vendredi 14 juin 2024

Cyclisme : Caleb Ewan (Lotto-Soudal), le cauchemar des sprinteurs

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Caleb Ewan n’a pas le physique standard d’un sprinteur de top niveau mondial. Il pèse 69 kg (pour 1m67) quand d’autres montent jusqu’à 80 kg. Il fait partie des sprinteurs de poche et il a gagné ce surnom de « Pocket Rocket » bien avant de devenir la terreur du peloton.

A 22 ans, alors qu’il gagne quasiment toutes les courses en Australie, les observateurs s’interrogent sur ce sprinteur de poche au style bien particulier et qui s’est déjà offert le luxe de battre Robbie McEwen à 17 ans seulement. Lorsqu’il aperçoit la ligne d’arrivée, il prend une position bien à lui en se couchant quasiment sur son vélo.

Il est très avancé sur la roue avant, une position qui lui permet de gagner en aérodynamisme. Caleb Ewan compense sa petite taille par cette technique très particulière. Il est de plus en plus rapide, multiplie les bouquets du vainqueur et sa petite taille combinée à son explosivité lui offre le surnom de « petite bombe ».

Ses débuts prometteurs dans son pays n’étaient pas une simple illusion, la bombe des Antipodes a continué à exploser devant ses adversaires qui ne peuvent, la plupart du temps, que constater les dégâts.

« Quand on l’a vu arriver, on a perçu immédiatement son potentiel et sa vitesse était hallucinante »

Après des débuts chez Orica et Michelton Scott, il a rejoint Lotto-Soudal en 2019 et possède aujourd’hui à son palmarès 11 étapes de grands Tours : « Il doute rarement. C’est un garçon qui a rapidement fait l’unanimité au sein du groupe. C’est vrai qu’il a un style bien particulier.

Quand on l’a vu arriver dans le peloton, on a perçu immédiatement son potentiel et sa vitesse était hallucinante. Il est petit, mais costaud (rires). Il a une grande force de caractère. Dès sa première participation au Tour de France en 2019, il a gagné trois étapes et lors de son unique participation à la Vuelta il a gagné aussi une étape.

C’est un bosseur. On s’entraîne souvent ensemble car on habite Monaco et il essaie de progresser dans d’autres domaines, pour mieux passer les bosses notamment. Il veut toujours apprendre » explique son coéquipier chez Lotto-Soudal Tim Wellens.

A 27 ans, le « Pocket Rocket » du peloton n’a pas fini d’être aux avants postes. Il est en pleine force de l’âge et devrait vivre dans les années à venir les meilleures saisons de sa carrière. Heureux dans sa vie, il s’est parfaitement adapté à la vie européenne avec sa petite famille.

Il n’a plus la nostalgie de son pays et il devrait être dans les mois à venir un candidat crédible pour le classement général du maillot vert lui qui doublera cette année Tour d’Italie et Tour de France. L’Australie a bien trouvé le successeur de Robbie Mc Ewen et le « Pocket Rocket » va faire faire des cauchemars à ses adversaires pendant encore de longues années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi