dimanche 21 avril 2024

Le Top 50 de la Coupe du Monde : Kimmich, Kjaer, Sané… ces joueurs qui ont une carte à jouer

À lire

De 30 à 21, Kanté, Kjaer, Kimmich, les challengers de la Coupe du Monde sont nombreux à commencer par Kanté, Kjaer ou encoore Kimmich. Analyse.

Aurélien Tchouaméni (France)

Le joueur transféré au Real Madrid cet été est en train de monter en puissance, à la fois dans son club et en sélection. Devenu un joueur important du groupe, l’ancien Monégasque se présente comme le parfait remplaçant de Ngolo Kanté, forfait. Fort dans les duels, capables de jouer long et court, le joueur de 22 ans pourrait être une des grandes satisfactions de la Coupe du Monde.

Simon Kjaer (Danemark)

En juin 2021, le capitaine de la sélection danoise, ami proche de Christian Eriksen, a joué un rôle essentiel dans les premiers secours prodigués à son équipier après son arrêt cardiaque. Car on sait aujourd’hui qu’Eriksen, s’il n’avait pas été pris en charge rapidement, ne serait plus de ce monde. Contre la Finlande lors de cet Euro 2020, toute la presse a salué le comportement d’un capitaine héroïque le soir même de ce qui aurait pu être un drame. Le défenseur central du Milan AC, ancien Lillois entre 2013 et 2015, s’est blessé gravement aux ligaments du genou gauche le 1er décembre 2021 lors d’une journée de championnat contre le Genoa. Après une opération et plus de six mois d’absence, le Danois est revenu au premier plan. A 33 ans, le champion d’Italie a du vécu et de l’énergie à revendre. Il n’est pas seulement le capitaine du Danemark. Il est aussi ce joueur le plus expérimenté de sa génération qui lorgne sur le record du mythique Peter Schmeichel (129 sélections). Avec à ce jour 121 sélections (5 buts), il n’en est vraiment plus loin !

Ali Maaloul (Turquie)

L’arrière gauche de 32 ans du club de Al Ahly est un international tunisien confirmé. Désormais, il a passé le cap des 80 sélections avec les Aigles de Carthage. Lors de la compétition au Qatar, il devrait rentrer dans le cercle très fermé des dix joueurs tunisiens les plus capés de l’histoire. Maaloul n’a plus quitté ce groupe depuis la qualification pour la CAN 2015. Et ce en dépit des divers sélectionneurs qui se sont succédés. Tous ont reconnu l’énorme maîtrise et potentiel de ce joueur expérimenté, idolâtré au CS Sfax, club phare de Tunisie.

Tom Rogic (Australie)

Pendant près de dix ans entre 2013 et 2022, ce milieu de terrain international australien de 29 ans a été sous contrat avec le Celtic. Mais le 12 septembre dernier, il a signé un contrat d’une saison avec West Bromwich Albion. En Ecosse, il a accumulé les trophées. A ce jour, le natif de Griffith dans la banlieue de Canberra a dépassé les cinquante sélections avec les Socceroos (53 pour 10 buts). Lors de la dernière campagne en Russie en 2018, Rogic avait débuté ses trois matches de poule contre la France, le Danemark et le Pérou. Des Danois et des Français que Rogic va retrouver.

Pedri (Espagne)

Pedro Gonzalez Lopez dit Pedri sait sur un terrain occuper l’espace comme peu savent le faire. Malgré son jeune âge (19 ans), le prodige barcelonais est déjà fondamental dans sa sélection. Il y a eu Iniesta et maintenant il y a Pedri Roja. Sa qualité technique hors-norme fait de lui déjà un des plus grands joueurs de la planète. Ce milieu offensif surdoué ajoute à ce don une intelligence, une capacité incroyable à bien lire le jeu pour exploiter au mieux l’espace. Son bagage technique est tel qu’il peut même se charger de plusieurs postes comme celui de meneur de jeu, ailier ou milieu latéral. Il est d’autant plus précieux qu’il ne rechigne pas non plus aux taches plus obscures et défensives.

Ferran Torres (Espagne)

A 22 ans, ce Valencian de naissance est un autre joyau de la Roja. Lui aussi est devenu un joueur-clé dans le dispositif offensif mis en place par Luis Enrique. A l’instar d’un Pedri, son aisance technique lui permet également d’occuper des postes interchangeables. Il a pu connaître des hauts et des bas à Barcelone depuis son départ de Manchester City. Il a été freiné aussi par la blessure. Mais ce joueur dont la clause libératoire est fixée à un milliard d’euros, reste le meilleur buteur espagnol dans la phase de qualifications avec 4 buts. Sa position préférentielle demeure celle d’ailier droit. Mais ce créateur d’espaces magnifique se distingue aussi par sa capacité à marquer. Par sa vitesse, sa technique, sa maîtrise balle au pied, on aime le comparer à Joaquin.

Joshua Kimmich (Allemagne)

Le sélectionneur allemand Hans-Dieter Flick en fait au même titre que Neuer un élément absolument incontournable. Le milieu/latéral droit international du Bayern se distingue surtout par sa polyvalence, sa détermination et son mental sans faille. Bien qu’étant fougueux de nature, le natif de Rottweil sait à 27 ans tout de même parfaitement se canaliser. Il compte déjà pratiquement 70 sélections (67 pour 4 buts). Et même si ses statistiques offensives peuvent paraître modestes, son rôle reste capital. Son degré de performance dans les duels et sa rigueur extrême dans la construction du jeu le rendent très difficile à prendre. Avec un grand Kimmich, l’Allemagne peut voir loin au Qatar.

Leroy Sané (Allemagne)

Sa mère Regina Weber a été médaillée de bronze aux JO de Los Angeles en 1984 en gymnastique. Son père Souleymane Sané a représenté l’équipe du Sénégal à 55 reprises. Son père l’a poussé à rejoindre l’équipe des Lions de la Teranga, mais le fiston a opté pour l’Allemagne contre la France le 13 novembre 2015. Son prénom est un hommage au Français Claude Le Roy. Sélectionneur du Sénégal, ce dernier fut le premier à convoquer son père en 1990. Au Qatar, le fiston pourrait prendre sa revanche sur le destin. Lors de la Coupe du Monde 2018 en Russie, il figure dans la liste des 27 joueurs allemands. Mais Joachim Low décide de ne pas le retenir dans la liste finale des 23 joueurs, lui préférant Julian Brandt. Avec son sens du but inné et sa qualité de passe, Leroy Sané (26 ans) pourrait cette fois pleinement retrouver la lumière. L’ancien joueur de Manchester City (2016 et 2020), s’est offert le 30 septembre 2017 un record contre Chelsea : celui du joueur le plus rapide de Premier League. Il a connu une pointe à 35,48 km/h. Lors de la Coupe du monde au Qatar, il pourrait être à nouveau en plein excès de vitesse.

Manuel Neuer (Allemagne)

A 36 ans, il est toujours le dernier rempart impressionnant du Bayern Munich, mais aussi de la Mannschaft. Le champion du monde 2014 n’est pas unique ment un gardien doté d’excellents réflexes et d’une superbe lecture de jeu. Neuer a aussi et surtout révolutionné le poste en se positionnant excessivement haut comme s’il était presque un joueur de champ. Il approchera au Qatar les 120 sélections. Le temps passe, mais le natif de Gelsenkirchen ne faiblit pas. Un nouveau sacre mondial au Qatar aurait pour lui valeur de consécration.

Timo Werner (Allemagne)

A 26 ans, l’attaquant de retour à Leipzig (acheté 20 millions d’euros en provenance de Chelsea) va vouloir faire taire ses détracteurs au Qatar. L’international allemand (53 sélections, 24 buts) est souvent sous les feux des critiques dès qu’il manque une occasion de marquer. Ses statistiques de l’an dernier l’ont même desservi (4 buts en 21 sorties de Premier League). Pourtant, le natif de Stuttgart a largement fait ses preuves en Bundesliga. Il n’a pas à avoir honte loin de là non plus de sa contribution avec la Mannschaft. Il reste cet attaquant de métier de l’Allemagne dont le sélectionneur Flick accorde toute la confiance. Pendant les qualifications, Timo Werner a marqué 5 buts en 8 matches et délivré une passe décisive. Sa vitesse de pointe et ses appels tranchants devraient perturber pas mal de défenses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi