jeudi 25 avril 2024

(Paris 2024) Sofiane Oumiha pose sa candidature :  « Je veux être porte-drapeau »

À lire

Eric Mendes
Eric Mendes
Journaliste

Huit ans après sa médaille d’argent de Rio, Sofiane Oumiha (29 ans) sera l’un des leaders de l’équipe de France de boxe à Paris. Le virtuose toulousain espère bien écrire la plus belle page de sa carrière avec l’or en ligne de mire. Et un rôle de porte-drapeau ?

Savez-vous jouer au tennis (les épreuves finales de boxe des JO de Paris se dérouleront à Roland-Garros, Ndlr) ?

Ça va. Je me débrouille. Ça va être un bel endroit pour y faire de grandes choses. Si, d’habitude, le tennis y est le sport roi, on va tout faire pour que la boxe y soit reine.

Est-ce différent de préparer des Jeux Olympiques à la maison après avoir connu Rio 2016 et Tokyo 2020 ?

Il faut les aborder sereinement. Comme un tournoi lambda. Oui, c’est à la maison, il y aura la famille et nos supporteurs. Il faut voir le positif. On n’aura pas à bouger de trop. On sera chez nous. On n’aura pas de pression supplémentaire. Au contraire.

Dès l’annonce des JO de Paris 2024, étaitce devenu un objectif ?

Je ne sais pas si on aura l’occasion d’en vivre de nouveaux dans sa vie. C’est historique. On connaît l’importance des Jeux Olympiques. Aujourd’hui, on sait que c’est à la maison. C’est bien d’être de la partie, d’autant plus que je sais que ce seront mes derniers Jeux. Ça m’offre une symbolique supplémentaire au moment d’aborder la compétition. Je suis plus que motivé.

À LIRE AUSSI : toute l’actualité du sport dans vos mags

« Pourquoi pas refaire une razzia comme à Rio ? »

Après avoir connu une médaille d’argent à Rio, l’or devient-il une obsession ?

Je sais de quoi je suis capable. Il n’y a pas de raison de ne pas y croire. Ce n’est pas dans ma philosophie de seulement participer. Après, je ne suis pas obnubilé par la médaille d’or. J’aborde les Jeux sereinement.

L’expérience qui est la vôtre aujourd’hui grâce à trois titres de champion du monde amateurs ou encore vos nombreuses médailles glanées au fil des ans peut-elle vous aider ?

Ça m’a beaucoup aidé. Les médailles en attirent d’autres ! Aujourd’hui, j’ai gagné en maturité et en expérience. Mais on sait que tout le monde est redoutable durant les Jeux Olympiques. Il faudra être prêt le Jour J.

Qu’est-ce que le jeune Sofiane Oumiha de Rio dirait au Sofiane d’aujourd’hui pour l’aider à se préparer ?

Le Sofiane d’avant était fougueux. Je ne pensais pas, je fonçais tête baissée. Aujourd’hui, je suis plus réfléchi que ce soit en boxe ou à l’entraînement. Jeune, on se donne toujours à 100% sans calculer. Maintenant, je suis plus dans le calcul avec l’expérience. Je vois la vie de manière différente. Je suis marié et père. Ça me donne une autre source de motivation.

Sofiane Oumiha invaincu en 2023

Etre invaincu en 2023, est-ce une force supplémentaire vis-à-vis de vos adversaires ?

C’est bien mais, dans la boxe, c’est important d’être respectueux. La réalité reste le ring et le jour J. Tout peut se passer au moment des Jeux. Il ne faudra pas négliger les adversaires et penser qu’on est au-dessus. Etre le champion, surtout à la maison, c’est une force supplémentaire. Mais tout le monde veut le détrôner.

En 2016, la Team Solide avait marqué l’histoire du sport français…

(Sourire) On avait fait une razzia (2 en or, 2 en argent, 2 en bronze, Ndlr). Pourquoi pas le refaire à la maison. On n’est pas dans la volonté de faire mieux que Rio. Chacun avance avec ses objectifs.

Et notamment Estelle Mossely qui repart pour des JO…

C’est une motivation d’avoir deux médailles. Ça donnera un coup de boost à tout le monde. En revanche, on n’aura pas de surnom cette année. En tout cas pas pour l’instant… (rires)

Après avoir été porte-drapeau aux Jeux Méditerranéens 2018, espérez-vous l’être pour Paris 2024 ?

Je ne veux pas me cacher. Ce serait une fierté et un honneur. C’est ma 3ème Olympiade. J’ai pu vivre Rio et Tokyo. J’ai fait le tour de la boxe olympique. J’ai tout gagné. Il ne manque que le titre olympique à mon palmarès. Pourquoi pas ? Je pense avoir les valeurs d’une personne qui peut apporter à une délégation et l’emmener avec moi. Aux Jeux Méditerranéens, on avait fait une belle moisson.

Le saviez-vous ?

Si Cuba a déjà dans son histoire été connu de nombreux champions du monde en boxe amateurs avec notamment le recordman Félix Savon (6 fois), Julio César La Cruz (5) ou encore Juan Hernandez Sierra (4), la France a dû attendre Sofiane Oumiha pour connaître un tel honneur avec un troisième titre mondial remporté en 2023.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi