samedi 26 novembre 2022

Et si les arbitres français étaient bons ?

À lire

Pas moins de six arbitres tricolores seront présents au Qatar. La France sera la nation la mieux représentée au monde toutes fonctions confondues (VAR + arbitres de terrain). Une information passée inaperçue. Preuve que l’arbitrage français n’est pas si mauvais que cela.

En 2014 au Brésil, pas un seul arbitre français était convoqué pour officier. L’échéance qatarie est synonyme de bonne nouvelle donc, qui témoigne de la reconnaissance des arbitres français dans le monde. Clément Turpin notamment, souvent critiqué en championnat, est adoré en Europe, et officie souvent dans de grands matchs européens.

Finale de Ligue des Champions, finale d’Europa League, le français a connu le plus haut niveau du football mondial. « C’est une vraie fierté pour l’arbitrage tricolore et le résultat de 15 ans de travail et d’investissement. C’est un joli message pour les 22 982 arbitres français et les 980 de ma Ligue (Bourgogne-Franche-Comté) où je travaille tous les jours pour démontrer que l’arbitrage c’est cool ! », se réjouissait Clément Turpin au moment de sa nomination.

Pourtant, l’arbitrage français a mauvaise réputation. C’est devenu monnaie courante de voir certains joueurs venus de l’étranger, se plaindre de l’arbitrage français.

« Réveillez vous, on ne joue pas en amateur. En 15 ans je n’ai jamais vu un tel arbitre ». La colère de Zlatan Ibrahimovic, après une défaite contre Bordeaux, est symbolique. Ce genre de propos, paraissent récurrent en France, plus qu’ailleurs en Europe.

Des statistiques qui desservent

En 80 matchs de Ligue 1, ce n’est pas moins de 32 cartons rouges qui ont été distribués, soit un carton rouge toutes les 140 minutes. Le championnat français est largement champion d’Europe du carton, devant la Liga (18 rouges en 60 matchs), la Série A (15 rouges en 70 matchs), et la Bundesliga (11 rouges en 70 matchs). C’est la Premier League, bien connue pour son engagement, qui clôture le classement (4 rouges en 80 matchs).

Des statistiques qui fomentent une réputation néfaste à la France : « Quand je suis arrivé ici, on m’a beaucoup parlé des arbitres et pas de manière positive. En vérité dans l’ensemble, j’ai vu un bon arbitrage dans ce championnat », déclarait cette semaine Igor Tudor. Le nouveau tacticien marseillais s’est fait son propre avis sur les officiels français, et a reconnu que dans leur majorité, « ils sont plutôt bons ».

Question de charisme ?

Évidemment, le geste nerveux de Tony Chapron lors d’un match Paris – Nantes, a aussi contribué à décrédibiliser l’image de l’arbitrage français en Europe. A l’époque, des grands noms comme Iker Casillas avaient relayé la vidéo en demandant des sanctions. Ce ne sont pas toujours les performances qui sont remises en cause, mais parfois le manque de communication, le côté humain, voir même, le charisme.

En France, il n’y a pas que les joueurs et les entraîneurs qui passent leur temps à se plaindre. On aime décortiquer, analyser et condamner la moindre faute d’arbitrage. Un peu comme si on se tirait une balle dans le pied.

Jeremy Bakeir

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi