samedi 28 janvier 2023

Cesson-Rennes : un club qui grandit avec ses supporters

À lire

Arnaud Bertrande
Arnaud Bertrande
Rédacteur en chef — Pole Sport Lafont presse

Emeline Legros, présidente du Kop des Irréductibles, vibre aux exploits de Cesson-Rennes. Entretien réalisé pour Handball Magazine et Le Quotidien du Sport..

Pouvez-vous nous présenter le Kop des Irréductibles ?

On vient de fêter nos 10 ans en septembre. On est 22 adhérents la moitié est Cessonnais, l’autre moitié vient des communes aux alentours, Rennes, Noyalsur-Vilaine,… et on a aussi des gens des Côtes d’Armor et du Morbihan. On fait avec nos moyens, Cesson étant un des plus petits budgets de la LNH (le 9ème, Ndlr), le groupe de supporteurs va avec (sourire). Il y a eu les irréductibles gaulois, maintenant il y a les irréductibles du hand !

Est-ce à dire qu’il n’y a pas un grand engouement pour le hand à Cesson-Rennes ?

La Glaz Arena compte 4500 places. Sur les gros matches contre Paris ou Nantes, c’est quasi complet. Contre Chartres, dernièrement, il y avait 3500 personnes dont les clubs de hand de l’Ile et Vilaine qui étaient invités. En général, on tourne entre 2500 et 3000 supporteurs, mais c’est plus un public de spectateurs que de supporteurs. Ils ne répondent pas vraiment aux sollicitations du speaker ou aux nôtres pour encourager.

N’y a-t-il pas des étudiants pour mettre l’ambiance ?

Ça arrive, mais le club hésite à en inviter. Il n’y a pas eu des débordements comme à Chartres ou à Limoges, mais ils étaient un peu trop virulents…

Suivez-vous l’équipe en déplacement ?

On en fait quelques-uns. On était à Nantes. On était 8. On a prévu d’aller à Chartres et à Créteil. On essaie de rester dans le grand Ouest. Des déplacements jusqu’à Nîmes ou Toulouse, c’est compliqué financièrement. Paris, il n’y a pas beaucoup d’engouement pour y aller, la salle n’étant pas très bien configurée. Coubertin, quand vous êtes au 3ème étage, il ne faut pas avoir trop le vertige… (sourire) L’ambiance n’est également pas top.

 « Avec Nantes, il n’y a pas de rivalité »

N’êtes-vous pas jaloux du voisin nantais qui se targue d’avoir la meilleure ambiance en Europe ?

On n’est pas jaloux et on le reconnaît volontiers, c’est la meilleure ambiance d’Europe ! On s’entend bien avec les Ultr’H. Il n’y a pas cette rivalité comme en foot entre Nantes et Rennes où les derbys sont souvent tendus. Au hand, à la fin du match, ils nous offrent à boire. Ce ne sont pas des ennemis. C’est très bon enfant. A cinq minutes de la fin du derby, on est même allé avec eux dans leur tribune pour faire la fête car c’étaient leurs cinq ans.

Mais ne vous prennent-ils pas des supporteurs ?

Ce sont deux clubs, deux ambiances mêmesi,même au sein du kop,il y a des supporteurs de Cesson qui suivent aussi les matches de Nantes. On peut très bien supporter les deux clubs sans problème, il n’y a pas de rivalité.

Le club de Cesson-Rennes vous aide-til?

On bénéficie d’une petite réduction pour nos abonnements à l’année, avec un placement avantageux, on est au bord du terrain sur les côtés. On a également un local pour notre matériel. Pour les déplacements, par contre, c’est à nos frais.

Le Kop des Irréductibles au chevet de son club

Quel est le joueur préféré du public ?

Il y en a plusieurs, mais Sylvain Hochet reste notre Sissou à nous. Il est là depuis le début (depuis 2006, Ndlr). C’est avec lui qu’on discute le plus. Il y a aussi Romaric Guillo, le Menhir !

Quel est votre meilleur souvenir de supporteur ?

La victoire contre Nantes la saison dernière lors du premier match (29-27, Ndlr). On ne pensait pas gagner et, à la fin, tout le monde a explosé dans les tribunes.

Pensez-vous que cette saison le club peut enfin briser le plafond de verre de la 7ème place ?

On a une très bonne équipe. Il y a une très bonne ambiance. Si on continue, on peut finir dans le top 5 ou top 6.

Comment vous êtes-vous retrouvée dans le Kop ?

J’ai des amis dont les enfants font du hand. Ils sont dans le Kop depuis septhuit ans. Ils avaient des places en plus, ils nous ont demandé si ça nous intéressait. Mon mari est plus foot, il est abonné depuis 20 ans au Stade Rennais, c’est un irréductible du foot moi je me suis prise de passion pour le hand et depuis quatre ans je fais partie du Kop.

Cesson-Rennes est-il à l’abri des dérapages qu’il y a eus à Chartres (insultes envers Valentin Porte (formé à Chartres)) et Montpellier) et Limoges (le portier de Dunkerque Samir Bellahcene a été pris à partie par un groupe de personnes) ?

Il faut enrayer ce genre de chose (Chartres a interdit l’accès à sa salle aux membres de la Brigade 28, Ndlr), que ça ne se reproduise pas car ce n’est absolument pas l’esprit du hand. C’est pour ça qu’on s’est rapproché des autres clubs de supporteurs, pour faciliter les déplacements, mais aussi pour faire attention à qui on autorise dans nos rangs. Il ne faut pas que la mentalité du foot, même si je ne veux pas stigmatiser un sport, arrive dans le hand.

Des supporteurs issus des Kops de football viennent-ils aux matches de Cesson-Rennes ?

La saison dernière, le club a invité des jeunes du Stade Rennais pour mettre un peu d’ambiance car c’est ça qui nous manque aussi. Mais certains étaient à la limite et le club ne les a pas réinvités après… Après, si certains du foot ont envie de venir dans le Kop et qu’ils sont respectueux et qu’ils ont envie de mettre une bonne ambiance on les accueillera avec grand plaisir. Mais, au moindre débordement, ce sera dehors !

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi