samedi 26 novembre 2022

Nadia Mielke-Offendal (Chambray) : « Aider Chambray à grandir »

À lire

Nadia Mielke-Offendal est l’une des meilleures joueuses du championnat depuis son arrivée en France en 2020. La demi-centre de 28 ans nous explique pourquoi elle a quitté Paris 92 pour Chartres et nous parle de ses ambitions. Entretien réalisé pour Handball Magazine et Le Quotidien du Sport.

Vous étiez bien installée au Paris 92. Pourquoi avez-vous choisi de quitter le club pour rejoindre Chambray ? N’avezvous eu pas peur de vous mettre en danger ?

J’avais envie de participer au développement de Chambray. J’ai trouvé un club parfaitement géré, avec des idées très intéressantes, un public présent. Il y a de belles choses à faire ici. Chaque décision entraîne une part d’inconnu, mais je suis contente d’avoir fait ce choix de partir sur un nouveau projet.

Quelles sont ces idées, les objectifs ?

Se rapprocher des meilleures équipes même si Brest et Metz c’est au-dessus, en termes de budget aussi on n’est pas au même niveau. Et puis il faut aussi que le club se qualifie pour la Coupe d’Europe et les phases finales européennes.

Est-il possible de concurrencer Metz ou Brest sur l’ensemble d’une saison ?

Je l’espère, mais c’est dur, il faut le reconnaitre. Je dis toujours à mes coéquipières qu’il ne faut pas avoir de regrets. On sait qu’on est inférieure à ces grosses équipes qui font même partie du top européen avec des effectifs où il y a une multitude d’internationales. On veut au moins ne pas avoir de regrets quand on les rencontre, si on se bat on n’en aura pas. Le pire, dans le sport, c’est d’avoir des regrets, le sentiment de ne pas avoir tout donné.

Vous réalisez un bon début de saison avec une place dans le Top 6. Jusqu’où pouvez-vous aller ?

On a disputé peu de matches, mais notre collectif est bien en place, on a réalisé de bons matches. C’est notre plus grande satisfaction. L’objectif est clairement une qualification européenne.

 « Je voulais rester en France car j’aime aussi ma vie ici »

Quel est votre regard sur le championnat de France et sur le handball français de manière plus générale ?

Il est à un niveau très élevé et il progresse de saison en saison. C’est un championnat physique, les équipes sont très bien préparées. Derrière Metz et Brest, le niveau est homogène, ça donne des matches spectaculaires. J’aime aussi beaucoup l’ambiance qu’il y a dans les salles. Le supporteur français est passionné. Le championnat a pris le sillage de l’équipe de France qui a des résultats extras depuis de longues années, certaines internationales sont en France, les clubs attirent de bonnes joueuses étrangères, cela rend le championnat passionnant. Après Paris, je voulais absolument rester en France car j’aime aussi ma vie ici.

La vie doit vous changer entre Paris et Chambray, non ?

Ah oui. J’aimais beaucoup Paris, c’est une ville multiculturelle avec tellement de choses à faire, des endroits magnifiques à visiter. J’aimais moins pour la circulation (rires). J’avoue que j’aime bien ma vie ici, j’habite à Tours avec mon mari et mon chien. J’aime la tranquillité, pouvoir aller promener mon chien au calme. C’est une ville tranquille, mais où on peut trouver de tout à tout heure, c’est parfait.

Nadia Mielke-Offendal comme chez elle en France

Quelles sont vos passions en dehors du handball ?

On a tellement de déplacements, de voyages en avion que j’aime bien rester chez moi à rien faire. Sinon les ballades avec mon mari, je profite aussi des restaurants et de la gastronomie française.

Pourriez-vous rester en France après votre carrière ?

Je ne sais pas, je profite pour l’instant de ma carrière. A la fin, on a toujours envie de se rapprocher de la famille car on a beaucoup voyagé. Pour être franche, je ne sais pas ce que je ferai après.

Au cours de votre carrière, vous êtes-vous inspirée d’une joueuse en particulier ?

Non, je suivais le jeu en général. Plusieurs joueuses me plaisaient dans leurs attitudes, leurs performances, je m’inspirais de plusieurs d’entre elles en fait. J’ai toujours été passionnée par ce sport et je regardais donc beaucoup de matches. Cela m’a beaucoup aidée.

spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Actu

spot_img
spot_img

À lire aussi