mardi 21 mai 2024

Ilan Van Wilder (Quick-Step Alpha Vinyl) : « J’espère que la chance va tourner »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Pour le moment, la carrière d’Ilan Van Wilder (22 ans) n’est pas à la hauteur de son talent. Malheureux et malchanceux en ce début de saison (une fracture de la mâchoire sur Liège-Bastogne-Liège l’a privé de Giro), le jeune espoir belge sait qu’il lui faudra encore patienter et travailler pour se donner les moyens de réussir. Entretien pour Le Quotidien du Sport et Cyclisme magazine.

Que pensez-vous de votre début de saison ?

C’est mitigé. J’ai bien commencé avec le Tour de la Provence et une bonne place au général (6ème). J’ai eu une opération au genou, cet hiver. Cela m’a fait commencer la préparation de cette saison en retard. Malgré ce retard, j’ai bien débuté en Provence. Puis j’ai eu la Covid qui m’a freiné. Je n’ai pas pu enchaîner derrière. On a alors décidé de se focaliser sur les entraînements. J’ai été en altitude. Après, j’ai fait le Tour de Catalogne. C’était bien aussi avant de connaitre des chutes. Je n’ai pas eu beaucoup de chance. J’espère que ça va tourner un peu en ma faveur car ça fait beaucoup.

N’est-ce pas frustrant de toujours composer avec une certaine malchance dans votre carrière ?

Ce n’est pas facile pour moi comme début de saison. En Catalogne, j’étais bien pourtant. J’étais 16ème avant de devoir abandonner à cause de ma chute. Maintenant, je suis sûr que le pire est derrière moi. J’arrive à bien me préparer. Je préfère me concentrer sur l’avenir et les prochaines courses en croisant les doigts pour que la chance soit de mon côté.

Un début de saison compliqué pour Ilan Van Wilder

Sentez-vous que l’on vous fait confiance chez Quick-Step Alpha Vinyl ?

C’est chouette de rouler dans une bonne équipe. Tous ensemble. Je vais faire de mon mieux pour aider l’équipe dans les prochaines courses.

Etes-vous impatient de retrouver les belles courses ?

Ce sera bien de les retrouver avec le rythme. Mon premier but sera de revenir pour apprendre encore et progresser.

Quand on est élu en 2019 meilleur espoir du cyclisme belge on doit être ambitieux !

Je n’ai pas pour habitude de me mettre de la pression. Je n’ai que 22 ans. Je fais au feeling. Je me sentais de mieux en mieux au fil des semaines en ce début de saison. Je ne pense qu’à donner tout sur mes courses. Je veux encore apprendre. L’année dernière n’a pas été bonne pour moi. Je n’ai pas pu beaucoup rouler. Mais c’est du passé. J’ai ce sentiment que je suis déjà mieux depuis que je suis arrivé dans ma nouvelle équipe.

« On n’a pas la réussite que l’on mérite »

D’autant plus que l’on sent qu’avec Remco Evenepoel ou encore Mauri Vansevenant vous êtes plusieurs jeunes belges qui se révèlent au plus haut niveau.

C’est chouette de se motiver les uns les autres. Par exemple, sur la dernière Flèche Wallonne, on était quatre jeunes de 1999 ou 2000 (Evenepoel, Vansevenant, Van Tricht et van Wilder, Ndlr), c’est la génération qui monte. On se connaît tous. C’est top de pouvoir rouler ensemble chez Quick-Step Alpha Vinyl. On veut faire le mieux pour gagner la course.

Comment expliquez-vous le début de saison difficile de votre équipe ?

On a eu beaucoup de malchance, de malades, de chutes et des blessures… On n’a pas eu la réussite que l’on mérite. Tout le monde est encore plus uni pour tenter d’aller chercher la victoire à chaque course. On est tous contents quand on gagne. On est convaincu que ça va tourner en notre faveur. Ça va aller de mieux en mieux.

Avec un contrat qui va jusqu’en 2023, est-ce important de se donner le temps de réussir ?

Je veux profiter de cette année pour progresser et continuer à apprendre. Cette année doit me servir pour montrer mon vrai niveau. Je sens que j’ai encore une marge de progression. Il me manque encore un peu de moteur. Je dois continuer à rouler et faire des courses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi