus qu’il a pu démontrer son talent dans le jeu de tête. Personne n’a oublié son but face au Brésil en 1977. Dans un Maracana bondé pour un 2-2 qui, à l’époque, était un vrai exploit.

En s’élevant plus haut que tout le monde, à la réception d’un corner, Trésor avait catapulté le ballon dans les buts de Leoa. Il permis à la France d’égaliser et plonger les 120 000 spectateurs du Maracana dans le silence.

9/ YVON LE ROUX  – défenseur central – 1m90 / 1987-1989

Au début de l’ère Tapie, le Breton aura apporté toute sa science du jeu aérien. Yvan le Roux était le phare de la défense olympienne. Surnommé le « menhir de Plouvorn », Le Roux, c’était du costaud, impossible à déséquilibrer. Très à l’aise aussi en phases offensives pour utiliser sa puissance et son jeu de tête à la réception des coups de pied arrêtés. Défensivement, de mémoire de supporteurs olympiens, peu d’attaquants sont venus lui manger la soupe sur la tête !

10/ DUJE CALETA-CAR – défenseur central – 1m92 – Depuis 2019

Il est le troisième Croate de ce top 10. Le seul défenseur, le plus grand aussi avec 1m92 qui en fait un leader naturel au centre de la défense. Un repère rarement pris à défaut dans le domaine aérien. Ses deux buts inscrits, dont un de la tête, à Brest en début de saison (victoire 3-2) témoignent qu’il a aussi, à 23 ans, une énorme marge de progression en phase offensive pour exploiter encore davantage sa taille et sa bonne lecture du jeu.

La rédaction

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi