mardi 5 mars 2024

Féminines : Camille Depuiset (Bourg-de-Péage), frappe à la porte des Bleues

À lire

Si Bourg-de-Péage réalise un magnifique début de saison, il le doit en grande partie à Camille Depuiset. La jeune gardienne (23 ans) enchaine les arrêts depuis son retour de blessure et frappe de plus en plus fort à la porte des Bleues.

Aussitôt revenue, aussitôt performante. Victime d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche à Besançon en fin d’année 2020, Camille Depuiset a repris simplement l’entraînement en août, après neuf mois d’attente, mais elle a été immédiatement impressionnante dans ses cages.

Avec Camille Depuiset, tout va vite. Il ne lui a pas fallu de temps d’adaptation, elle n’a pas eu non plus d’appréhension pour stopper les tirs adverses, une appréhension qui aurait été logique après une si longue absence.

Plus de 10 arrêts par match pour Camille Depuiset

La première journée, alors que Bourg-de-Péage recevait les championnes de France brestoises, elle a réalisé pas moins de 12 arrêts puis 14 la semaine suivante face à Nice. Sur les premières journées, elle était sur un nombre incroyable de 15 arrêts en moyenne par match !

« Je ne suis pas surpris. En général, pour des longues blessures, un joueur met plusieurs mois pour retrouver son meilleur niveau, parfois autant de temps que la durée de son absence. Camille, c’est une bosseuse ambitieuse. Elle s’est faite les croisés mais, à force de travail, elle est revenue à son meilleur niveau en peu de temps » explique Camille Comte, son entraîneur.

Il faut dire que depuis qu’elle est arrivée dans la Drôme en 2019, elle est très bien mentalement, son club lui faisant une totale confiance ce qui n’était pas forcément le cas dans son ancien club à Toulon (2015-2019) où elle a terminé sa formation entamée à Dijon. Dans le Var, elle commençait déjà à avoir une belle cote. C’est une fille qui a été très performante très tôt. Elle était surclassée en équipe de France juniors. A Toulon, elle a débuté en professionnels sans véritablement enchainer les matches, elle rongeait son frein.

Alerté par sa situation, Bourg-de-Péage la recrute en 2019 en sachant qu’elle était capable d’exploser, de montrer qu’elle avait le niveau de l’élite. Pari gagné, Camille s’est, depuis, imposée comme l’une des meilleures gardiennes de l’élite :

« Elle a percé jeune, mais a été impatiente à Toulon où on tardait à lui donner sa chance. Pour les gardiennes, il est important d’avoir du temps de jeu. Depuis qu’elle est chez nous, elle ne cesse de progresser et elle fait preuve d’une attitude irréprochable » ajoute son entraîneur.

« Elle fait mal à la tête des tireuses »

A 23 ans seulement, elle fait preuve d’un professionnalisme exemplaire également en dehors des terrains au niveau de sa préparation physique et mentale, et de la nutrition, elle fait attention à tout. Elle n’est pas forcément une leader de vestiaire car comme c’est souvent le cas avec les gardiennes elle est un peu à part, mais elle insuffle de la confiance à sa défense, l’encourage.

Même s’il ne craint aucun relâchement de la part de sa joueuse, Camille Comte rappelle que tout n’est pas parfait et qu’elle a encore des axes de progression dans son jeu :

« Il faut qu’elle progresse sur les tirs de loin, elle n’a pas une grande envergure. Elle peut mieux lire, anticiper les tirs en lucarne. Mais elle fait mal à la tête des tireuses, comme on dit. Elle est tellement performante qu’elle entre dans leur tête. »

Elue meilleure joueuse du mois de septembre (c’est une grande performance car il est rare qu’une gardienne soit vainqueur) devant des joueuses comme Lara Gonzalez ou Marine Dupuis, la jeune gardienne frappe de plus en plus à la porte de l’équipe de France :

« C’est vrai qu’il y a de la concurrence en Bleues, mais elle peut tirer son épingle du jeu. Dans son style, je trouve qu’elle ressemble à Catherine Gabriel, la gardienne du Paris 92. Comme elle est encore loin d’avoir exploité tout son potentiel, elle deviendra internationale, je pense » conclue Camille Comte.

En attendant que les supporteurs des Bleues profitent de son talent et de ses arrêts, ce sont les supporteurs de Bourg de-Péage qui se régalent grâce à elle !

Sport Hand 011

Ne Manquez-pas, Handball magazine, en vente ici, ou chez votre marchand de journaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi