lundi 27 mai 2024

Yoan Makoundou (Monaco) : décryptage d’un joueur fait pour la NBA

À lire

Yoan Makoundou (22 ans) est passé par l’une des meilleures écoles de formation française : Cholet. Le natif de Melun, qui a également évolué à Marne-la-Vallée, est aujourd’hui à Monaco avec qui il s’est engagé quatre ans en attendant de rejoindre la NBA et ce sont ses proches qui en parlent le mieux.

Régis Boissié : « Yoan est un joueur NBA »

« Il a intégré le centre de formation de Cholet en deuxième année d’U18, il était âgé de 17 ans. Il avait déjà des qualités athlétiques extraordinaires et était au-dessus de la moyenne. Il n’avait pas un grand passé dans le basket car il a commencé tard, mais il comprenait tout immédiatement, il apprenait vite. C’est un garçon très souriant mais, quand ça ne va pas, il peut aussi avoir un visage fermé. Avec lui, c’est un peu tout ou rien. Mais c’est rare, il a très souvent le sourire. Sur le plan du jeu, il a progressé techniquement, dans la compréhension. Il ne maîtrisait pas les aspects tactiques. »

« Il avait du retard dans ces domaines car comme je vous l’ai dit il avait très peu de basket derrière lui. Sur sa première année avec nous, il s’entraînait peu car il se construisait physiquement et on voulait éviter les blessures. Il a pris du retard sur les autres, mais il l’a rapidement rattrapé. Quand il nous a quittés pour Monaco, je savais qu’il était prêt pour faire le grand saut et réussir même s’il doit encore progresser dans la régularité et la constance. J’ai discuté avec des scouts NBA à plusieurs reprises à son sujet. Yoan est un joueur qui a une dimension physique et athlétique qui s’apparente au jeu de la NBA. »

Son formateur à Cholet

Frédéric Crapez : « Un garçon très fin, réfléchi »

« C’est un garçon très fin, réfléchi, qui a de l’humour. Il a une personnalité attachante. Je me souviens que l’on a partagé de très bonnes discussions tous les deux. Il n’a pas pu disputer l’Euro U18 car il était blessé, il a intégré le groupe pour l’Euro U19, il découvrait le groupe, il avait été l’un des meilleurs. Ce qui m’impressionnait chez lui, c’était son explosivité, sa polyvalence. Il peut jouer loin du cercle. Il doit améliorer sa lecture du jeu pour faire les bons choix. Il est jeune et n’a pas fini de surprendre. Avant de penser à la NBA qu’il devienne un meilleur joueur à Monaco et qu’il confirme en Euroligue. »

Son sélectionneur en U19

Gaëtan Sombo : « Il a tout eu au mental »

« Il est arrivé chez nous en U10. En U11, il n’a disputé qu’une demi-saison avant d’être absent un an pour un problème au genou. A cet âge-là, les jeunes se construisent physiquement. Il avait des poussées de croissance au niveau des deux genoux, on faisait très attention à lui. Dès qu’il est revenu de sa blessure, il a été bluffant car il est rapidement devenu indispensable. Il était parfois motivé et physiquement il sortait déjà du lot. Il fallait parfois le piquer pour avoir des résultats. »

« Il a l’intelligence du joueur européen avec le physique d’un joueur NBA. Il est le style de joueur que la NBA recherche. Pour l’instant, son parcours est parfait, entre Cholet qui est un super club formateur aussi et Monaco un club reconnu au niveau européen il est dans les meilleures conditions pour s’épanouir et progresser. Il a tout eu au mental. C’est aussi un garçon qui a une bonne éducation, il revient souvent au club, conseiller les gamins, il aime se replonger dans les souvenirs de son enfance. Il est toujours disponible pour nous. »

Son entraîneur en U13 et U15 à Melun

Matthew Stazel : « Si on nous avait dit à Marne-la-Vallée que l’on se retrouverait dans la même équipe pour jouer l’Euroligue… »

« On est inséparables. Lorsqu’on s’est croisés pour la première fois à Marnela-Vallée, on a immédiatement accroché. Si on nous avait dit à l’époque que l’on se retrouverait dans la même équipe pour jouer l’Euroligue… Je ne savais pas qu’il avait signé à Monaco, quand je l’ai appris j’étais hyper content. Niveau caractères, on se retrouve sur pas mal de choses, on est extravertis, on aime bien rigoler. »

« Par contre, il adore les voitures à un point que je n’ai jamais vu avant. Il était assez radical, soit il aimait, soit il n’aimait pas, mais il a fait des progrès et il essaie d’être moins radical. Il est athlétique, il prend de bons rebonds, il est très dissuasif pour ses adversaires. Il est capable de contrer également et il est très fiable au shoot. Il faut qu’il continue à travailler son QI basket, ses placements. S’il poursuit sur sa lancée, il a bien évidemment le potentiel pour aller en NBA. »

Son coéquipier à Marne-la-Vallée et Monaco

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi