dimanche 14 juillet 2024

Le classement des 50 joueurs de l’Euro (part. 3, 30/21) : Kanté sur sa lancée

À lire

Reporté en 2021, l’Euro 2020 se déroulera du 11 juin au 11 Juillet prochain et regroupera la plus grandes stars du football européen. Des joueurs confirmés prêts à un dernier baroud d’honneur, comme Ronaldo, Modric ou Lewandowski, mais aussi des jeunes aux dents longues qui veulent tout gagner, à l’image de Mbappé, Foden ou Sancho. Sans oublier De Bruyne, Tiago Alcantara, Bernardo Silva ou Sterling. Deyxième partie : de 40 à 31. 

Troisième partie : de 30 à 21.

Ferran Torres – 30

A Bilbao, face à la Suède, la Slovaquie et la Pologne, l’Espagne pourra compter sur son nouveau torero pour donner un nouveau souffle à la Roja. Transféré à Manchester City, l’ancien attaquant de Valence a déjà marqué son terrain d’un triplé pour une victoire historique par son ampleur face à

l’Allemagne 6-0 en novembre.. L’Euro et lui : première participation

Kingsley Coman – 29

D’un Euro à l’autre, d’une finale perdue au Stade de France en 2016 à une édition repoussée d’un an en raison de la Covid-19, de blessures récurrentes en périodes de méforme, Coman est notamment passé à côté de la Coupe du Monde 2018, pour revenir plus fort en 2020 à la faveur d’un but historique en finale de la Ligue des Champions avec le Bayern face au PSG. Sur sa dynamique munichoise, il a assez de talent pour sortir de l’ombre de Mbappé ou Griezmann et être, un an après Lisbonne, au bon endroit… au bon moment.

L’Euro et lui : 1 participation Finaliste en 2016

David Alaba – 28

Le plus jeune international autrichien de l’histoire (il avait 17 ans, 3 mois et 20 jours pour sa première cape en 2009) a fait beaucoup de chemin depuis au point de devenir un des meilleurs défenseurs centraux d’Europe au Bayern Munich. Elu sept fois meilleur joueur de son pays, il est l’emblème d’une sélection qui ne parvient pas à franchir un palier sur la scène internationale. Face aux Pays-Bas, à l’Ukraine et la Macédoine du Nord, son expérience ne sera pas de trop… avant de quitter le Bayern où il est en fin de contrat. Le bon moment pour se montrer.

L’Euro et lui : 1 participation (2012)

Ne manquez-pas Le Guide de l’Euro, en vente ici ou chez votre marchand de journaux

Bernardo Silva – 27

En raison d’une blessure, il n’était pas du titre européen de la Selecçao en 2016. Et d’en conserver une forte frustration pour un sentiment de revanche qui l’anime depuis et le pousse à faire de cet Euro un objectif majuscule. Vainqueur de la Ligue des Nations en 2019 à domicile, il a été décisif en éliminatoires notamment pour la victoire si importante en Serbie (1 but, 1 passe décisive) ou en Lituanie (3 passes décisives) déterminé à ne pas manquer le train une seconde fois.

L’Euro et lui : première participation

Thiago Alcantara – 26

L’Euro, il connait, il en a déjà gagné deux… mais avec les Espoirs. Avec la Roja, le vainqueur de la Ligue des Champions 2020, parti à Liverpool, n’a encore que très peu de vécu malgré ses 39 sélections et une Coupe du Monde 2018 stoppée, en huitièmes, au même stade qu’un Euro 2016 qu’il vécut depuis le banc. A 30 ans, et après une première saison à Liverpool très moyenne, le moment est charnière pour lui qui doit lui permettre de prendre les rênes d’une sélection en quête de nouveaux leaders. Avec la perspective de jouer ses matches de groupe à Bilbao, un troisième huitième de finale d’affilée était attendu.

L’Euro et lui : 1 participation Huitième de finaliste en 2016

João Félix – 25

Il y a cinq ans, quand le Portugal décrochait enfin son premier titre international en France, il était encore avec les juniors du Benfica. Depuis, forcément, João Félix a fait beaucoup de chemin, a été transféré à l’Atlético Madrid (où il est devenu le plus jeune joueur des Colchoneros à marquer en Ligue des Champions), au point de devenir incontournable avec la sélection. C’est avec les tenants du titre, également vainqueurs de la Ligue des Nations en 2019, qu’il se présentera pour défier Hongrie, Allemagne et France… et peut-être assumer la transition avec CR7 ?

L’Euro et lui : première participation

Timo Werner 24

Le 15 juin, à l’Allianz Arena de Munich, il sera presque chez lui pour défier la France dans le premier match d’un groupe F difficile où les Allemands croiseront aussi le champion d’Europe en titre, le Portugal. Transféré à Chelsea l’été dernier, Timo Werner sera l’avant-centre numéro 1 d’une National Mannschaft qu’il n’a pas encore eu le temps de marquer de son talent, sinon au cours d’une Coupe du Monde 2018… catastrophique marquée par une élimination inédite en phase de groupes.

L’Euro et lui : première participation

N’Golo Kanté 23

L’infatigable milieu de Chelsea revient dans la compétition qui lui avait permis de se révéler aux yeux du monde, un Euro 2016 conclu en finale par une défaite frustrante face au Portugal au Stade de France. Renforcé par son titre mondial de 2018, et dernièrement de la Ligue des Champions remportée avec Chelsea, c’est en costaud qu’il aborde sa troisième phase finale de suite, et avec l’ambition de vivre, aussi, une troisième finale. Après Saint-Denis et Moscou, à Londres, il serait presque comme chez lui…

L’Euro et lui : 1 participation Finaliste en 2016

Ilkay Gündogan 22

Présent dans le groupe lors de l’Euro 2012, il n’avait pas effectué une seule minute. Absent en 2016 quatre ans plus tard, aligné une seule fois lors du dernier Mondial, le milieu qui brille avec Manchester City sait que cet Euro est une de ses dernières chances de marquer son temps avec la Mannschaft et de prendre éventuellement rendezvous pour le Qatar en 2022. En pleine forme pendant les éliminatoires, il aura à coeur de faire taire les critiques après une polémique suscitée par une photo prise avec Erdogan, le président de la Turquie, son pays d’origine.

L’Euro et lui : première participation

Luka Modric – 21

Le Ballon d’Or 2018 se prépare à participer à son quatrième, et dernier, Euro, sans jamais avoir pu franchir la barre des quarts. Eliminée par le Portugal en 2016, la Croatie va remettre ça avec un leader vieillissant, mais toujours aussi précieux dans le jeu. Après des éliminatoires presque sans faute (1 seule défaite en Hongrie), dans un groupe D accessible (Angleterre, Ecosse, Tchéquie), les Croates font partie des outsiders avec un effectif composé de joueurs très expérimentés évoluant dans les plus grands clubs d’Europe.

L’Euro et lui : 3 participations Quart de finaliste en 2008, huitième de finaliste en 2016

A lire: part.1 (50/41) et part.2 (40/31)

> Rdv demain pour la fin du classement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi