mercredi 22 mai 2024

Adama Keita (PSG) : le « Titi parisien » proche de l’équipe de France

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

A 24 ans, Adama Keita prend enfin son envol au sein de l’effectif pléthorique du PSG. Rare joueur parisien à ne pas avoir encore connu de sélection, l’ailier gauche sait que ses performances ne devraient pas tarder à lui ouvrir la porte de l’équipe de France. Nos cinq témoins en sont convaincus.

Patrice Annonay : « Un vrai parisien ! »

« Je l’ai découvert quand il venait s’entraîner après les pros, avec les moins de 18 ans du PSG. Je l’ai vu arriver tout chétif et un peu frêle, mais avec déjà des qualités de jump et de course incroyables.

On voyait déjà que le gamin avait quatre poumons ! Il était assez efficace. Petit à petit, je l’ai vu grandir et étoffer son jeu. Physiquement aussi. Il a compris que, pour le haut niveau, même à un poste qui ne demande pas du volume, il faut être costaud. Adam Keita a su garder ses qualités de bas et son jump.

Il a rajouté cette capacité de défendre. Dans l’état d’esprit, il a démontré qu’il était un charognard (sic). Adam Keita ne lâche rien. Il commence à être intéressant. Il peut jouer sur les deux côtés du terrain. Si on devait le comparer à Dylan Nahi, il a travaillé ce que ce dernier avait naturellement, son physique. Je suis fier d’avoir pu voir émerger de tels talents. Ces jeunes formés au club et qui signent pros sont l’âme du club. Ce sont de vrais Parisiens.

Il défendra toujours les couleurs du PSG. Concernant la sélection, j’ai connu ça comme joueur, de voir tout le monde partir en janvier… Malgré cela, il faut continuer à travailler et rester focus. La difficulté, pour en avoir discuté avec lui, c’est que la Covid ne permet pas d’aller s’entraîner avec la N1.

La période de janvier permet de travailler et d’avoir du temps quand, durant la saison, tu enchaînes tous les trois jours. On travaille ses points faibles et on améliore ses points forts. Adam Keita aura sa chance et il devra la saisir malgré la concurrence. Il sera prêt. Il le montre sur le terrain. »  


Son ancien coéquipier au PSG à ses débuts en 2015

LUCAS FERRANDIER : « UN ATHLÈTE »

« On a partagé des moments forts au championnat du monde juniors en Algérie, où on a réussi à accrocher une belle médaille de bronze dans un contexte compliqué. C’était la première compétition internationale d’Adama et il s’est tout de suite bien intégré au groupe.

Il est immédiatement devenu un joueur important pour l’équipe sur le terrain, mais aussi un leader dans la vie de groupe. Adama est un garçon bien élevé, respectueux et toujours souriant, il met une bonne ambiance dans un groupe.

C’est aussi un vrai athlète, il a des qualités physiques au-dessus de la moyenne, c’est ce qui fait que sa progression constante ne me surprend pas, il a réussi à se faire sa place dans un effectif comme celui du Paris Saint Germain, dans lequel il n’y a que des internationaux, la suite logique serait qu’il intègre un jour l’équipe de France, même si, à son poste, la concurrence est rude. »


Son ancien capitaine au championnat du monde juniors 2017 avec l’équipe de France

YANN GENTY : « UN AILIER EFFICACE »  

« C’est un petit jeune qui a pris son temps pour éclore. Mais ce n’est pas seulement de sa faute. Il a dû composer avec l’éclosion d’un autre petit jeune à son poste (Dylan Nahi).

Après, avec l’arrivée de Mathieu (Grébille), il a connu une saison galère et presque blanche quand je suis arrivé, l’an passé. Finalement, quand il jouait, je le voyais rarement manquer ses tirs. C’est un ailier efficace. Cette année, il confirme tout le bien que l’on pouvait penser de lui.

Je connaissais plus son frère (Mahamadou, ancien joueur d’Ivry, actuellement au Benfica Lisbonne, Ndlr) que j’avais affronté. Deux profils différents. Adama est plus petit et moins costaud, mais les deux tout aussi efficaces. Cette année, il a plus de temps de jeu. Il en profite.

Il n’est pas manchot. Pour l’équipe de France, on verra. Il y a de la concurrence, mais s’il continue sur cette lancée, pourquoi pas le voir sur les listes et goûter à une compétition. Par exemple, Hugo Descat est arrivé tard. Il y a une hiérarchie, mais je sais qu’il ne va pas lâcher. »  


Son coéquipier au PSG depuis 2020

HUGO KAMTCHOP-BARIL : « UNE BELLE MARGE DE PROGRESSION »

« J’ai rencontré Adama lors de nos stages et compétitions en équipe de France juniors. Il possédait déjà toutes les qualités physiques qu’on lui connaît aujourd’hui. Ce n’est pas étonnant pour moi de le voir s’épanouir au plus haut niveau et je pense qu’il a encore une belle marge de progression.

Malgré une concurrence rude en équipe de France, s’il s’impose comme un des cadres au PSG c’est fort possible que ça puisse s’ouvrir à lui. »  


Son ancien coéquipier au championnat du monde juniors 2017

DRAGAN PECHMALBEC « UN TOP JOUEUR »

« J’ai connu Adama en équipe de France juniors. Il est arrivé sur le tard. Mais c’est un top joueur. Il est incroyable à la finition. Très rapide, très physique, il est efficace. Dans le groupe, c’est un bon mec avec qui on rigole. C’est un plaisir de le revoir encore aujourd’hui quand on joue le PSG avec Nantes.

Concernant l’équipe de France, j’espère qu’il aura sa chance. Pour moi, il mériterait déjà d’avoir plus de temps de jeu au PSG pour qu’on puisse lui donner sa chance en équipe de France. C’est vrai que Descat et Nahi sont très bons actuellement, mais il aura son mot à dire prochainement. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi