mardi 27 septembre 2022

Mondial de Basket féminin : les Bleues en danger en Australie

À lire

La 19ème édition du Mondial féminin aura lieu du 22 septembre au 1er octobre en Australie, à Sydney. Douze équipes tenteront de succéder aux Etats-Unis, tenante du titre. Les Bleues voudront, elles, effacer leur mauvaise performance de 2018 (5ème).

Groupe A : les USA en force

Les tenantes du titre et grandes favorites de la compétition, les Etats-Unis, devraient dominer ce groupe où les quatre premiers se qualifieront. Elles sont invaincues en compétition internationale depuis leur défaite en demi-finale du Mondial 2006 face à la Russie. La Belgique, 4ème de la dernière Coupe du monde en 2018 après avoir perdu en demi-finale contre les Américaines et face aux Espagnoles pour la 3ème place, sera l’un des grands outsiders de la compétition. Les Belges peuvent surprendre.

La meilleure performance de la Chine dans cette compétition remonte à 1992 avec une place de finaliste, autant dire une éternité. En 2018, elle avait été éliminée en quarts face à l’Australie futur finaliste. La Bosnie, Porto Rico et la Corée se disputeront la quatrième et dernière place qualificative. Les Bosniennes devront faire le travail avant la dernière journée car elles affronteront des Américaines qui seront certainement déjà qualifiées, mais même qualifiées elles joueront à fond pour préparer au mieux la suite de la compétition.

Pour leurs débuts dans la compétition, les Bosniennes n’auront pas le droit de passer au travers de leur premier match puisqu’elles affronteront un adversaire direct pour la qualification ; Porto Rico.

En 2018, la Corée du Sud et Porto Rico avaient terminé derniers de leur groupe, ils voudront échapper à cette place cette année. Des trois équipes, la Bosnie paraît avoir plus d’arguments et un meilleur effectif pour se qualifier. Il y a quatre ans, Porto Rico était déjà dans le groupe de la Belgique qui avait pris la 1ère place pendant que Porto Rico finissait dernier.

Groupe B : la France attendue sans round d’observation

La France, 5ème de la dernière édition en 2018 et médaille de bronze des JO de Tokyo, aura fort à faire dans un groupe avec l’Australie, le Japon, le Mali et le Canada. Les Bleues seront d’entrée dans le vif du sujet avec un match face aux Australiennes, l’une des favorites de la compétition et hôte de cette compétition.

La France veut effacer sa décevante 5ème place de 2018. Elle avait terminé 2ème de son groupe derrière le Canada avant d’être éliminée en quarts par la Belgique (86- 65) sur un score large alors que les Françaises faisaient partie des favorites de la compétition.

Elles avaient battu la Chine dans le match pour la 5ème place. Trois ans plus tard, les joueuses de Valérie Garnier avaient décroché la médaille de bronze des JO de Tokyo, elles veulent confirmer cette médaille. Le groupe a peu changé par rapport aux JO, les jeunes (Fauthoux, Rupert…) ont gagné en expérience, les cadres sont toujours là.

La France part cependant en Australie avec beaucoup d’interrogations puisqu’elle est repartie sur un nouveau projet avec Jean-Aimé Toupane qui a été nommé sélectionneur à la place de Valérie Garnier. Le groupe est le plus relevé des deux avec la Serbie qui est championne d’Europe en titre, un titre obtenu en battant… la France en finale (63-54). C’était en juin 2021 juste avant les JO de Tokyo où les Bleues avaient pris leur revanche en battant la Serbie pour la médaille de bronze (91-76).

La Serbie est une vieille connaissance, les deux sélections connaissent les forces et les faiblesses de chacune et la rencontre en Australie devrait être serrée et tactique. Le Japon reste sur deux victoires face à la France, en phase de groupe des JO en 2021 (74-70) puis en demi-finale (87-71).

Le Japon, la nation surprise

Championnes d’Asie en titre, vice-championnes olympiques, les Japonaises sont difficiles à jouer. Le Nigeria qui a battu les Bleues en février (67-65) et le Canada complètent le groupe. Au-delà de terminer dans les quatre premières pour se qualifier, la France devra obtenir la meilleure place possible afin d’éviter les Etats-Unis dès le tour suivant dans une compétition qui leur réussit peu.

Les Bleues sont, en effet, plus à l’aise en Championnat d’Europe avec deux titres en 2001 et 2009 et cinq médailles d’argent sur les cinq dernières éditions (2013, 2015, 2017, 2019 et 2021) que dans les Mondiaux où leur dernier podium remonte à la médaille de bronze de 1953.

L’équipe de France a le potentiel pour monter sur le podium, si elle termine dans les trois premières de ce groupe très compliqué elle pourra rêver d’une médaille en évitant les Etats-Unis trop tôt dans la compétition.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi